Histoire du sacré

La Hache, symbole foudroyant et universel

La hache symbolise la force, la fertilité et la délivrance… 

La Hache : un outil, une arme, un symbole… Intimement lié à l’origine à l’orage, au tonnerre et à la fertilité, le symbolisme de la hache perdure au cours des siècles. Il se rattache souvent à l’ouverture du Ciel, du sceau du secret ou d’un centre. Le symbolisme de la hache renvoie parfois aussi à l’illumination, à un acte suprême ou à la prise de conscience achevée de l’initiation… Grâce à son tranchant, la hache fait jaillir l’étincelle et la lumière. Si la pluie de l’orage féconde la terre, la pluie céleste féconde l’esprit…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour décembre 2016 –

D'après le dieu Hittite de l'Orage et sa Hache, équivalent de Baal, vers 860 avjc, Syrie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu Hittite de l’Orage et sa Hache, équivalent de Baal, vers 860 avjc, Syrie, Orient Ancien. (Marsailly/Blogostelle)

LA HACHE POSSÈDE UNE PUISSANCE RITUELLE

La Hache exprime la puissance accumulée de la Foudre… La hache tranche et frappe à la vitesse de l’éclair et provoque des étincelles. Dans les cultures traditionnelles, la hache est associée à l’Orage, à la Pluie et à la Fertilité des terres… Elle symbolise aussi la force guerrière ou cristallise une autorité cérémonielle…

Un symbole de fertilité et un symbole guerrier
Des Mayas aux Celtes en passant par la Chine des Tang, la hache de pierre est nommée Pierre de Foudre. Elle est considérée comme tombée du Ciel… En anglais le mot hache se dit ax, en latin escia, ce symbole céleste symbolise peut-être aussi un Centre ou un Axe du Monde…

Le symbole de la hache se rattache en général au monde céleste, à la foudre et à l’orage et englobe plusieurs significations. Si la hache est associée à la fertilité de la terre et au travaux agricoles, elle évoque aussi la détention d’une autorité ou d’un pouvoir guerrier ou religieux…

D'après le dieu Baal de l'Orage, sa hache et son Foudre, et le roi, Ugarit, milieu IIe millénaire avjc, Syrie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu Baal de l’Orage, sa hache et son Foudre, et le roi, Ugarit, milieu IIe millénaire avjc, Syrie. (Marsailly/Blogostelle)

Le grand dieu Mésopotamien de l’Orage réunit la puissance du Feu et de l’Eau… Baal est armé d’une Hache et d’un Foudre, dont la forme rappelle parfois le trident sur certaines images…

À partir de l’âge du Bronze, la hache devient un des symboles guerriers par excellence à côté de l’épée et de la lance. Il est possible que cette arme, spécifique aux divinités de la foudre, renvoie aussi à la puissance spirituelle d’un Être Suprême… Voir aussi l’article  Des artisans du cuivre aux métallurgistes du Bronze

La hache polie néolithique, un objet symbolique
Au néolithique, les tailleurs façonnent de nombreuses haches polies en pierre ou en jadéite. Les artistes représentent aussi des haches sur des parois ou des dalles rocheuses, souvent associées à des motifs de charrue et de bovidés…

Dans l’univers des premiers cultivateurs ce thème iconographique renvoie à la fertilité des terres et du bétail. Outre son rôle utilitaire, la hache néolithique est également un objet de prestige et semble posséder une signification symbolique ou sacrée. Certains dépôts de haches sont peut-être des offrandes ou des objets votifs…

D’après des haches polies néolithiques en jadéite ; et une hache cérémonielle, objet de prestige, Teke, Zaïre, art africain. (Marsailly/Blogostelle)

Déposés dans les tombes, ces précieuses haches ont peut-être une signification rituelle ou votive.

La puissance rituelle de la hache
Chez les Dogons et les Bambaras du Mali, la Foudre est une Hache que le dieu des Eaux et de la Fécondité lance sur la terre. Les haches de pierres sont préservées dans des sanctuaires et sont utilisées pour des pratiques rituelles ou pour lutter contre la sécheresse.

On dépose également des haches de pierre dans les semences pour que leur puissance fécondante stimule la germination. En Afrique, chez certains peuples, la hache a autant le pouvoir de provoquer la pluie que de la faire cesser en cas de risque d’inondation…

D’après une hache de cérémonie, Dogon, Mali, art africain ;  et une hache rituelle océanienne ;  la hache d’Ahmosis, XVIIIe dynastie, vers 1550 avjc, Égypte ancienne ; et une hache cérémonielle chinoise en bronze, dynastie Shang, XVIe siècle avjc – XIe siècle avjc, Chine du Nord antique. (Marsailly/Blogostelle)

La hache, un attribut divin utilisé par le pharaon lors des cérémonies…

Dans une vieille coutume chinoise, la hache unit deux familles
Une ancienne coutume chinoise associe la hache aux cérémonies de mariages. Selon la loi de l’exogamie, les jeunes mariés ne peuvent s’unir que parce qu’ils appartiennent à deux familles différentes.

Si cette alliance permet de fonder une famille, elle rapproche également deux groupes familiaux. Cette pratique s’accompagne de rites, parmi lesquels l’entremetteur joue un rôle. Il a pour symbole une hache qui lui sert à détacher les rameaux de deux troncs pour les réunir en faisant des fagots…

LA HACHE, UN OBJET CÉLESTE RELIÉ AU MYSTÈRE DIVIN…

René Guénon explique que les Pierres de Foudre qui symbolisent la foudre sont matérialisées par des haches en silex préhistoriques. De la même manière, l’œuf de serpent, symbole druidique de l’œuf du monde, se matérialise par l’oursin fossile. Plongeant ses racines dans la préhistoire, le symbole de la hache rejoint celui du marteau et du maillet…

D'après le dieu hindou Çiva arborant sa hache, Badami, Karnataka, en Inde. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu hindou Çiva arborant sa hache, Badami, Karnataka, Inde ancienne. (Marsailly/Blogostelle)

La hache s’identifie à un attribut divin qui détruit ce qui est nuisible… pour un renouveau.

Force, fécondation, délivrance…
Dans des légendes cambodgiennes et vietnamiennes, la hache est l’arme du Tonnerre et emblème de force. Sa capacité à pénétrer la terre renvoie à l’union du Ciel et de la Terre et au processus de fécondation.

Quand la hache fend l’écorce d’un arbre, elle évoque aussi une pénétration spirituelle associée au mystère divin. Elle peut symboliser également une délivrance. Dans la mythologie grecque, Athéna naît du cerveau de Zeus grâce à l’intervention d’Héphaïstos, le dieu forgeron, armé d’une hache.

La hache signe parfois la colère divine, comme on peut le voir dans l’iconographie indienne du dieu Çiva, dont les attributs sont le trident et la hache. Mais cette agressivité vise à la destruction de forces néfastes pour engendrer un renouvellement ou pour rétablir un équilibre…

D'après la Naissance d'Athéna, céramique grecque à figures noires, VIIe-VIe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après la Naissance d’Athéna, céramique grecque à figures noires, VIIe-VIe siècle avjc, Grèce antique. (Marsailly/Blogostelle)

Héphaïstos donne naissance à Athéna à l’aide d’une hache, en la libérant du cerveau de son père Zeus…

Des haches votives et des haches rituelles
La hache de pierre brise, fend et détruit comme peut le faire la foudre. Et la puissance de la frappe peut provoquer des étincelles… Ce symbolisme remonte aux époques les plus reculées de l’histoire de l’humanité.

De la préhistoire au néolithique, certaines lames de pierres ou haches sont taillées et polies avec tellement de soin qu’elles ne peuvent pas être des objets utilitaires. Ces objets d’art et de prestige sont très probablement des objets votifs et rituels.

La hache à double tranchant évoque la dualité
La Hache à double tranchant est un outil à la fois destructeur et protecteur, donc ambivalent. Son symbolisme renvoie à la dualité Mort – Vie et aux principes contraires et complémentaires.

D'après Thôrr et son marteau-hache, La bataille contre les Géants, Mårten Eskil Winge, XIXe siècle. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après Thôrr et son marteau-hache, La bataille contre les Géants, Mårten Eskil Winge, XIXe siècle. (Marsailly/Blogostelle)

Hache double, Fulmen, Vajra, Marteau…
Le symbolisme de la hache à double tranchant trouve des correspondances dans le symbolisme d’autres attributs divins : comme le caducée d’Hermès-Mercure, le Vajra (foudre) du dieu védique de l’Orage Indra, le Fulmen (éclair) de Zeus ou de Jupiter, ou le Marteau du dieu nordique du Tonnerre Thôrr.

Dans la doctrine hindoue, le Vajra du dieu védique Indra représente lui aussi la foudre, mais c’est également un symbole cosmogonique du principe masculin de la manifestation universelle. La puissance de la foudre matérialisée par une arme comme la hache, le foudre, le marteau ou le vajra renvoie au thème de la paternité divine et céleste.

D’après une représentation de Parashu-Râma armé de sa hache, art de l'Inde. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une représentation de Parashu-Râma armé de sa hache, art de l’Inde. (Marsailly/Blogostelle)

Parashu-Râma, sixième incarnation de Vishnu et défenseur des brâhmanes, dont le nom signifie Râma à la hache.

Thôrr et Parashu-Râma
Dans l’antiquité, on retrouve cette conception avec le dieu grec Zeus et le dieu romain Jupiter, maîtres des éclairs et du tonnerre. Armés de leur foudre ou fulmen, ils foudroient les titans et les géants… Thôrr et Parashu-Râma agissent de même et détruisent leurs adversaires grâce à leur arme de pierre…

Les dieux gaulois Sucellus et Esus
Le dieu gaulois Sucellus, visible sur le Pilier des Nautes est armé d’un maillet… Ce Dis Pater, père de la nation gauloise selon les Commentaires de César, rappelle le Zeus Pater… Sur le Pilier des Nautes, un autre dieu gaulois, Esus, utilise une serpe… Comme la hache, le maillet, le marteau ou la serpe symbolisent la puissance céleste des dieux…

D’après les dieux gaulois Sucellus et Esus, Pilier des Nautes, Ier siècle apjc, Lutèce, Gaule Romaine, Paris. (Marsailly/Blogostelle)

La hache à le pouvoir de détruire ou de créer
La hache de pierre de Parashu-Râma, sixième avatar du dieu Vishnu est comparable au marteau de pierre du dieu nordique Thôrr. On peut aussi rapprocher le symbolisme de la hache et du marteau à celui du maillet des loges maçonniques.

Dans sa forme symbolique, le maillet comme attribut des maîtres maçons est comparable au vajra oriental utilisé par les grands dignitaires du Lamaïsme tibétain. Cet instrument divin ou symbolique se rattache à un pouvoir mystérieux, Un dans son essence mais Double dans ses effets d’apparence contraire, il peut détruire ou créer, attaquer ou sauver…

D'après le Vajra, Foudre du dieu Indra, un objet sacré et rituel. (MarsaillyBlogostelle)

D’après le Vajra, Foudre du dieu Indra, un objet sacré et rituel. (Marsailly/Blogostelle)

Voir aussi l’article Les dieux Indra et Agni illuminent le Ciel Védique

Ce qui sépare permet de trier le bon grain de l’ivraie…
On retrouve le thème de la double nature en la personne du Christ, humain et divin, glaive et amour… Mais ce qui sépare permet aussi de trier le bon grain de l’ivraie…

Pseudo-Denys l’Aréopagite (vers l’an 500) évoque les attributs symboliques des anges. Il cite les lances et les haches associées à la puissance de discernement des forces contraires. Le discernement et la séparation permettent la différenciation qui peut aboutir à la libération de l’être individuel…

Sommaire Histoire(s) Sacrée(s)

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s