HISTOIRES SACRÉES

Le Sacré : l’Épée et les armes, symboles à double tranchant

L’épée, du combat au merveilleux

L’épée : légendes, mythes et spiritualité… Dans les traditions, l’épée renvoie à une symbolique de la puissance, de la dualité, de la conscience et du combat spirituel. Attribut des dieux, des héros, des seigneurs, des rois ou des chevaliers, l’épée symbolise aussi la justice et la souveraineté. Son aspect dévastateur renvoie à l’oppression, à l’injustice ou aux fléaux. Sur le plan divin, la Parole est Verbe, et l’épée incarne le Verbe et la puissance du Verbe…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour avril 2017 –

D'après l'archange Saint Michel, Emmanuel Fremiet, XIXe siècle apjc, Mont Saint Michel, Normandie, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’archange Saint Michel, Emmanuel Fremiet, XIXe siècle apjc, Mont Saint Michel, Normandie, France. (Marsailly/Blogostelle)

L’épée comme la lance symbolise un combat spirituel…

L’ÉPÉE CONSACRE LA BRAVOURE GUERRIÈRE OU SPIRITUELLE

L’épée, symbole de l’excellence au combat, évoque la bravoure, la puissance et l’autorité. Mais elle possède une double facette. La puissance meurtrière et destructrice de l’épée peut servir le Mal et la tyrannie comme le Bien et la justice…

L’épée, symbole d’élection royale et de vertu guerrière
Appliquée au combat contre l’injustice, la malfaisance, la tyrannie ou encore l’ignorance, l’épée devient un instrument constructif de justice et de paix et un emblème royal… Associée au symbolisme de la Balance, l’épée devient le symbole de la Justice. Elle sépare le bien du mal et frappe le coupable…

D’après l’iconographie du Roi Arthur, tapisserie, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après l’iconographie du Roi Arthur, tapisserie, France. (Marsailly/Blogostelle)

L’épée merveilleuse sacre le roi-chevalier…

L’épée, l’arme des héros
L’épée est l’une des armes privilégiées des héros…, parfois même forgée par un forgeron céleste et magicien, comme le dieu grec Héphaïstos ou le dieu romain Vulcain. Parfois, l’épée peut être transmise au héros par des forces surnaturelles, comme une Fée, une magicienne, la Dame du Lac…

Dans les chansons de geste, les épées portent un nom
À l’image de saint Georges armé de sa lance et de son épée pour terrasser le dragon, nombre de peintures et de sculptures présentent des héros guerriers armés d’une longue épée. Dans la tradition chrétienne, cette arme chargée de noblesse revient aux chevaliers.

Dans les chansons de geste, les épées portent un nom et sont individualisées. Comme Joyeuse pour l’épée de Charlemagne ou Durandal pour celle de Roland. L’épée Hauteclaire est celle d’Olivier, l’un des héros de la chanson de Roland. On connaît aussi Nothung, l’épée de Siegfried qui tue le dragon dans la mythologie nordique…

D’après les armes d’Achille, céramique attique à figures noires, vers VIe avjc, art grec : Thétis donne à son fils Achille ses armes forgées par Héphaïstos… Et d’après une enluminure de Jean Fouquet, Grandes Chroniques, XVe siècle apjc, France : la mort de Roland, son épée Durandal à ses côtés. (Marsailly/Blogostelle)

Excalibur et la quête de Graal
Dans le cycle romanesque des Chevaliers de la Table Ronde, Excalibur est le nom donné à l’épée du Roi Arthur. Soit Arthur retire l’épée fichée dans un rocher, soit il la reçoit de la Dame du Lac. Dans leur quête, Perceval et Galaad possèdent également chacun une épée merveilleuse…

… Dans la légende du Graal, l’épée des chevaliers se trouve en intime relation avec la coupe porteuse de rénovation et de renaissance, symbole également de l’illumination… Excalibur apparaît comme un symbole qui nourrit l’imaginaire romanesque et la création spirituelle…

D'après la légendaire Excalibur du cycle Arthurien... (Marsailly/Blogostelle.)  D'après le thème de l'épée et la Dame du Lac. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après la légende d’Excalibur du cycle Arthurien… et d’après le thème de l’épée et la Dame du Lac. (Marsailly/Blogostelle)

L’ÉPÉE, PORTEUSE DE LUMIÈRE ET D’INITIATION

L’image du double tranchant de l’épée, comme celle du couple épée et fourreau, symbolise la polarité masculin-féminin. La lame scintillante de l’épée évoque également la lumière de la connaissance ou de l’illumination. Elle renvoie au rayon solaire, tranche l’obscurité de l’ignorance ou libère des forces du mal…

L’épée, symbole de lutte intérieure et de Connaissance
L’épée symbolise encore la lutte intérieure menée par l’être humain. Il s’agit alors d’un combat sur le plan spirituel, lié aux efforts que doit réaliser le croyant ou l’initié pour laisser vaincre en lui-même le Bien et découvrir la véritable foi. Ce travail sur la conscience de soi s’exprime en des termes symboliques dans différentes traditions…

D'après Saint Georges et le Dragon, Vassily Kandinsky, 1915. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Saint Georges et le Dragon, Vassily Kandinsky, 1915. (Marsailly/Blogostelle)

Les termes symboliques de La guerre sainte pour le musulman, le glaive apporté par le Christ pour le chrétien ou encore la libération de l’ignorance dans l’éthique bouddhiste ou la sagesse hindoue, renvoient à un combat intérieur et spirituel et au tranchant de la conscience…

L’épée invite à la conscience de soi
Par ailleurs, quand les textes sacrés sont appréhendés de manière littérale (à la lettre), le symbole de l’épée (ou de la lance) devient semble-t-il, et malheureusement, l’instrument du dogmatisme, de la tyrannie et de la domination fanatique… ce qui a conduit aux guerres de religion. Soit une réalité complètement contraire au sens sacré originel de la lutte intérieure contre ses propres dragons… et certainement pas le combat contre son prochain…

L’épée au sens noble et initiatique du terme symbolise la Conscience et la Connaissance spirituelle, métaphysique ou philosophique… L’épée renvoie au travail sur soi, au dépassement de soi et au Connais-toi toi-même attribué à Socrate…

Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux…, cette citation attribuée à Socrate est inscrite à l’entrée du temple de Delphes, sanctuaire où se tenait la Pythie (VIIIe siècle avjc).

D'après un tableau de Raphaël, Saint Georges, Renaissance Italienne, XVIe siècle siècle apjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un tableau de Raphaël, Saint Georges armé de son épée combat le dragon… Renaissance Italienne, XVIe siècle apjc. (Marsailly/Blogostelle)

Le tranchant d’une conscience aiguisée
Associée au sens de l’analyse et à la raison, l’épée sépare le mauvais du bon. Ou bien elle sépare les différentes parties d’un tout dans un effort de compréhension analytique. Suivra ensuite un travail de réintégration des parties en une totalité.

L’épée évoque une pensée discriminatoire et spéculative fondée sur l’acuité intellectuelle et analytique. L’épée symbolise la faculté de discernement et la clarté d’une l’intelligence aiguisée. Sur le plan spirituel, il s’agit des facultés acquises pour obtenir une conscience claire et intuitive.

L’épée représente aussi la parfaite maîtrise d’un savoir-faire ou d’une science. Ou encore, elle renvoie à l’excellence de l’éloquence. Mais la parole comme les mots possèdent aussi un double tranchant…

D'après le thème de l'Épée, symbole de Conscience et de Cheminement. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le thème de l’Épée, symbole de Conscience et de Cheminement. (Marsailly/Blogostelle)

Le mariage du feu et de l’eau
L’idée d’une union des contraires se rattache à divers rituels liés à la fabrication de l’épée. Parfois, les épées sont fondues par deux, parfois, ce peut être un couple, comme le forgeron et son épouse, qui œuvre à des opérations assimilées rituellement à un mariage.

Dans l’iconographie symbolique, on rencontre aussi une épée aux lignes ondulantes. Cette image rappelle le thème des deux serpents enroulés autour du bâton ou du caducée d’Hermès ou de Mercure, un symbole d’union des contraires.

La symbolique alchimique
Forger les épées est ouvrage d’initiés. Leur fabrication par la trempe et l’alliage trouve une correspondance dans l’union alchimique de l’eau et du feu, du féminin et du masculin, du Yin et du Yang… En occident comme en orient, ce labeur est assimilé à la recréation de l’unité primordiale associée à l’idée de totalité ou de perfection.

D'après l'iconographie alchimique occidentale, l'union des opposés et l'épée. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’iconographie alchimique occidentale, l’union des opposés et l’épée. (Marsailly/Blogostelle)

Pour les alchimistes, l’épée des Philosophes constitue le feu du creuset…

Pour l’alchimie chinoise, l’œuvre renvoie à l’union des principes Essence et Souffle, signifiés par les trigrammes (caractères chinois) Li et K’an, mercure et souffle et terre et ciel. L’opus alchimique engendre le retour à l’état édénique et l’obtention de l’immortalité…

L’épée, l’eau et le dragon
En chine, l’épée assimilée au feu est attirée par l’eau. Dans la tradition chinoise, la trempe de l’épée correspond à un mariage du feu et de l’eau. En Chine, les épées se précipitent elles-mêmes dans l’eau où elles se transforment en dragons brillants…

L’épée plantée peut donner naissance à une source. L’épée c’est aussi l’éclair, associé à la création de la pluie. Chez les Scythes, l’épée à l’origine d’une source est en correspondance avec la pluie venue du Ciel… Dans la tradition japonaise, l’épée sacrée provient de l’éclair, de la queue du Dragon…

D'après un combattant sur une estampe japonaise. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après un fourreau d'épée en fer, art celte, vers IIe-Ier siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un combattant à l’épée sur une estampe japonaise et d’après un fourreau d’épée en fer, art celte, vers IIe-Ier siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle)

Le fourreau et l’épée forment un couple symbolique, féminin-masculin, obscurité-lumière, ignorance-connaissance…

L’éclat de l’épée sacrée japonaise
L’épée du Sadet du Feu émerge du lit du fleuve Mékong (en Asie du Sud-Est)… Chez les Japonais, l’épée sacrée provient de l’éclair, de la queue du Dragon… Le fourreau de l’épée sacrée japonaise du Sadet du Feu représente l’obscurité et l’ignorance.

Cette épée n’est pas retirée de son fourreau par une main profane sans risques. Aveuglement ou brûlures menacent les inconscients. L’éclat ou bien le feu de l’épée ne peut être supporté que par des êtres qualifiés ou initiés…

L’épée à double tranchant sort de la bouche du Verbe
Le texte de l’Apocalypse présente l’épée à double tranchant sortant de la bouche du Verbe. Cette arme puissante possède à la fois un pouvoir destructeur et créateur. Le visage de l’Apocalypse d’où émerge l’épée est brillant comme le soleil, source de lumière.

Pour les croisés, l’épée est fragment de la croix de lumière. Les anges qui chassent Adam et Ève du paradis portent des épées de feu. En Chine, le trigramme qui correspond au soleil signifie également épée…, symbole de clarté et de lumière.

D'après une fresque du Jugement Dernier, art roman, église Saint Anne, XIIe siècle, Cazeaux-de-Larboust, Midi-Pyrénées, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une fresque du Jugement Dernier, art roman, église Saint Anne, XIIe siècle, Cazeaux-de-Larboust, Midi-Pyrénées, France. (Marsailly/Blogostelle)

Le glaive symbolise la Parole de Dieu et le Verbe…

L’épée, symbole axial et solaire
Dans certaines traditions, l’épée peut s’identifier à l’Axe de la Balance, un symbole d’équilibre et d’harmonie cosmique universelle. L’épée peut également être assimilée à l’Axe du monde.

Comme chez les Scythes de l’Iran ancien, pour qui l’Axe du Monde est représenté par une épée plantée au sommet de la Montagne. En Chine, l’épée impériale renvoie au symbolisme du Centre, lieu de rencontre de la Terre et du Ciel. L’épée renvoie aussi au Soleil dont le cycle fait le tour de l’univers en un jour cosmique…

L’épée de Feu des Chérubins
Selon Philon d’Alexandrie (Ier siècle apjc, en Égypte), l’épée symbolise le Logos et le Soleil. Dieu chasse Adam et Ève du paradis. Deux chérubins sont munis d’une épée de feu pour garder le chemin qui mène à l’Arbre de Vie.

Ce philosophe imprégné de culture grecque interprète dans les deux chérubins armés le mouvement éternel de l’univers. Il voit également les deux chérubins comme Bonté et Puissance, les deux attributs suprêmes de Dieu.

D'après l'iconographie médiévale, deux anges armés et couronnés. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après l'archange Saint Michel de Peter Anton von Verschaffelt, Castel sant' Angelo, XVIIIe siècle, Rome, Italie.(Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’iconographie médiévale, deux anges armés et couronnés : l’un garde la main sur le fourreau, l’autre brandit son épée… ; et l’archange Saint Michel de Peter Anton von Verschaffelt, Castel sant’Angelo, XVIIIe siècle, Rome, Italie. (Marsailly/Blogostelle)

Dans la bible, il est dit que deux chérubins armés d’une épée de feu gardent le chemin vers l’Arbre de Vie… Et l’épée symbolise aussi le Logos et le Soleil… 

L’épée libère les êtres des liens de l’illusion
En Inde, selon les Veda, l’épée du sacrificateur védique est assimilée à la foudre du dieu de l’Orage Indra. Symbole de pure connaissance, l’épée du dieu Vishnu est une épée flamboyante. L’obscurité de son fourreau renvoie à l’ignorance dont il faut se libérer.

Dans la tradition bouddhiste, l’épée flamboyante symbolise la lutte contre l’ignorance et la conquête de la Connaissance. Et le bodhisattva porte l’épée dans le monde des Asuras, assimilés à des démons… L’épée délivre des enchevêtrements, des nœuds et des liens de l’Illusion qui entravent les êtres.

LES ARMES SYMBOLISENT LA PUISSANCE DE L’ACTION

Comme les épées, les armes en général relèvent de la dualité. L’arme symbolise d’abord la puissance de la Volonté dirigée vers un objectif. Elle est la puissance de l’action, bénéfique ou maléfique, tyrannique ou libératrice…

D'après une œuvre de Paolo Uccello, XVe siècle apjc, Italie : Saint Georges transperce le dragon de sa lance. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une œuvre de Paolo Uccello, XVe siècle apjc, Italie : Saint Georges transperce le dragon de sa lance. (Marsailly/Blogostelle.)

Sur le plan spirituel, les armes correspondent à des vertus…
L’arme permet de terrasser et de vaincre les monstres ou les ennemis redoutables… Mais l’arme peut également être utilisée pour servir des ambitions de domination et de tyrannie.

Si l’arme – épée, lance, hache, arc, flèche… – symbolise un instrument de justice et de libération, elle symbolise en même temps un instrument d’oppression et d’asservissement… Sur le plan spirituel, les armes correspondent à des vertus et à des pouvoirs intérieurs… La force de l’Esprit se consacre à la lutte contre le chaos pour l’Équilibre universel…

D’après l’iconographie médiévale des combats de chevalerie : des épées et des lances. (Marsailly/Blogostelle.)

L’armure symbolique de la tradition chrétienne
Dans la tradition chrétienne, Saint Paul évoque le combat spirituel grâce au symbolisme des armes :

Revêtez l’armure de Dieu pour résister aux manœuvres du diable… Tenez-vous debout avec la Vérité pour ceinture, la Justice pour cuirasse, et pour chaussures le zèle à propager l’évangile et la paix… Ayez toujours en main le bouclier de la Foi… recevez le casque du Salut et le glaive de l’Esprit, c’est à dire la Parole de Dieu…

D'après un parchemin figurant Saint Victor, Maître de la Mazarine au XVe siècle apjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un parchemin figurant Saint Victor armé de son épée, Maître de la Mazarine, XVe siècle apjc. (Marsailly/Blogostelle.)

Ayez toujours en main le bouclier de la Foi… dit Saint Paul

Les armes de la mystique chrétienne
L’évocation de Saint Paul trouve sa correspondance dans la symbolique mystique chrétienne du combat spirituel. La ceinture est ainsi associée à la Vérité et à la Charité. La cuirasse représente la Justice et la Pureté.

Les chaussures renvoient à l’humilité et au dévouement apostolique. Le bouclier évoque la Croix et la Foi. Le casque apporte l’Espérance et le Salut. Le glaive symbolise la Parole de Dieu et l’arc la prière agissante au loin…

D'après une œuvre de Carpaccio Vittore, Saint Georges transperce le dragon de sa lance, début XVe siècle apjc, Italie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une œuvre de Carpaccio Vittore, Saint Georges transperce le dragon de sa lance, début XVe siècle apjc, Italie. (Marsailly/Blogostelle)

Les armes des dieux ou des héros…
La lance, l’épée, l’arc et la flèche sont souvent des emblèmes guerriers. Le couteau, le poignard, la dague et l’épieu se rapportent à la symbolique de la chasse. Certaines armes figurent parmi les attributs de la souveraineté et de la puissance royale ou divine…

… comme l’épée, la lance, la masse, la massue, le maillet, le bâton, le fouet. Les divinités célestes suprêmes, héritières des dieux de l’Orage et du Tonnerre, sont souvent pourvues d’une arme – Trident ou Foudre – qui symbolisent la force de l’éclair et de la puissance divine.

Parfois il s’agit d’un filet, d’une corde ou d’un lien, comme pour le dieu védique Varuna, qui symbolise une redoutable puissance magique et spirituelle. Le filet évoque le pouvoir de lier ou délier les êtres et les choses… Voir aussi Le dieu Varuna, grand maître magicien du panthéon védique.

D'après le masque d'Agamemnon, en or massif, Mycènes, XVIe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le masque d’Agamemnon, en or massif, Mycènes, XVIe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

Le roi légendaire Agamemnon possède une armure d’or et d’argent…

La science de combiner les métaux
Souvent, l’artiste qui forge les armes est considéré comme un magicien et un savant. Certaines armes sont fabriquées grâce à des alliages très complexes à réaliser. La combinaison des métaux exige un savoir-faire hors du commun.

Voir aussi les articles
Fer et métaux, une gestation symbolique.
Forge et métallurgie, un labeur  mythique.
Introduction au monde artistique de la Grèce antique (légende d’Agamemnon)

Selon le poète grec Homère (VIIIe siècle avjc), l’armure d’Agamemnon allie l’or et l’argent. Ce sont des métaux précieux en correspondance avec le symbolisme du Soleil et de la Lune. Ces deux principes, masculin et féminin, renvoient à l’union des contraires. D’autres métaux précieux habillent la cuirasse, l’épée et le bouclier d’Agamemnon, roi légendaire de Mycène…

D'après l'Epée associée à l'Air et le Bâton au Feu dans le Tarot de Marseille. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après l'épée maçonnique dite de La Fayette, début XIXe siècle. Un symbole de connaissance et d'initiation. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’épée maçonnique de La Fayette, début XIXe siècle : un symbole de connaissance et d’initiation ; et d’après l’Épée associée à l’Air et le Bâton au Feu dans le Tarot de Marseille. (Marsailly/Blogostelle)

Les armes et les 4 éléments
Traditionnellement, il existe des correspondances entre les armes et les quatre Éléments, Terre, Air, Eau et Feu. La fronde est associée à l’élément Air, la lance à la Terre, l’épée au Feu et le trident à l’Eau. Dans la symbolique du Tarot de Marseille, le bâton représente le Feu et l’épée l’Air.

La coupe symbolise l’Eau et le Denier, la Terre… Le Bâton symbolise une puissance vitale, une énergie créatrice, un jaillissement. L’épée symbolise le combat et le dépassement d’une épreuve, une intelligence ou une conscience aiguisée, une puissance maîtrisée… L’épée symbolise également l’initiation…

Sommaire Histoire(s) Sacrée(s)

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter  Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s