Catégories
PRÉHISTOIRE

Préhistoire, le talent exceptionnel des artistes magdaléniens

Histoire de l’art : pour créer leurs chefs-d’œuvre, les artistes magdaléniens de la fin du paléolithique exploitent le bois de renne, l’os et des blocs de pierre. Ils se distinguent encore dans l’art pictural, comme à Lascaux, un grandiose manifeste artistique…

Objets d’art et créations picturales paléolithiques

La grande majorité des témoignages de la vie artistique paléolithique remonte à l’époque où elle atteint son point culminant. En France, l’abri de La Madeleine de Tursac, en Dordogne, a donné son nom à la culture magdalénienne, qui s’épanouit entre 18 000 et 10 000 ans avjc environ. Les artistes font preuve d’une très grande créativité…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
Dernière mise à jour novembre 2020 –

D'après un propulseur de sagaie, dit Faon à l'oiseau, magdalénien, 18000-10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un propulseur de sagaie, dit Faon à l’oiseau, magdalénien, 18000-10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
– Le paléolithique supérieur, vers 40 000 – 35 000 avjc à 10 000 avjc. – Le Solutréen, vers 20 000 à 18 000 avjc. – Le Magdalénien, vers 18 000 avjc à 10 000 avjc. Chronologie générale L’Art de la Préhistoire

LE NATURALISME ET LA GRÂCE DE L’ART ANIMALIER

Œuvres peintes ou gravées, blocs sculptés mobiles, objets utilitaires ou de prestige…, les Magdaléniens cultivent un goût pour le décor, le sens du dessin, une recherche naturaliste et la précision du trait.

D'après le Bison à sa toilette, La Madeleine, France, magdalénien, 18000-10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après le Bison à sa toilette, La Madeleine, France, magdalénien, 18000-10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Des chefs-d’œuvre avec des outils de silex…
Les artistes magdaléniens sculptent en ronde bosse (en trois dimensions) ou gravent des omoplates de rennes. Ce type de support en os ou en ivoire est parfois propice à la réalisation de chefs-d’œuvre, comme Le Bison à sa toilette ou des petits animaux sculptés ou gravés.

C’est surtout en Dordogne, dans les Landes et dans les Pyrénées que les artistes Magdaléniens nous ont laissé des ouvrages exceptionnels, façonnés avec leurs seuls outils de silex. Comme Le petit cheval de Lourdes, aux proportions harmonieuses et au modelé réaliste…

D’après Le petit cheval de Lourdes, ivoire de mammouth, Isturitz, Pyrénées ; un cheval sculpté, ivoire de mammouth ; et un cheval hennissant, sculpture sur os, Mas-d’Azil, Ariège ; art magdalénien,  entre 18000 et 10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

On exploite le bois de renne pour s’outiller
L’outillage magdalénien reste très varié, même si l’art de la taille n’atteint pas la perfection des ouvrages solutréens. Grattoirs, burins, racloirs, perçoirs…, dont des pièces de très petite taille dites microlithiques, sont les principaux outils en silex de cette période.

Les Magdaléniens se distinguent surtout par leur outillage en os et utilisent, en particulier, le bois de renne. Ils réalisent par exemple des aiguilles à chas, des sagaies, des harpons et des bâtons percés ornés de décors gravés.

D’après un élément de parure, dent de cachalot percée et gravée, bison et cétacé au revers, grotte de Las Caldas, vers 14 600-14200 avjc, magdalénien, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Les artisans magdaléniens inventent le harpon
Les Magdaléniens façonnent des sagaies à biseau simple ou double et inventent le harpon fabriqué en bois de renne.

Sur les premiers modèles de harpons, les artisans créent des petites barbelures le long d’un côté. Ensuite, les artisans fabriquent des harpons à double rangée de barbelures, qui deviennent de plus en plus grandes.

Souvent, les harpons portent des décors incisés et les sagaies, toujours associées à des propulseurs et à des bâtons percés, sont ornées de motifs répétitifs ou d’animaux gravés.

D’après un mammouth, gravure sur ivoire ; des harpons en bois de renne, Mas-d’Azil, Ariège ; et un bâton percé et gravé, à motif de bouquetin ; art magdalénien ; vers 18000-10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

La touche artistique magdalénienne
La maîtrise technique et l’inspiration artistique distingue les artistes magdaléniens. Le propulseur dit Le Faon à l’oiseau provenant du Mas-d’Azil, en Ariège, est sculpté dans du bois de renne.

Cet objet utilitaire, destiné au lancement des sagaies, s’habille ici d’un décor élaboré et soigné. Comme d’autres ouvrages, la qualité de la sculpture et de la gravure en font aussi une pièce de prestige.

Le sculpteur exploite les volumes avec finesse et met en valeur la gracieuse attitude de l’animal, dont les lignes s’adaptent avec souplesse aux contraintes techniques de la matière première. Ainsi, les thèmes sculptés épousent les contours de la matière…

D’après une tête de cheval, gravure sur os, Isturitz, Pyrénées ; le Faon à l’oiseau, propulseur ; magdalénien, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Les maîtres artistes d’Isturitz et du Mas-d’Azil
Le style et le traitement du cheval de Bruniquel, par exemple, montrent comment l’artiste exploite le volume disponible. Les membres antérieurs de l’animal sont repliés et les postérieurs allongés.

Le poitrail est absent et l’attention se porte sur la tête de l’animal. Les ouvrages de la grotte d’Isturitz et du Mas-d’Azil mettent en lumière la qualité du travail technique et artistique des Magdaléniens.

D’après un propulseur cheval, bois de renne, vers 12000 avjc, Bruniquel, Tarn-et-Garonne ; et une pendeloque, chevaux gravés, ivoire, Bruniquel, Tarn-et-Garonne ; art magdalénien, 18000-10000 avjc, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

On identifie les animaux au premier coup d’œil…
La majorité des animaux représentés sur bois de renne ou sur bloc calcaire font partie du gibier. En revanche, les oiseaux et les poissons sont figurés plus rarement. Dans tous les cas, dans l’art paléolithique, le naturalisme des rendus permet d’identifier les sujets animaliers sans le moindre doute…

LASCAUX, UN FABULEUX FEU D’ARTIFICE PICTURAL

La grotte de Lascaux abrite des chefs-d’œuvre de l’art magdalénien. Comme ailleurs dans l’art pariétal du paléolithique supérieur, on retrouve une mise en scène fondée sur les animaux. Ces majestueuses compositions sont ponctuées de signes abstraits ou géométriques, isolés ou non…

D'après les peintures des grottes de Lascaux, vers 18 000 avjc, art magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après les peintures des grottes de Lascaux, vers 18 000 avjc, art magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Une salle principale et des galeries
On découvre en France la grotte de Lascaux en 1940, en Dordogne, sur la commune de Montignac. Elle comporte une salle principale d’environ 100 mètres de long, qui donne accès à plusieurs galeries. Datée au carbone 14, l’occupation des lieux remonte à environ 17 000-18 000 ans avjc, voire à 20 000 ans avjc selon certains spécialistes.

La grotte renferme plusieurs centaines de silex taillés, des objets en os, des pendeloques en coquillages, des lampes à graisse et des restes de colorants minéraux, comme de l’oxyde de fer (rouge, brun, orangé…) et du manganèse (bleu-vert, violet). Des ossements de cervidés, de sangliers et surtout de rennes constituent des vestiges de repas…

D’après des chevaux, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, art magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Les chevaux, représentés en nombre à Lascaux, semblent flotter et danser sur la roche, comme en apesanteur…

La rotonde des taureaux nous raconte une histoire…
La salle dite des Taureaux se situe non loin de l’entrée de la grotte de Lascaux. Les artistes semblent construire leur composition autour de deux grands aurochs affrontés.

Par ailleurs, un animal imaginaire ou mythologique dit La Licorne donne l’impression de mener la danse et d’inviter le spectateur à s’aventurer plus avant…Taureaux, bovidés, cervidés et chevaux entrent également dans la ronde…

On remarque parfois, à côté des animaux, la présence de quelques traits, tels des brins stylisés qui évoquent la végétation : herbes, arbustes ou plantes…

D'après l'animal dit La licorne, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après l’animal dit La licorne, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

L’humanité paléolithique fascinée par les animaux…
Principale source d’inspiration des artistes, les animaux semblent exercer une forme de fascination sur l’humanité paléolithique.

On les retrouve dans les compositions pariétales monumentales comme dans des moulages d’argile ou encore dans les décors de nombreux objets en os ou en ivoire.

Les scènes narratives où interviennent des êtres humains sont rares. En Sicile, en Espagne et en France, comme à Lascaux, on peut admirer des tableaux rupestres où un personnage se retrouve confronté ou terrassé par un animal.

D'après des taureaux et cerfs, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après des taureaux et cerfs, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Monde animal, présence humaine et signes

La puissance des regards et des lignes souples, gracieuses et majestueuses subliment une présence animale très vivante. Contrairement au rendu naturaliste des animaux, les êtres humains sont très stylisés.

Les représentations humaines s’apparentent à des silhouettes impersonnelles, archétypales ou à des personnages – peut-être masqués – qui semblent interpréter un rôle…

Les images de la grotte de Lascaux illustrent trois thèmes principaux : le monde animal, la présence humaine et des signes graphiques. En premier lieu, apparaissent les animaux.

D’après la vache rouge à tête noire et la vache noire ; grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne ; et un bovidé, os gravé, La Madeleine, 18 000 -10 000 avjc, magdalénien ; France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Chevaux, aurochs, cerfs, bouquetins, bisons…

Mais si le bestiaire représenté sur les parois évoque la faune connue en cette époque reculée, il ne reflète pas nécessairement la manière de se nourrir des êtres humains du paléolithique.

Les artistes magdaléniens peignent ou gravent quelque 600 animaux à Lascaux! Les représentations de chevaux sont les plus nombreuses. Taureaux ou vaches – des aurochs – sont présents autant que les cerfs. Viennent ensuite les bouquetins et les bisons…

D'après des cerfs et signes, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après des cerfs et des signes, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Des ours, et des félins…
On représente encore, mais plus rarement, des animaux carnivores, tels des ours et des félins. Comme dans d’autres grottes paléolithiques, ces animaux redoutables et naturellement circonspects sont peints ou gravés à Lascaux dans les endroits les plus reculés des lieux.

Peut-être pour signifier leur dangerosité et ainsi les éloigner des humains et du gibier ? Ou bien pour leur témoigner une forme de respect, voire pour les sacraliser…?

D'après La frise des lions, gravure sur os, grotte de La Vache, vers 11 000 avjc, magdalénien, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après La frise des lions, gravure sur os, grotte de La Vache, vers 11 000 avjc, magdalénien, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Des figurations humaines
Lascaux possède une seule figuration humaine, celle de La scène du Puits, qui représente un être humain allongé auprès d’un bison blessé. Non loin du personnage à tête d’oiseau – porte-t-il un masque ? – se trouve un bâton surmonté d’un oiseau : un insigne de pouvoir magique ou guerrier ? un sceptre de commandement ?…

Parmi les quelques représentations humaines peintes, gravées ou sculptées de l’époque paléolithique, on rencontre des images sexuelles féminines (très rarement masculines), des femmes enceintes, des mains en négatif et en positif, des figurations d’hommes souvent sommaires…

Voir aussi l’article  L’Art paléolithique consacre la féminité et le monde animal.

Parfois aussi, la silhouette ou l’anatomie humaine se marie au monde animal, avec des cornes, des bois, des pattes, des sabots ou une tête d’oiseau comme dans La scène du Puits

D'après un bâton, bison gravé, Isturitz, magdalénien, 18000-10000 avjc, Pyrénées, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un bâton, bison gravé, Isturitz, magdalénien, 18000-10000 avjc, Pyrénées, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

Chasseur et bison ou scène rituelle?
Au fond de la grotte de Lascaux, La scène du Puits montre un bison qui, frappé par une lance, perd ses entrailles. Il semble avoir renversé un chasseur et s’apprête à l’encorner…

L’homme est étendu sur le dos, bras écartés et mains ouvertes. Son corps est croqué en quelques traits de pinceau. Comparé au traitement plutôt naturaliste des animaux, cette volonté de stylisation extrême de la figure humaine reste une énigme.

L’homme au bâton de la scène du puits

L’oiseau de la tête du personnage et celui du bâton évoquent-t-ils une métamorphose ? Ce volatile est-il en relation avec la mort, un état de transe ou un épisode d’initiation ?…

D'après l'homme et le bison blessé, scène du Puits, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après l’homme et le bison blessé, scène du Puits, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

D’autres silhouettes paléolithiques masculines coiffées de bois de cerf évoquent-elles l’idée d’une transformation de la forme humaine? Des sorciers ou des magiciens? Des créatures surnaturelles? Des esprits des ancêtres? L’âme des grands chasseurs? 

Voir aussi l’article L’univers spirituel des chasseurs-cueilleurs

Les artistes paléolithiques tracent des signes…
Par ailleurs, les artistes paléolithiques tracent des signes qui ponctuent leurs grandioses compositions. Ils utilisent deux catégories de signes. L’une s’appuie sur des formes très simples, tels des points, des lignes, des stries, des traits…

D'après un cheval, taureau et signes, grotte de Lascaux, vers 18 000 ans avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)
D’après un cheval, taureau et signes, grotte de Lascaux, vers 18 000 ans avjc, magdalénien, Dordogne, France, paléolithique supérieur. (Marsailly/Blogostelle)

L’autre, fondée sur des graphismes plus complexes, comprend des figures quadrangulaires, des cercles, des tracés arborescents, des associations de dessins… Ces ensembles élaborés préfigurent-ils, peut-être, un code signifiant ou symbolique, dont nous ignorons la signification?…

Si la grotte de Lascaux abrite de nombreuses peintures, des centaines de gravures apparaissent aussi sur ses parois de calcaire. Elles précèdent ou complètent les œuvres picturales…

L’ensemble artistique de Lascaux est à ce jour le témoignage monumental le plus complet et le mieux daté du paléolithique supérieur.

D’après des taureaux et cerfs, grotte de Lascaux, vers 18 000 avjc, Dordogne, art magdalénien, 18000-10000 avjc, Pyrénées, France, Paléolithique supérieur. (Marsailly-Blogostelle)

Le grandiose manifeste artistique de Lascaux et les témoignages d’autres sites laissent imaginer un monde paléolithique non dépourvu de croyances et de ressources spirituelles… Les thèmes culturels liés au feu, à la pierre, à la chasse, aux animaux et à la femme vont connaître, semble-t-il, une très grande longévité. On les retrouve à l’époque néolithique, puis aux âges des métaux… et bien au-delà encore…

Article suivant Histoire du Sacré, le Paléolithique

Sommaire La Préhistoire

Consulter Le sommaire du BLOG

Bloc notes + Un roman? La Guerre du Feu, de J.H. Rosny Aîné. Un film? La Guerre du Feu de Jean-Jacques Annaud. Un site ? Les grottes de Lascaux : archeologie.culture.fr/lascaux/fr

Par Maryse Marsailly

Blogostelle : Histoire de l'Art et du Sacré. Civilisations, chefs-d'œuvre, mythes, symboles..., tout un univers s'exprime dans les œuvres d'art.

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.