NÉOLITHIQUE-BRONZE

L’art au Néolithique, civilisation de la pierre polie

Des cultivateurs et des artisans

Le néolithique signe la fin de la préhistoire… L’humanité va connaître une profonde évolution qui la mènera à édifier ses premières civilisations… Le nouvel âge de la pierre se distingue par une importante transformation sociale et culturelle. Les artisans démontrent une maîtrise technique très aboutie de la pierre polie. Ils inventent aussi la poterie et la terre cuite et créent les premières céramiques. Les groupes néolithiques produisent et s’organisent… Agriculteur, éleveur ou artisan, l’être humain exploite de plus en plus son environnement. Espaces cultivés et pâturages se multiplient…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour décembre 2015 –

D'après une reconstitution d'une maison néolithique de la culture du rubané. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une reconstitution d’une maison néolithique de la culture du rubané. (Marsailly/Blogostelle)

LES PREMIERS VILLAGEOIS EUROPÉENS

Les cinquième et quatrième millénaires avjc… Le mode de vie néolithique se diffuse progressivement en Europe. En France, il s’implante d’abord dans le Midi dès la fin du VIe millénaire avjc. Puis dans l’Est de l’hexagone, vers 4500 ans avjc, avant de gagner ensuite l’ensemble du territoire… 

Le néolithique méditerranéen et le néolithique danubien
Deux voies de diffusion, méditerranéenne et danubienne, propagent la culture néolithique. En France, ces deux courants se rejoignent à la fin du VIe millénaire avjc et au début du Ve millénaire avjc.

C’est le rayonnement méditerranéen qui le premier va jouer un rôle important dans le Sud de l’hexagone. Ensuite, la voie danubienne plus tardive va se déployer de l’Anatolie vers le Nord de la Grèce avant de gagner la région du Danube et l’Est de la France…

D'après un habitat néolithique de la culture du rubané, avec un auvent pour abriter l'entrée... (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un habitat néolithique de la culture du rubané, avec un auvent pour abriter l’entrée… (Marsailly/Blogostelle)

On construit de grandes maisons, on aménage les premiers villages et la société néolithique semble plutôt égalitaire et patriarcale…

La paléogénomique (étude de la structure et de la fonction des génomes) confirme l’arrivée du néolithique en Europe par 2 courants déjà identifiés par les céramiques. Source : Colloque Archéologie des migrations, INRAP (12-13 novembre 2015).

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
Néolithique ancien cinquième et début du quatrième millénaire avjc.Néolithique moyen, quatrième et début troisième millénaire avjc. Chronologie générale Néolithique-Âge du Bronze

Les communautés néolithiques se développent…
La culture néolithique peut émerger simultanément en divers endroits, de manière partielle ou complète. Dans un premier temps, il arrive que certaines populations conservent en partie leur façon de vivre ancestrale.

La construction de villages, la pratique de l’agriculture et de l’élevage, et des nouveautés techniques accompagnent l’adoption du mode de vie néolithique. Cette culture se transmet d’un groupe humain à un autre.

Le néolithique se développe à partir d’un centre novateur avant de rayonner ensuite au-delà de ses limites locales. Les communautés accèdent peu à peu à une évolution culturelle et technologique…

D'après des haches polies, l'outil-symbole de la période néolithique. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après une hache néolithique en jadéite poli. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des haches polies, l’outil-symbole de la période néolithique ; dont une hache néolithique en jadéite polie. (Marsailly/Blogostelle)

Fabriqués en nombre, ces objets témoignent de la grande habileté des artisans pour le polissage du silex ou des pierres dures.

Voir aussi l’article le symbolisme de la Hache

… et l’histoire des sociétés humaines commence
L’époque néolithique inaugure les débuts de l’histoire des sociétés humaines. À partir de ce moment, la diversité culturelle s’épanouit de plus en plus… Les artisans inventent de nouvelles techniques pour répondre à de nouveaux besoins.

Ils excellent dans le polissage de la pierre, la fabrication de céramiques ou le tissage. Selon les contrées, on élabore des formes et des décors variés. On construit aussi différents modèles de grandes maisons pour abriter les familles et le bétail.

Haches, fourches, herminettes…
Les potiers façonnent divers récipients en terre cuite pour stocker ou cuire des aliments. L’artisanat de la céramique apparaît en France au cours de la mise en place du mode de vie néolithique. On fabrique aussi différents outils.

D'après des haches et herminettes néolithiques à lames en silex et manches en bois. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des haches et herminettes néolithiques à lames en silex et manches en bois. (Marsailly/Blogostelle)

Les haches, les herminettes ou les fourches, en silex ou en pierres dures, sont utiles aux travaux agricoles et au défrichement des forêts. Les manches des outils sont fabriqués en général en bois de cervidés. On peut voir des rainures sur certaines pierres polies. Ce sont les traces laissées par le travail de polissage réalisé sur un bloc ou une dalle de grès.

L’artisan polit la pierre dure par frottements et utilise de l’eau et du sable pour affiner son polissage. Il existe aussi au néolithique des haches précieuses en jadéite. Ces objets de prestige sans doute votifs peuvent être déposés dans des sépultures sous mégalithes, comme en Bretagne…

LE SUD DE LA FRANCE ADOPTE LE NÉOLITHIQUE

Dès le sixième millénaire avjc, l’avancée de la culture néolithique en France méditerranéenne se fait par la mer. Elle se propage rapidement, en quelques siècles. La navigation joue un rôle essentiel pour le peuplement des îles et favorise les échanges entre les communautés. Les premières céramiques font leur apparition dans le Midi de la France…

DD'après des pirogues néolithiques sur le modèle charentais. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une pirogue néolithique sur le modèle charentais. (Marsailly/Blogostelle.)

On navigue en méditerranée…
On a retrouvé des objets en obsidienne qui prouvent que des contacts existent en méditerranée. Grâce à la navigation, il est possible d’échanger et de diffuser des denrées ou des objets. Des gisements d’obsidienne se trouvent alors en Corse et en Sicile …

Selon les régions, la navigation est plus ou moins facilitée par la géographie des côtes, qui parfois sont bordées de roches très abruptes. Malgré un accès difficile, des pêcheurs de mollusques néolithiques occupent pourtant l’île de Riou, au large de Marseille… En France, on construit des pirogues en bois parfois de grandes dimensions…

La céramique (terre cuite) apparaît dans le Midi
Les premières communautés néolithiques du Sud de la France sont disparates mais ont un point commun : la technique de décor des objets qu’elles façonnent en terre cuite.

Les potiers créent des motifs formés de bandes décoratives à l’aide d’un coquillage, le cardium ou coque, d’où le nom de « cardiale » donné à leur céramique. Cette céramique est la première qui voit le jour en France. Pour réaliser des ornements, les artisans appliquent une technique en creux en utilisant un coquillage sur une pâte crue ou cuite.

D'après des motifs néolithiques de céramiques cardiales. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après le coquillage utilisé pour les décors de la céramique cardiale néolithique, le cardium. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après des tessons de céramique cardiale néolithique. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des motifs de poteries cardiales néolithiques, et d’après le cardium, coquillage utilisé par les potiers de la culture cardiale pour décorer leurs céramiques. (Marsailly/Blogostelle)

Coquillage, peigne ou poinçon pour imprimer des décors
Le décor cardial rappelle celui des céramiques des îles italiennes et espagnoles, qui sont des relais de transmission de la culture méditerranéenne. Une influence d’Afrique du Nord n’est pas non plus à exclure. Plus tard, la culture cardiale se répand dans le nord-ouest de la France.

Puis les artisans finissent par abandonner l’usage du coquillage pour créer différents types de décors à l’aide d’un peigne ou d’un poinçon. Les potiers préfèrent tracer des motifs variés par incisions sur leurs terres cuites. À la fin du néolithique, certains artistes réalisent des motifs en relief parfois en forme de baguettes.

D'après une poterie néolithique, terre cuite et décor cardial. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une poterie néolithique, terre cuite et décor cardial. (Marsailly/Blogostelle)

La culture néolithique cardiale se diffuse en France
Le premier néolithique méditerranéen, implanté dans le Sud de la France et en Corse, se propage rapidement loin dans les terres. Les Causses, l’Aquitaine, les Pyrénées, le Massif Central…, adoptent le mode de vie cardial et, plus tardivement, le Jura, la Bourgogne, le Sud-Est et le bassin de la Loire. L’influence de cette culture néolithique cardiale s’achève vers la fin du Ve millénaire avjc…

D'après une céramique néolithique à tenons de préhension et à décor au poinçon. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après un décor de poterie néolithique réalisé au peigne. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après une céramique cardiale à anse et décor en relief, néolithique. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une céramique néolithique à tenons de préhension et décor au poinçon ; un décor de poterie réalisé au peigne ; et d’après une céramique cardiale à anse et décor en relief, art néolithique. (Marsailly/Blogostelle)

Dans le Midi, on utilise encore des abris sous roches et des grottes
Dans le Sud de la France, les groupes néolithiques aménagent des abris sous roches ou des grottes pour en faire leur habitat. Ils entretiennent surtout des troupeaux de chèvres et de moutons, dont le type d’élevage provient de la culture néolithique du Proche-Orient. Certaines grottes peuvent faire office de bergerie…

À proximité du bétail, les premiers cultivateurs défrichent les bois et les forêts. On cultive du blé et de l’orge et la chasse continue d’assurer une partie de la subsistance. Les sites néolithiques de Font-Juvenal, dans le Languedoc, de Fontbregoua et de Châteauneuf-les-Martigues, en Provence, témoignent de ce mode de vie dans le Midi de la France.

L’ÉVOLUTION NÉOLITHIQUE PASSE AUSSI PAR LES RÉGIONS DU DANUBE…

Contrairement à celle du néolithique méditerranéen, l’influence du néolithique danubien est plus puissante et plus homogène. Elle provient des rives roumaines du Danube et se diffuse à partir du cinquième millénaire avjc dans l’Est de la France… Des migrants venus de l’Europe centrale forment des groupes culturels dits Rubanés…

D'après la reconstitution d'une grande maison néolithique de style danubien. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après la reconstitution d’une grande maison néolithique de style danubien. (Marsailly/Blogostelle)

Les grandes maisons danubiennes en bois et torchis
Les habitats, les sépultures et les décors des céramiques des peuples dits rubanés forment un ensemble qui répond à une certaine unité culturelle… jusque dans le Bassin Parisien… Dans la culture rubanée, l’habitat est déjà très élaboré. Il révèle une grande homogénéité.

Les villageois choisissent leurs sites d’habitations en fonction de l’accès à des terres fertiles et faciles à cultiver… Les loess de la France du Nord ou les sols riches en alluvions des plaines et des vallées sont particulièrement propices aux mises en culture.

Ils construisent de grandes maisons en bois et en torchis qui mesurent de 50 à 40 mètres de long. Les habitants fabriquent le torchis en mélangeant de l’argile et de la paille. Ils couvrent aussi leurs habitations de toits en chaume à double pente.

Cinq rangées de poteaux, ou davantage, permettent d’organiser l’espace intérieur des habitations. En général, les hôtes des lieux entrent dans la maison par le petit côté abrité. Une dizaine de maisons identiques constituent un village…

D'après une terre cuite néolithique style rubané, à motifs de lignes incisées. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une terre cuite néolithique style rubané, à motifs de lignes incisées. (Marsailly/Blogostelle)

Les motifs décoratifs des poteries néolithiques de style rubané sont incisés dans la pâte crue, et dessinent des rubans ou des mouvement de vagues…

Poteaux et charpentes
Des traces de poteaux et parfois des restes de torchis permettent de reconstituer un modèle des grandes habitations danubiennes à Cuiry-lès-Chaudardes dans l’Aisne, dans le Bassin Parisien.

En général, les maisons sont édifiées selon un axe Est-Ouest comme à Chamoy en Bourgogne. On extrait d’abord l’argile nécessaire à la fabrication du torchis. La fosse ainsi creusée servira ensuite de débarras à détritus.

Par la suite, la construction des habitations évolue vers une forme plus trapézoïdale et dissymétrique. La maison, surélevée du côté de l’entrée, est plus basse sur son long côté… De grands poteaux soutiennent la charpente des maisons néolithiques et d’autres, moins imposants, permettent d’installer des cloisons intérieures.

Toute une maisonnée réunie…
L’espace central de la maison est vaste et peut accueillir un groupe important d’individus. Il est probable que plusieurs membres d’une même famille vivent ensemble. Une autre pièce fait office de réserve ou peut abriter du bétail…

Si on chasse encore dans les villages danubiens, l’élevage fourni la plus grande partie de la viande grâce aux troupeaux de bœufs, de porcs et de chèvres. Comme en Orient, on pratique aussi la cueillette des céréales auxquelles s’ajoutent les pois et les lentilles.

D'après une poterie à décor de chevrons incisés, néolithique. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une poterie néolithique à décor rubané, motifs en bandeaux, vers Ve millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après une terre cuite du rubané décorée par incision, vers 4000 ans avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une poterie à décor de chevrons incisés, une poterie néolithique rubané à motifs en bandeaux, vers le Ve millénaire avjc ; et d’après une terre cuite du rubané décorée par incision, vers 4000 ans avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

La céramique rubanée dans les régions du Nord
L’avancée du courant néolithique danubien se fait lentement, à partir de la Grèce du nord. Il faut attendre 1500 ans entre l’adoption du mode de vie néolithique en Grèce du nord et les premiers signes d’une culture néolithique en Alsace, en Lorraine, en Champagne et dans une grande partie du Bassin Parisien…

Le point commun de ces populations néolithiques est une céramique d’un type particulier : la céramique dite rubanée. Les artisans composent des décors de rubans, de volutes, de vagues, de guillemets et de motifs géométriques incisés. Ils fabriquent déjà des terres cuites de qualité dont les motifs en rubans sont caractéristiques… Ils réalisent leurs décors à l’aide de poinçons ou de peignes dans la pâte crue.

D'après une terre cuite carénée néolithique, à décor peint, vers le Ve millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une terre cuite carénée néolithique, à décor peint, vers le Ve millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle)

On inhume les défunts dans des sépultures individuelles
Vers 4000 ans avjc, comme aux temps paléolithiques, on pratique l’inhumation individuelle en pleine terre. La sépulture de Cys-La-Commune dans l’Aisne, en France, renferme la dépouille d’une femme recouverte d’une légère couche d’ocre.

La défunte est accompagnée d’un mobilier funéraire, ce qui est encore assez rare à l’époque. Sa parure comprend des bracelets de calcaire et de grès, des colliers en rondelles de calcaire, des perles en coquillages et deux coques provenant de la méditerranée. Des objets circulent entre le nord et le sud…

Au quatrième millénaire avjc, la culture de Michelsberg dans le Nord…
En Europe, au quatrième millénaire avjc, la culture de Michelsberg et la culture Chasséenne sont les deux cultures néolithiques les plus importantes.

La culture de Michelsberg, dont le site éponyme se trouve en Belgique, se répand dans le Nord de l’Europe grâce à ses ateliers spécialisés dans l’extraction du silex. Ses potiers fabriquent de grands gobelets en céramique à fond plat, sans décor, et des plats appelés plats à pain dont le façonnage est assez sommaire.

D'après des poteries néolithiques de type chasséen, vers IVe millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des poteries néolithiques de type chasséen, vers le IVe millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle)

… Et la culture Chasséenne se déploie du Sud au Nord
La culture Chasséenne s’épanouit dans le Sud de la France avant de progresser vers le Nord. Ses artisans se distinguent par leur art déjà élaboré de la céramique. Le lissé de leurs poteries au décor géométrique est soigné. On fabrique des récipients utiles à la cuisson et à la conservation des aliments.

Certains modèles sont pourvus de tenons de préhension pour les suspendre. Des coupes à socle servent de supports ou à brûler du parfum ou de l’encens. Les potiers chasséens façonnent aussi des vases carénés, et imaginent des décors en damiers incisés et incrustés de pâte blanche.

LA FIGURE HUMAINE, SUJET DE PRÉDILECTION NÉOLITHIQUE

À l’époque paléolithique, les représentations picturales et gravées sont dominées par les animaux. Avec l’avènement de la culture néolithique, un nouveau sujet apparaît : la figure humaine. Ce thème devient le centre des représentations du monde symbolique et prend une dimension de plus en plus prépondérante…

D'après une statuette néolithique féminine aux traits stylisés, comme un masque, vers 5000 ans avjc, Bulgarie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une statuette néolithique féminine aux traits stylisés, comme un masque, vers 5000 ans avjc, Bulgarie. (Marsailly/Blogostelle.)

On crée des statuettes en terre cuite…
Les Vénus de Fort-Harrouard, un site néolithique fortifié en Eure-et-Loire, en France, remontent au IVe millénaire avjc. Les artistes façonnent surtout des statuettes féminines en terre cuite…

… Ils recherchent une simplification du dessin qui valorise particulièrement la poitrine. On retrouve cette même schématisation sur les statues-menhirs du Midi de la France, entre les IIIe et IIe millénaires avjc.

D'après un détail de peinture, Lérida, vers 8 000 avjc, Espagne. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une figure néolithique stylisée, Ve millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

Du mésolithique au néolithique : d’après un détail de peinture, Lérida, vers 8 000 avjc, Espagne ; et d’après une figure néolithique stylisée, Ve millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

Les traits caricaturaux et stylisés des visages évoquent des masques…

Des statuettes ou des stèles aux attributs féminins
Beaucoup de stèles anthropomorphes néolithiques représentent essentiellement des attributs féminins, comme des seins et des parures. En général, les silhouettes féminines épousent le contour de la pierre.

Des cercles évoquent les seins. Les yeux et le nez sont à peine esquissés sur un visage sans bouche. Comme au paléolithique supérieur, il s’agit sans doute d’une absence volontaire… Souvent, les bras sont ramenés sur le devant du corps et portent un objet, peut-être votif…

D'après une statuette féminine en terre cuite, vers le IVe millénaire avjc, Le Fort Harrouard, en France. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une statuette en terre cuite, vers le IVe millénaire avjc, Le Fort Harrouard, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après un buste féminin en terre cuite, vers le IVe millénaire avjc, Le Fort Harrouard, en France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une statuette féminine néolithique en argile, vers 4000 ans avjc, Picardie ; et d’après une statuette et un buste féminin, en terre cuite, vers le IVe millénaire avjc, Le Fort Harrouard, France. (Marsailly/Blogostelle.)

Un buste fin et menu aux seins ronds surmonte de très larges hanches…

Des dalles de pierre anthropomorphes…
Dès le quatrième millénaire avjc, dans certains dolmens, on rencontre de grandes dalles en pierre de forme anthropomorphe. Le plus souvent, elles sont très sommairement sculptées.

En France, à Carnac, à Gravinis et sur le site de La Table des Marchands, en Bretagne, on peut voir des dalles similaires plus soigneusement élaborées. Au cours du néolithique, on peut rencontrer aussi ce type de grandes pierres gravées dans les allées couvertes mégalithiques qui abritent des sépultures ou dans les hypogées…

D'après une statue-menhir néolithique parée d'une ceinture, Aveyron, France (Marsailly/Blogostelle.)  D'après la stèle de La Lombarde en calcaire, vers 2500 ans avjc, Vaucluse, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après une statue-menhir néolithiques de l'Aveyron, en France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une statue-menhir néolithique parée d’une ceinture ; la stèle de La Lombarde, vers 2500 ans avjc, Vaucluse ; et une statue-menhir néolithique de l’Aveyron ; France. (Marsailly/Blogostelle)

Des lignes très schématisées et géométrisées dessinent les parures, les mains, la posture, les attributs… et donnent aux personnages féminins ou masculins une expression symbolique…

Des statues-menhirs fichées en terre au IIIe millénaire avjc
Comme les premiers menhirs néolithiques, les statues-menhirs du troisième millénaire avjc prennent la forme de monolithes fichés en terre. En général, la représentation humaine s’intègre dans les formes de la pierre et se confond avec elle.

Les artistes gravent aussi des visages accompagnés d’un décor plus ou moins sobre ou riche. On peut apercevoir des sortes d’écussons, des carrés, des rectangles, ou des éléments de parure. Au troisième millénaire avjc, le caractère féminin est davantage explicite. Des seins parfois rehaussés d’un collier apparaissent sur des monuments funéraires.

On grave et on sculpte sur des monolithes
Dans le Sud de la France, les statues-menhirs en pierre sont plus nombreuses. Les dalles sont sculptées sur leurs deux faces, les stèles d’un seul côté. En Provence, on peut rencontrer des petites stèles dont les visages sont très géométriques. Dans le Languedoc, les statues-menhirs représentent des hommes et des femmes et peuvent mesurer de 40 centimètres à 1,90 mètres.

D'après une statue-menhir néolithique en grès, la Dame de Saint-Sernin, Aveyron, France. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une stèle néolithique à motifs de chevrons, vers 3000-2500 avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une statue-menhir néolithique en grès, à large parure : la Dame de Saint-Sernin, Aveyron ; et d’après une stèle néolithique à motifs de chevrons, vers 3000-2500 avjc. (Marsailly/Blogostelle)

On place des statues-menhirs à l’écart des villages
La région du Rouergue est la plus riche en statues-menhirs anthropomorphes. Elles sont le plus souvent installées en hauteur, en des lieux très boisés et loin des villages.

Hommes et femmes sont souvent sculptés sur les deux faces du monolithe et possèdent des attributs variés. Ces dalles mesurent 1,50 mètres de haut en moyenne. Quelques fois, on rencontre des hommes transformés en femme, mais jamais le contraire.

D'après une statue-menhir néolithique à moustaches style régional de l'Hérault. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une statue-menhir néolithique de Bouisset, Hérault, en France. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après une stèle anthropomorphe et étoile ou soleil, style Vaucluse, calcaire, vers 2300 avjc. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une statue-menhir néolithique de la région du Gard, Maison-Aube, en France. (Marsailly/Blogostelle.)

En France : d’après une statue-menhir à moustaches, Cazaril, Hérault ; une statue-menhir de Bouisset, Hérault ; une stèle anthropomorphe, avec étoile ou soleil, style Vaucluse, calcaire, vers 2300 avjc ; et une statue-menhir néolithique de la région du Gard, Maison-Aube, France. (Marsailly/Blogostelle)

Les bras et les mains se rejoignent en une même ligne… ou l’accent est mis sur des grands yeux ronds… ou un symbole semble magnifier le personnage ou encore la figure évoque l’attitude de la prière ou celle d’une d’orante (?)

D'après une stèle néolithique à traitement géométrique, IIIe millénaire avjc, Provence, en France. (Illustration Marsailly/Blogostelle.)

D’après une stèle néolithique à traitement géométrique, IIIe millénaire avjc, Provence, en France. (Marsailly/Blogostelle)

Si l’être humain devient une figure centrale de l’expression artistique, les réalisations néolithiques les plus impressionnantes sont les mégalithes. Ainsi, d’immenses assemblages de blocs de roche parsèment les paysages… Au cours de la période ancienne du néolithique, des peuples construisent des structures funéraires à l’aide de pierres gigantesques. Les mégalithes sont particulièrement visibles le long de la façade Atlantique…

Article suivant  Le temps des Mégalithes, un souffle d’éternité

Sommaire Néolithique-Âge du Bronze

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s