NÉOLITHIQUE-BRONZE

Mythes et rites : de la pierre au métal, du chasseur au guerrier…

Néolithique et Âge du Bronze : un héritage spirituel qui remonte à la préhistoire…

La découverte de la fusion des métaux marque l’histoire culturelle et spirituelle de l’humanité. Selon Mircea Eliade, une mythologie des métaux succède à la mythologie de la pierre. L’univers sacré se rattache maintenant davantage aux métiers de la mine, de la forge et de la métallurgie. De l’utilisation du fer météorite jusqu’à la technologie aboutie de la métallurgie du cuivre, du bronze et du fer, un nouvel imaginaire se développe. Il se nourrit aussi de thèmes hérités de la préhistoire, comme celui des bovidés et celui du chasseur, modèle ancestral du guerrier exemplaire…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour mai 2017 –

D'après une reconstitution de temple de l'âge de Bronze surmonté de cornes. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une reconstitution de temple de l’âge de Bronze surmonté de cornes de bovidés. (Marsailly/Blogostelle)

L’IMAGINAIRE COLLECTIF ÉLABORE UNE NOUVELLE MYTHOLOGIE LIÉE À LA MÉTALLURGIE

Les minerais croissent dans les entrailles de la Terre-Mère comme des embryons… Ils sont empreints d’une sacralité tellurique, qui provient de la terre souterraine. Dans différentes traditions, des actes cultuels, la pureté rituelle, la méditation, le jeûne, les prières, etc… s’associent aux travaux de la mine et de la métallurgie.

Les peuples anciens travaillent le fer météorite
Longtemps avant de découvrir et d’exploiter le minerai de fer, les peuples anciens travaillent le fer météorite. Comme pour la pierre, ils transforment des matériaux bruts en outils.

En Mésopotamie, le vocable sumérien an-bar pour désigner le fer se construit sur les signes Ciel et Feu. Il se traduit par métal céleste ou métal étoile. En Égypte et en Anatolie, les Égyptiens et les Hittites connaissent aussi le fer météorique, le fer noir venu du ciel. Ce métal rare est aussi précieux que l’or. Considéré comme sacré et céleste, on le destine plus particulièrement à un usage rituel…

D'après une hache de cérémonie au nom du roi Untash-Napirisha, XIVe siècle avjc, Iran. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une hache de cérémonie au nom du roi Untash-Napirisha, XIVe siècle avjc, Iran. (Marsailly/Blogostelle)

L’univers spirituel du lointain Chasseur paléolithique va inspirer très longtemps la symbolique de l’initiation, des rites, des activités cultuelles, des armes et des traditions guerrières, souvent en relation avec le monde animal…

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
– Le Mésolithique, 10 000 ans avjc à 8000 ans avjc. – Le Néolithique, 8000 ans – 6000 ans avjc à 1800 ans avjc. L’âge du Bronze, 1800 ans avjc à 750 ans avjc. Chronologie détaillé  Néolithique-Âge du Bronze

L’invention du fourneau et de la forge enrichit l’imagination
Dans le prolongement de la métallurgie du cuivre et du bronze, la métallurgie du Fer donne naissance à une riche mythologie. Le minerai de fer est abondant. Grâce à la mise au point de la technologie de la fonte, le Fer se prête à une exploitation et à une production importante.

Les artisans peuvent fabriquer des objets en série. L’invention du fourneau pour la céramique et pour le travail des métaux, et la mise au point du processus de durcissement du métal, chauffé au rouge et au blanc dans la forge pour la métallurgie du Fer, alimentent l’imagination religieuse…

D'après le délicat travail de la fusion, qui s'accompagne en général de tabous et de rituels... (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le délicat travail de la fusion, qui s’accompagne en général de tabous et de rituels… (Marsailly/Blogostelle)

Dans la mine, on pénètre dans le sein de la Terre-Mère…
C’est universel, les cavernes et les mines symbolisent la matrice de la Terre-Mère. Ainsi, le labeur d’extraction du minerai est assimilé à une mise au jour avant terme.

Selon la pensée mythologique et symbolique, au cœur des ténèbres telluriques, le métal croît en fonction du rythme géologique et mûrit lentement pour finalement devenir parfait… Cette délicate opération d’extraction du sein de la Terre-Mère explique les rites et les précautions pratiquées par les mineurs et les forgerons un peu partout dans le monde…

L’ART DES MAÎTRES DU FEU

L’apparition de la poterie, puis de la métallurgie, inspire une symbolique spirituelle qui sacralise le travail des potiers, des métallurgistes et des forgerons. Les artisans du métal possèdent eux-mêmes une aura ténébreuse, qui se rapporte à la puissance sacrée de la mine, du minerai et du feu souterrain. Ce sont des Maîtres du Feu…

D'après le thème du fourneau et de la forge. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le thème du fourneau et de la forge : les arts de la métallurgie et de la poterie reposent sur la maîtrise du feu et du temps… (Marsailly/Blogostelle)

Le mystère et le danger du monde souterrain
En pénétrant dans la mine, les mineurs cheminent, non sans risques, dans un domaine sacré. Ils évoluent dans le monde inviolable et dangereux des profondeurs… Cet univers inquiétant se rattache dans les mythes à la mine mais aussi à la caverne et à la montagne.

Les divers peuples légendaires de fées, de génies, de nains, d’elfes, d’esprits…, sont les épiphanies d’une présence sacrée en ces lieux. On craint leurs manifestations ou leurs apparitions… Rencontrer ces êtres telluriques sans précautions rituelles peut s’avérer dangereux…

Fusion des métaux, tabous et rituels 
Les mineurs avec leurs pioches comme les métallurgistes avec leurs fourneaux pratiquent donc une opération délicate qui n’est pas sans conséquences. Le travail de métallurgie permet d’achever le processus de gestation du minerai extrait de la mine.

Le fourneau est assimilé à une matrice artisanale, et le métallurgiste se substitue à la Terre-Mère pour accélérer et parfaire la croissance du métal. C’est pourquoi, traditionnellement et universellement, des tabous et des rituels accompagnent les opérations de fusion.

Les fondeurs et les forgerons détiennent un pouvoir sur le feu et le métal et peuvent créer des armes redoutables ou empreintes d’un caractère sacré…

D'après une hache cérémonielle Viking, Xe siècle. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une hache cérémonielle Viking, Xe siècle. (Marsailly/Blogostelle)

Le métal, puissance à la fois sacrée et démoniaque
Chez les peuples ancestraux, les fondeurs et les forgerons sont réputés parce qu’ils détiennent un pouvoir sur le feu, comme peuvent l’être les chamans, les hommes-médecines, les magiciens ou les sorciers…

Le métal est chargé d’une puissance à la fois sacrée et démoniaque et ce caractère ambivalent se transmet aux métallurgistes, à la fois respectés et redoutés. Dans certains cas, l’activité des forgerons est considérée comme méprisable mais le plus souvent ils sont craints et honorés. Ils s’installent souvent à l’écart des villages soit parce qu’ils sont rejetés soit pour préserver leur labeur secret…

Voir aussi les articles :
Le Sacré : Forge et métallurgie, un labeur mythique
Fer et métaux, une gestation symbolique
La Hache, symbole foudroyant et universel

DES FORGERONS OU DES POTIERS ŒUVRENT AUSSI DANS LE MONDE DES DIEUX…

Si l’habileté manuelle et la transmission du savoir-faire sont un héritage de l’âge de pierre, la pensée spirituelle et les croyances évoluent autour des métiers de la mine et de la métallurgie, de l’art et de la création. Forgerons ou potiers divins jouent parfois un rôle primordial pour asseoir le pouvoir d’un dieu suprême…

D'après le dieu Baal de l'Orage et le roi, Ugarit, milieu IIe millénaire avjc, Syrie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu Baal de l’Orage et le roi, Ugarit, milieu IIe millénaire avjc, Syrie. (Marsailly/Blogostelle.)

Grâce aux gourdins forgés par Kôshar-wa-hasis, Baal conquiert sa souveraineté.

Un dieu cananéen forgeron et maître-d’œuvre
Dans les récits mythologiques, on rencontre des forgerons divins qui fabriquent des armes pour les dieux ou les héros. L’art de la forge permet de vaincre les monstres ou les dragons…

Dans le mythe cananéen, Kôshar-wa-hasis (adroit-et-astucieux) forge deux gourdins pour le dieu Baal. Grâce à ces armes, Baal peut abattre le seigneur des mers et des eaux souterraines…

Le forgeron Kôshar-wa-hasis est aussi l’architecte et l’artisan des dieux. C’est lui le maître d’œuvre de la construction du palais de Baal et de l’édification de sanctuaires dédiés à d’autres divinités… Dans la mythologie grecque, c’est Héphaïstos qui est le dieu forgeron et le maître du feu…

D'après l'iconographie du dieu égyptien Ptah, potier et forgeron. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’iconographie du dieu égyptien Ptah, potier et forgeron.

Ptah façonne le monde et les armes du dieu Horus vainqueur de Seth.

Ptah forge les armes d’Horus, vainqueur de Seth
En Égypte, le dieu potier Ptah façonne le monde et forge les armes qui permettent à Horus de vaincre Seth, le maître du désordre, et de rétablir l’équilibre dans le royaume… Souvent, dans les mythologies, le forgeron divin aide à conquérir la souveraineté, à rétablir l’harmonie et la stabilité face aux forces du chaos.

Dans certaines cultures, le dieu-forgeron se rattache aussi à la musique et au chant. Forgeron et chaudronniers sont parfois également musiciens, poètes, guérisseurs et magiciens. Une intimité mythique existe entre les sciences de la métallurgie et les sciences secrètes comme le chamanisme, la magie ou l’art de guérir, et le chant, la danse et la poésie.

La maîtrise du temps, de la matière et du feu
Pour créer et perfectionner la matière, l’artiste qui travaille le métal se substitue à la nature et à ses rythmes. Il s’agit d’accélérer la purification et le mûrissement du minerai grâce au feu du fourneau.

Des millénaires plus tard, on retrouve cette conception chez les alchimistes. Selon eux, le plomb et les métaux, si on leur en donne le temps, deviennent finalement de l’or pur une fois leur cycle de gestation accompli au sein de la matrice souterraine… Comme pour les premiers métallurgistes, l’art de l’alchimiste repose sur la maîtrise du temps de la matière et du feu…

DES OFFRANDES, DES RITES ET DES OBJETS CULTUELS…

Du point de vue de l’histoire des religions, les thèmes universels comme les origines du monde, les ancêtres mythiques, la mort et le gibier… pourraient émerger dès la préhistoire. Ces croyances spécifiques aux peuples de chasseurs perdurent au néolithique et vont inspirer de nouveaux développements spirituels aux Âges des métaux.

D'après un cerf en bronze moulé, premier âge du Fer. (Marsailly/Blogostelle)

D’après un cerf en bronze moulé, premier âge du Fer. (Marsailly/Blogostelle)

De la préhistoire aux âges des métaux, on affectionne les cervidés…

Au mésolithique, le climat, le paysage, la flore et la faune changent…
Vers 8000 ans avjc, le mésolithique précède et inaugure le Néolithique. À cette époque, le climat, le paysage, la flore et la faune changent… La forêt remplace les steppes et les troupeaux de rennes remontent vers le Nord de l’Europe.

Les hommes vivent de plus en plus de la pêche, installés au bord de la mer ou des lacs. Les cultures mésolithiques semblent moins grandioses que celles de la fin du paléolithique. Au Proche-Orient à la même époque, on domestique déjà les animaux et on commence à pratiquer l’agriculture…

D'après l'art rupestre de l'âge du Bronze, Suède, un faon ou une biche... (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’art rupestre de l’âge du Bronze, Suède : un faon ou une biche… (Marsailly/Blogostelle)

Le monde symbolique de la chasse et du gibier inspire des rites
Selon Mircea Eliade, on ne peut pas affirmer l’existence d’un culte des ancêtres ou de croyances en des êtres divins ou surnaturels comme le Maître des Fauves ou autres dès la préhistoire. Mais des analogies avec des cultures dites archaïques permettent de l’imaginer.

Le monde symbolique de la chasse et du gibier connaîtra une très très longue longévité… Dans les contrées froides de l’Europe, on a découvert des rennes entiers immergés dans l’eau glacée. Un bon moyen de conserver de la viande ou un sacrifice rituel au maître des animaux?

Dans certaines cultures, on organise des repas rituels. On mange la chair du renne et son crâne est exposée au sommet d’un poteau cultuel, peut-être comme une offrande à un être divin… Les sacrifices par immersion se pratiquent de l’Europe du Nord jusqu’en Inde.

D'après l'iconographie préhistorique du cervidé. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après l'art rupestre nordique à l'âge du Bronze : chariot et bateaux. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après le thème du lac sacré. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’iconographie préhistorique du cervidé et l’art rupestre nordique à l’âge du Bronze : chariot et bateaux. (Marsailly/Blogostelle)

Quand la forêt remplace les steppes, cerfs et biches remplacent les troupeaux de rennes qui remontent vers le Nord… De l’époque néolithique à l’âge des métaux, certains lacs apparaissent comme des lieux sacrés…

Des lacs et des rivières, réceptacles des offrandes
Dès le néolithique, certains dépôts de flèches, d’outils en os, de haches taillées et de ramures de rennes permettent d’imaginer un acte volontaire de rassembler des objets votifs… De l’époque néolithique à l’âge des métaux, lieux sacrés et pratiques rituelles semblent se perpétuer…

Il semble que les lacs ou les rivières fassent l’objet de dépôts d’offrandes, comme cela est attesté aux âges du Bronze et du Fer en Europe Occidentale. Certains lacs sont considérés comme des lieux sacrés où l’on vient déposer des offrandes ou des ex-voto…

Figures anthropomorphes, bovidés, cervidés et signes
À l’époque néolithique, le naturalisme et la vivacité des représentations paléolithiques laissent la place à un dessin simple et schématique. Le style des figurations anthropomorphes (formes humaines) ou thériomorphe (formes animales), surtout des bovins ou des cervidés, se résume à quelques traits.

Des galets Aziliens du mésolithique aux images rupestres néolithiques, on remarque la présence de signes, comme des ondulations en rubans, des cercles, des points, des soleils… Les attelages de bovidés et les bateaux sont également souvent représentés.

D'après l'art rupestre nordique à l'âge du Bronze : bateau et personnages. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après des dessins rupestres de la tombe de Kivic, âge du Bronze, Suède. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’art rupestre de l’âge du Bronze : un bateau et des personnages ; des dessins rupestres, tombe de Kivic,  Suède ; et une scène avec char, bateaux, animal et personnage. (Marsailly/Blogostelle)

Les dessins de l’âge du Bronze montrent des chars, des hommes, des animaux, des bateaux… et des guerriers? des danseurs? une cérémonie? une fête?…

Des objets rituels en pierre, symboles des ancêtres?
Si des signes énigmatiques existent déjà au paléolithique, les motifs peints des galets Azilien du mésolithique sont parfois interprétés comme des signes magiques, symboliques, ou comme les éléments d’une forme archaïque d’écriture…

D'après l'art mésolithique des galets peints, Mas-d'Azil, en France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après l’art mésolithique des galets peints, Mas-d’Azil, France. (Marsailly/Blogostelle)

La culture azilienne des derniers chasseurs-cueilleurs nous a laissé des séries de galets peints ou gravés…

… Leur fonction rituelle ou spirituelle paraît probable même si la signification des soleils et autres signes géométriques reste mystérieuse. En Australie, des objets rituels en pierre, ornés du même type de motifs, symbolisent le corps mystique des ancêtres. Ces objets, cachés dans des grottes ou enterrés dans des lieux sacrés, sont dévoilés aux jeunes hommes à la fin de leur initiation…
(Marsailly/Blogostelle.)

Des ancêtres mythiques en Australie et en Afrique
La tradition australienne évoque des ancêtres mythiques qui vivent pendant l’âge d’or, dans un paradis terrestre avec du gibier en abondance. Un lieu où les questions du Bien et du Mal ne se posent pas… Les anciens australiens réactualisent ce monde paradisiaque en organisant des fêtes…

D'après une pierre peinte, culture Dogon, qui représente Yasigui, la jumelle mythologique d'Ogo, Afrique. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après des galets aborigènes au décor peint, Australie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une pierre peinte, culture Dogon, qui représente Yasigui, la jumelle mythologique d’Ogo, Afrique ; et des galets aborigènes au décor peint, Australie. (Marsailly/Blogostelle)

Des objets sacrés peut-être en relation avec un système symbolique ou un code signifiant… Les galets aborigènes symbolisent le lien spirituel entre les vivants et les ancêtres…

… Les lois et les interdits sont à cette occasion suspendus. Comme d’autres peuple du Sud, les Australiens croient que leurs ancêtres mythiques se sont métamorphosés en Arbres ou bien qu’ils sont montés au Ciel pour habiter le soleil et les étoiles… En Afrique, dans la culture Dogon, les ancêtres mythiques sont représentés par les jumeaux Yasigui et Ogo.

Le crâne, un objet de culte
Les peuples mésolithiques inhument leurs morts et enterrent aussi des crânes. Cette pratique déjà connue au paléolithique se prolonge au néolithique… Le plus souvent considérée comme le lieu de l’âme ou de l’esprit, la tête a une grande importance magico-religieuse dans différentes civilisations.

D'après un crâne de l'âge du Bronze. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un crâne de l’âge du Bronze. (Marsailly/Blogostelle)

Âme, souffle, esprit, vie, double…
Par ailleurs, les rêves et les expériences extatiques suggèrent l’idée d’un élément spirituel indépendant du corps mais présent en l’être humain. Selon les peuples, les interprétations varient : âme, souffle, esprit, vie, double… Cela explique certains rites de consommation du cerveau de victimes pour s’approprier leur puissance spirituelle. Dans l’ancienne Égypte, le siège de l’âme est situé dans le cœur…

DU MYTHE DU CHASSEUR… AU MYTHE DU GUERRIER

Des chasseurs vont finalement devenir des combattants pour défendre les premiers villages… Et les vertus exemplaires du chasseur de la préhistoire, aux attributs exclusivement masculins, animent toujours les guerriers et les conquérants des premières aristocraties de l’âge du Bronze et du Fer…

D'après une boucle de ceinture en bronze doré, art mongol, IIe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une boucle de ceinture en bronze doré, loup, art mongol, IIe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle)

Ancêtre mythique de la dynastie mongole, le loup incarne l’excellence d’un chasseur redoutable…

Initiation et transformation rituelle en loup
Certaines initiations indo-européennes comportent la transformation rituelle en loup. Le jeune guerrier s’approprie le comportement d’un carnassier… Dans certains rituels d’extases ou d’orgies, comme dans le culte antique de Dionysos, on réactualise le comportement ancestral des chasseurs paléolithiques en dévorant la viande crue du gibier…

Pendant longtemps, la chasse restera un privilège, une initiation à l’habileté et à l’excellence et le sport favori de l’aristocratie guerrière… Bien plus tard, la chasse va devenir une activité de prestige… pour les seigneurs, les princes et les rois…

Des conquêtes symbolisées par un animal de proie…
Au cours de l’âge des métaux, les valeurs masculines et guerrière montent en puissance… Les techniques de guerre se fondent en général sur celles de la chasse. Les grandes invasions des peuples indo-européens ou des Turco-Mongols sont vécues sous le signe de la chasse. Ces conquêtes sont souvent symbolisées par un animal de proie et le carnassier par excellence c’est le loup…

D'après la chasse au lion, mosaïque grecque, Pella, Maison de Dionysos, IVe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après la chasse au lion, mosaïque grecque, Pella, Maison de Dionysos, IVe siècle avjc. (Marsailly/Blogostelle)

La mise à mort d’un fauve symbolise parfois la conquête d’un territoire…

La poursuite et la mise à mort d’un fauve
Dans des cultures traditionnelles, l’animal sauvage – ours, loup, aigle, lion…
– incarne la chasse mais il peut également renvoyer à un ancêtre mythique thériomorphe auquel se rattache une tribu.

La poursuite et la mise à mort d’un fauve devient le modèle mythique de la conquête d’un territoire. La valorisation spirituelle des vertus masculines et guerrières prolonge les qualités spécifiques du chasseur. Beaucoup plus tard, au XIIe siècle, Gengis Khan prétend être le descendant du Loup, ancêtre mythique de la dynastie Mongole…

D'après l'art ruperstre de l'âge du bronze en Suède. Guerrier ou divinité à la lance. (Illustration Marsailly/Blogostelle.)

D’après un guerrier ou une divinité, qui brandit une grande lance, art rupestre de l’âge du bronze européen (Marsailly/Blogostelle.)

L’exacerbation des valeurs guerrière à l’âge du Fer…
Une mythologie des métaux supplante celle de la pierre à l’âge du Bronze. Les outils et les armes se multiplient grâce aux progrès techniques de la métallurgie. Les arts du métal sont l’affaire d’artistes hautement spécialisés. Et dans les sanctuaires de l’âge du Fer, des animaux sont sacrifiés et on expose des trophées de guerre…

Dans un monde de plus en plus attaché aux valeurs guerrières, l’âge du fer va parachever des conceptions culturelles de l’âge du Bronze … Dans beaucoup de sociétés ancestrales, on retrouve la distinction entre les cultivateurs sédentaires et les chasseurs-guerriers…

D'après une pointe de lance en bronze et un silex de la culture campaniforme. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après des haches en bronze, Charente, âge du Bronze, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une pointe de lance en bronze et un silex de la culture campaniforme, âge du Bronze ; et des haches en bronze, Charente, France. (Marsailly/Blogostelle)

Chasser pour se nourrir et chasser pour se défendre…
Les plus importantes inventions du Mésolithique sont l’arc et les flèches, les premières embarcations, la fabrication de cordes, de filets et d’hameçons. Mais la chasse reste un moyen de subsistance essentiel et les valeurs culturelles et spirituelles des anciens chasseurs-cueilleurs perdurent.

Du néolithique aux âges de métaux, si la chasse continue de jouer un rôle de subsistance à côté de l’élevage et de l’agriculture, elle devient de plus en plus un moyen pour se défendre… ou attaquer et dominer… Au cours de l’âge du Fer, on évolue dans un monde guerrier, où le char et la panoplie guerrière deviennent de véritables objets de prestige…

FIN DU CHAPITRE NÉOLITHIQUE – ÂGE DU BRONZE

CATÉGORIE NÉOLITHIQUE-ÂGE DU BRONZE

Au Néolithique, les artisans travaillent le silex et inventent la céramique. On construit des villages et on érige des monuments mégalithiques… Au Chalcolithique, on met au point la métallurgie du cuivre… Puis les artistes de l’Âge du Bronze excellent dans l’art du métal et réalisent des chefs-d’œuvre en bronze et en or pour une élite guerrière…

SOMMAIRE
Du mésolithique au néolithique, les premiers villages
Le Néolithique, civilisation de la pierre polie
Le temps des Mégalithes, un souffle d’éternité
Villages, sépultures collectives et enceintes néolithiques
Les cultivateurs néolithiques sacralisent la Végétation
Les mégalithes cristallisent une présence spirituelle
Des artisans du cuivre aux métallurgistes du Bronze
L’Âge du Bronze, arts, richesses et prestige
De la pierre au métal, du chasseur au guerrier…

Du néolithique à l'âge du Bronze... d'après une hache de cérémonie de l'âge du Bronze. (Marsailly/Blogostelle.)

Premier article : Du mésolithique au néolithique, les premiers villages

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s