L'INDE ANCIENNE

Arts de l’Inde, l’époque védique, la poésie sacrée des hymnes

Le Sacré inspire les arts de l’Inde ancienne

L’art de l’Inde est profondément relié à la vie spirituelle et se nourrit de divers courants de pensée. Fondée sur les Védas, la tradition védique est la plus ancienne référence spirituelle dans la culture hindoue. Les principaux textes sacrés sont le Rig-veda, le plus ancien, composé entre le XVe siècle avjc et le IXe siècle avjc. Les Brâhmanas et les Upanishads védiques, plus tardifs, remontent aux IVe et IIIe siècles avjc.

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour novembre 2016 –

D'après un bas-relief, le dieu Çiva, art Chola, XIIe-XIIIe siècle, Tamil Nadu, Inde du Sud. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un bas-relief, le grand dieu cosmique Çiva (ou Shiva), art Chola, XIIe-XIIIe siècle, Tamil Nadu, Inde du Sud. (Marsailly/Blogostelle)

Héritier du dieu védique Rudra-Çiva, Çiva (Shiva) apparaît dans l’hindouisme comme le maître divin de la destruction et de la recréation cosmique…

LA QUÊTE DE LA CONNAISSANCE…

À partir de 1500 ans avjc, l’Inde ancienne entre dans l’époque védique… Une période riche en différents courants spirituels. De l’Hindouisme fondé sur le Rig-Veda (recueil d’hymnes en sanscrit) au Bouddhisme et au Jaïnisme, l’art de l’Inde foisonne d’images sacrées…

Le Rig-Veda, un ouvrage sacré en langue sanskrite
Le Rig-Veda est une œuvre spirituelle et poétique rédigée en sanskrit. Elle se compose de 1028 hymnes répartis en 10 livres. La date de la composition du Rig-Veda est incertaine, située entre 1500 ans avjc et 800 ans avjc. Mais la rédaction de cet ouvrage sacré a sans doute été très longue…

D'après le dieu Soleil Sûrya, XIIIe siècle, Konarak, Orissa, Inde médiévale. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu Soleil Sûrya, XIIIe siècle, Konarak, Orissa, Inde médiévale. (Marsailly/Blogostelle)

… Le contenu sacré du Rig-Veda et les divinités citées semblent se rattacher à un fond très ancien commun aux tribus Aryâ. Dans le Rig-Veda, les peuples Aryens se qualifient de Aryâ qui signifie homme noble. Ils racontent aussi qu’ils possèdent des chars et des chevaux qu’ils prêtent aux dieux…

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
Époque védique entre 1500 avjc et IIIe siècle avjc – Le Rig-Veda, les Brâhmanas et les Upanishads – Buddha vers 560 avjc, le bouddhisme. – Mahâvira vers 540 avjc, le Jaïnisme – Conquête de la Perse avec Darius en 517 avjc – Conquête grecque d’Alexandre Le Grand en 326 avjc – Reconquête de l’Indus par Çandragupta au IVe siècle avjc Chronologie générale  Les arts de l’Inde Ancienne

D'après Le Rig-Veda, 1028 hymnes et prières. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après des images du Rig-Veda, Brâhma sur le lotus. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des images du Rig-Veda, ouvrage sacré védique, avec Brâhma sur le lotus… (Marsailly/Blogostelle)

Le Rig-Veda, composé entre le XVe siècle avjc et le IXe siècle avjc, comporte 1028 hymnes et des prières dédiés aux dieux… Le terme sanskrit Veda signifie Savoir, Connaissance…

Des louanges imagées et des prières
Les hymnes védiques du Rig-Veda rendent hommage à un ou à plusieurs dieux… Il s’agit en général de louanges imagées associées à des prières de longévité et de prospérité… Les longs poèmes du Rig-Veda expriment l’amour de la vie, la peur de la mort, de la maladie et de la faute… Les dieux apparaissent souvent comme des puissances de la nature divinisées…

Avec les nombreux hymnes qui leur sont consacrés, les dieux Indra et Agni apparaissent comme les plus importants du panthéon védique… Indra est le dieu de l’Orage et du tonnerre. Agni est le dieu du feu sous toutes ses formes dont le feu sacrificiel… Dans l’un des livres védiques, Agni est même présenté comme le Divin par excellence…

D'après un relief sculpté, Indra sur son éléphant Airavata, IIe siècle avjc, Inde. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un relief sculpté, Indra sur son éléphant Airavata, IIe siècle avjc, Inde. (Marsailly/Blogostelle)

… Varuna, Sûrya et le Soma
Dans le Rig-Veda, on rencontre également le dieu Varuna, le grand ordonnateur du Ciel… Selon les Vedas, il entretient des relations avec les humains qui le craignent. Il peut sévir, punir ou délivrer des fautes… Comme le dieu indo-iranien Mitra (Mithra dans le monde perse) à qui il est associé, Varuna est le gardien de l’ordre…

Sûrya, dieu Soleil, est le dispensateur de lumière…
Les hymnes védiques le dépeignent Sûrya sur un char tiré par un seul cheval ou par sept chevaux. Le véhicule du dieu-Soleil possède une roue unique…

Sous le nom de Savriti, c’est une divinité qui incarne le principe qui anime l’astre Soleil. Quant à Soma, plante et breuvage d’immortalité offert aux dieux, il est élevé au rang de divinité et symbolise la grande valeur spirituelle du sacrifice rituel…

D'après le dieu Soleil Sûrya sur son char, XIIIe siècle, Konarak, art médiéval de l'Inde. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu Soleil Sûrya sur son char, XIIIe siècle, Konarak, art médiéval de l’Inde. (Marsailly/Blogostelle)

… le dieu du Vent Vâyu, les Maruts, Rudra et Vishnu…
Parmi les 33 dieux védiques, dont le nombre se perpétue dans l’hindouisme, Vâyu et les Maruts sont les divinités des vents. Ils sont honorés pour apporter la pluie bienfaisante.

On implore le dieu Rudra, terrible et redouté, pour échapper aux maladies et aux désastres… Dans les Vedas, peu d’hymnes sont consacrés Vishnu qui, pourtant, se révèle comme une divinité majeure dans l’Hindouisme.

Doté d’un caractère cosmique et solaire, il est le dieu dont les Trois enjambées couvrent les Trois mondes de la Terre au Ciel... Vishnu est également représenté sur le serpent cosmique Ananda, quand il se repose entre une dissolution et une recréation du Cosmos et du monde…

D'après une peinture du début du XIXe siècle, Vâyu, le dieu du Vent, art de l'Inde. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une peinture du début du XIXe siècle, Vâyu, dieu du Vent, art de l’Inde. (Marsailly/Blogostelle)

Voir aussi l’article Soma, Rudra-Çiva et Vishnu, déités chantées dans les Veda…

Le védisme, une tradition de la Connaissance
Le Rig-veda est considéré comme le plus important des quatre recueils sacrés du védisme : Rig-Veda, Yajur-Veda, Sama-Veda et Atharva-Veda. C’est aussi le plus ancien. Le Rig-veda est la source de la mythologie, de la cosmogonie, du processus rituel et de la philosophie brahmanique…

Le terme sanskrit Veda signifie Savoir, Connaissance… et qualifie un ensemble de textes brahmaniques, du Rig-veda aux Upanishads. Ces textes fondent les croyances religieuses et les doctrines spirituelles de la société hindoue.

D'après des images du Rig-Veda. On aperçoit Indra sur son éléphant, peut-être Rudra-çiva et Brâhma et ses 4 faces... (Illustration Marsailly/Blogostelle.)  D'après des images du Rig-Veda, le dieu salvateur Vishnu et Brâhma. Plutôt discret à l'époque védique, le bienveillant Vishnu devient une star dans l'Hindouisme au côté de Çiva et Brâhma. (Illustration Marsailly/Blogostelle.)

D’après des images du Rig-Veda : Indra sur son éléphant, peut-être Rudra-çiva, et Brâhma et ses 4 faces… ; le salvateur Vishnu et sa compagne Lakshmî, le dieu suprême Brâhma et Sarasvatî et le dieu du Vent Vayû sur sa gazelle, XIXe siècle apjc, arts de l’Inde. (Marsailly/Blogostelle.)

Discret à l’époque védique, le bienveillant Vishnu va devenir une star dans l’Hindouisme au côté de Çiva et Brâhma…

Les Vedas sont longtemps transmis oralement, avant d’être finalement mis par écrit à une époque plus ou moins tardive selon les auteurs. Le texte le plus important, le Rig-Veda, régit le sacerdoce des prêtres et les règles du sacrifice, un acte absolument essentiel dans la culture de l’Inde ancienne…

LES BRÂHMANAS ET LE BRAHMANISME

Les Brahmanas sont des commentaires en prose des Vedas. Ils auraient été composés en Inde du Nord entre les Xe siècle et VIIe siècle avjc. Les textes brahmaniques expriment à la fois une continuité et une évolution de l’ancestrale religion védique…

D'après une statue du dieu Brâhma sur le lotus, art du Sri Lanka. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une statue du dieu Brâhma sur le lotus, art du Sri Lanka. (Marsailly/Blogostelle.)

Selon la tradition spirituelle hindoue, Vishnu dort à la surface des Eaux Primordiales… un lotus rose sur lequel se tient Brâhma émerge de son nombril et engendre la Renaissance du Monde…

Brâhma, principe créateur et Atman, l’âme universelle
Les Brahmanas se rapportent aux quatre Vedas mais ils mettent particulièrement en lumière la puissance du sacrifice et du rite… Ces textes sacrés explicitent le sens profond des sacrifices rituels et la portée spirituelle des actes accomplis par les prêtres.

Les Brâhmanas racontent également des légendes et des mythes cosmogoniques… L’idée d’un principe créateur, déjà connue dans le védisme, s’exprime par diverses épithètes… Chaque nom divin se rapporte à une facette ou a une fonction spécifique de la Divinité Suprême, énergie créatrice…

Le Grand Principe Être et Non-Être, Brâhman, se manifeste par l’Atman, l’Âme Universelle… Silencieuse, cette âme universelle pénètre tout, et chaque être humain individuellement participe d’une infime partie de l’Atman appelé aussi Soi…

D'après le Çiva grand Yogin du Kailâsanâtha, art Pallava, VIIIe siècle, Kânchîpuram, Tamil Nadu, Inde du Sud. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le Çiva (ou Shiva) grand Yogin du Kailâsanâtha, art Pallava, VIIIe siècle, Kânchîpuram, Tamil Nadu, Inde du Sud. (Marsailly/Blogostelle.)

Çiva (Shiva), grand dieu Transformateur, est représenté dans l’ancestrale posture de la méditation… Une attitude que l’on rencontre déjà sur les sceaux de Mohenjo-Daro… voir l’article les sculpteurs et graveurs de l’Indus

Le Brâhmanisme conçoit la réincarnation successive des êtres vivants
Les derniers chapitres des Brahmanas se montrent davantage philosophiques et marquent une transition vers les Upanishads… Le brahmanisme s’épanouit à la suite du Védisme mais précède l’hindouisme… Il instaure une division tripartite bien définie de la société…

La caste des prêtres brahmanes a la suprématie sur l’aristocratie guerrière et sur le reste de la population. L’évolution spirituelle dans les Brahmanas se distingue aussi par l’apparition de la conception selon laquelle les êtres sont soumis à des réincarnations successives dans un même un temps cyclique…

Maîtres brâhmanes et ascètes en quête de Libération…
À l’époque védique, le Nord de l’Inde est morcelé en petits royaumes… Aux VIe et Ve siècles avjc, différentes formes de pensées philosophiques et spirituelles s’expriment… Maîtres brahmanes et ascètes véhiculent de nouveaux courants éthiques ou religieux.

Mais leurs enseignements partagent la même conviction que les êtres vivants sont prisonniers du Samsara, et que chacun est soumis à la transmigration des âmes. La finalité de tous ces mouvements spirituels est d’obtenir la libération définitive de cet enchaînement des renaissances. On retrouve ce thème dans les plus anciennes Upanishads védiques…

D'après une sculpture de Vishnu, dieu salvateur, dynastie Chandela, fin Xe siècle apjc-début XIe siècle apjc, Inde. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une sculpture de Vishnu, dieu salvateur, dynastie Çandela (Chandela), fin Xe siècle apjc-début XIe siècle apjc, Inde. (Marsailly/Blogostelle)

La massue-gada et la roue-chakra sont des attributs de Vishnu…

Rudra-Çiva, Brâhma et Vishnu, une trinité divine
Le moyen de se libérer du samsara évoqué dans la Brihad-Aranyaka-Upanishad se retrouve dans les autres Upanishads… Si les dernières Upanishads védiques reprennent la même ligne spirituelle que les premières, elles annoncent l’avènement de la religion hindoue comme un aboutissement du védisme…

Le Maitry-Upanishad assimile l’âme universelle à Rudra-Çiva, à Vishnu ou au Soleil… Les textes révèlent aussi les trois principales énergies de l’âme universelle qui préfigurent la divine tripartite hindoue, Trimurti. Rudra-Çiva représente l’aspect ténébreux, Brâhma la puissance d’action et Vishnu la forme lumière…

Plus tard, en tant que destructeur bénéfique, Çiva remplace Rudra dans le trio divin hindou… Brâhma , Çiva (Shiva) et Vishnu symbolisent la triple manifestation de Brâhma en tant que principe suprême : Brâhma le Créateur, Vishnu le Préservateur et Çiva le Transformateur…

Dans le monde spirituel hindou, le lotus rose padma, attribué à Vishnu, symbolise la lumière et renvoie au jour et au soleil… le lotus bleu utpala se rattache au dieu Çiva (Shiva) Transformateur, à la nuit et à la lune…

D'après Brâhma, Çiva et Vischnu, la trinité suprême hindoue, la Trimurti, Ellora, VIe ​​siècle apjc - VIIIe siècle apjc, Maharashtra, Inde. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Brâhma, Çiva (Shiva) et Vischnu, trinité suprême hindoue, la Trimurti, Ellora, VIe siècle apjc – VIIIe siècle apjc, Maharashtra, Inde. (Marsailly/Blogostelle)

Brâhma, Vishnu, Çiva et leurs épouses-çakti
Brâhma, Vishnu et Çiva (ou Shiva) composent le trio divin, la Trimurti, qui représente les différentes formes du dieu suprême… Mais chacun est doté d’une épouse et parèdre, une image de l’aspect féminin de la divinité et de son énergie créatrice.

La compagne féminine équilibre et complète un mode divin masculin et incarne l’énergie créatrice, la shakti ou çakti, du dieu… Les épouses divines symbolisent la puissance de création et la qualité de l’énergie spirituelle du dieu à qui elles sont associées.

Sarasvatî, Lakshmî et Parvatî, trois grandes déesses
On rencontre souvent dans l’art de l’Inde des représentations picturales ou sculptées des trois couples divins de la trinité hindoue : Brâhma et son épouse Sarasvatî, Vishnu et Lakshmî, Çiva (Shiva) et Parvatî. Les dieux sont assis sur des fleurs de lotus, un des plus anciens symboles spirituels en Inde de pureté, de naissance et de puissance divine…

Sarasvatî s’identifie à la Sagesse, Lakshmî à l’Abondance et Parvatî à la Montagne (fille de l’Himalaya…). Comme son époux Çiva (Shiva), Parvatî se rattache à l’origine à un monde sauvage et retiré très ancien qui peut être se trouvait aux commencements de l’époque védique en dehors des normes des Védas…

D'après un manuscrit du XVIIIe siècle, les trois couples divins sur des lotus, Inde ancienne. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un manuscrit du XVIIIe siècle, les trois couples divins sur des lotus, Inde ancienne. (Marsailly/Blogostelle)

Brâhma et son épouse Sarasvatî, Vishnu et Lakshmî, Çiva (ou Shiva) et Parvatî trônent sur des lotus, symboles de naissance et d’épanouissement spirituel.

Brâhma, dieu suprême aux quatre visages…
Brâhma, comme principe suprême, se distingue par ses quatre visages en correspondance avec les 4 directions de l’espace… Il est souvent accompagné de son épouse Sarasvatī. Parfois, on peut voir Brâhma arborant les textes sacrés des Vedas… Une image qui rattache le brahmanisme au Védisme…

Vishnu, son épouse Lakshmî à ses côtés, représente l’énergie qui respecte et préserve la création et la vie. Çiva (Shiva) a pour épouse Parvatî. Il exprime la puissance de destruction bénéfique qui permet le renouvellement du monde et la recréation cosmique…

D'après un haut relief sculpté, le dieu Brâhma, Ellora, VIe ​​siècle apjc - VIIIe siècle apjc, Maharashtra, Inde ancienne. (Marsailly/Blogostelle).

D’après un haut relief sculpté, le dieu Brâhma, Ellora, VIe siècle apjc – VIIIe siècle apjc, Maharashtra, Inde ancienne. (Marsailly/Blogostelle)

Les quatre faces de Brâhma (dont l’une n’est pas visible) symbolisent sa dimension cosmique et universelle…

Voir aussi l’article Le Sacré en Inde, Prajâpati, Brâhman et Atman

Les 14 Upanishads védiques, des textes révélés
Upanishads védiques désigne en sanskrit les textes sacrés hindous considérés comme révélés… Ils semblent avoir été rédigés entre le VIe siècle avjc et le IIIe siècle avjc. Mais leur contenu est sans doute beaucoup plus ancien que la date de leur rédaction…

Les Upanishads expliquent comment le désir entraîne l’être dans le tourbillon des réincarnations… Les Upanishads évoquent la transmigration des âmes qui dépend du Karma de chacun, c’est à dire du poids des bonnes ou des mauvaises actions au cours de la vie…

La cessation du cycle des incarnations successives est cependant possible. Ceux qui travaillent à se libérer de tous désirs prennent conscience que leur âme individuelle participe de l’âme universelle, l’Atman, qu’elle rejoindra…

Voir aussi les articles
Le Sacré en Inde, rituels, cosmogonie, doctrine védique
Le Sacré en Inde, du rite à la métaphysique
Le sacré en Inde, la quête des rishis et des sages

Le Vedanta, La Fin des Vedas, invite à la libération…
Une majorité des textes qui composent le Vedanta sont récents, d’autres remontent à une période très ancienne, entre 700 ans et 300 ans avjc. La conception spirituelle du Vedanta invite l’être humain à se libérer du cycle de la transmigration…

Prisonnier de son ignorance, chacun doit parvenir au-delà du voile de l’illusion pour reconnaître en lui l’Atman et la vérité du Soi absolu, Brâhman… Vedanta signifie en sanskrit La Fin des Vedas.. C’est une référence aux Upanishads considérées comme la fin achevée des Vedas, aussi bien dans le temps que dans le sens d’un aboutissement vers la Connaissance Essentielle…

Aux Ve siècle et IVe siècle avjc, Buddha, fonde le bouddhisme et Mahâvîra réforme le jaïnisme. Les doctrines hindouistes et bouddhiques se propagent en Inde et en Asie du Sud Est…

Article suivant  Bouddhisme et Jaïnisme, sources d’inspiration artistique

Sommaire Les Arts de l’Inde ancienne

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s