ÂGE DU FER

Âge du Fer : l’unité culturelle de la civilisation celtique

La panoplie guerrière des chefs gaulois de la Tène

Du Ve au Ie siècle avjc, partons à la rencontre de la nouvelle civilisation de La Tène, au deuxième Âge du Fer… Les tribus celtes évoluent de manière autonome, mais semblent se rassembler au sein d’une vaste unité culturelle vivifiée par la langue, les croyances et les arts… Aux IVe et IIIe siècles avjc, une nouvelle élite guerrière renoue en Gaule avec la tradition des tombes à char, mais exhibe une panoplie de combat sans précédent…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Mise à jour novembre 2016 –

D'après un casque oiseau en bronze, La Tène, fosse rituelle de Tintignac, Corrèze, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un casque oiseau en bronze, La Tène, fosse rituelle de Tintignac, Corrèze, France. (Marsailly/Blogostelle)

La civilisation celtique cultive son âme guerrière…

LE MONDE CELTE ÉVOLUE ET S’ÉPANOUIT À L’ÉPOQUE DE LA TÈNE

Les Celtes poursuivent leur expansion conquérante aux IVe et IIIe siècles avjc… de l’Italie à la Côte Atlantique, et jusqu’en Macédoine et en Asie Mineure avec les Galates… Les tribus celtes utilisent différents dialectes qui forment un langage commun compréhensible pour tous. La langue celte, considérée comme une langue vivante et sacrée, se transmet uniquement oralement…

Les auteurs antiques connaissent les peuples celtiques
Le passage du VIe siècle avjc au Ve siècle avjc semble se faire dans la continuité. Les sources historiques révèlent que la civilisation de La Tène correspond à celle des peuples Celtes connus et décrits par les Grecs et les Romains…

D'après un collier de perles de verre et d'ambre, vers le Ve siècle avjc, La Tène, âge du Fer, France (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un collier de perles de verre et d’ambre, vers le Ve siècle avjc, La Tène, deuxième âge du Fer, France (Marsailly/Blogostelle)

… Le nom des Celtes, Keltoï pour les grecs, apparaît pour la première fois dans les textes des auteurs grecs du Ve siècle avjc comme Hécatée de Milet ou Hérodote. Les écrivains grecs et latins présentent les Celtes comme un peuple du Nord-Ouest de l’Europe, vivant sur des terres au-delà de Marseille, au nord de la Ligurie, entre les Ibères et les Germains…

Pour écrire, les premiers gaulois utilisent les alphabets grecs et latins. Les tombes des chefs gaulois renferment des chars de combat, des objets de facture locale et des modèles importés, des parures, des offrandes…

Celtes, Gaulois ou Galates…
Le nom des peuples celtes varie dans la littérature antique… On les nomme Celtes ou Gaulois, Galli en latin, ou encore Galates. Chez les auteurs latins, le terme de Gaulois désigne les Celtes occidentaux. C’est-à-dire la Gaule transalpine qui sera conquise par César en 52 avjc. Au IIIe siècle avjc, on rencontre le nom de Galates… Ce terme grec correspond à une époque d’expansion des populations celtiques qui s’installent en Galicie, en Asie Mineure.

D’après un torque en bronze à tampon-timbale ; et une bague en or, mobilier funéraire celte, période de La Tène, France. (Marsailly/Blogostelle.)

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
L’âge de fer, 750 avjc à 52 avjc. La civilisation de La Tène, 450 à 52 avjc. La Tène ancienne, 450 à 250 avjc. Chronologie générale L’art à l’âge du Fer

La langue Celte cimente une unité culturelle
Quelques bribes de la langue celte ont laissé des traces en Irlande, en Écosse, au Pays de Galle et en Bretagne. Et dans la langue française également, certains mots proviennent du gaulois ancestral : chariot, charrue, soc, chemin… Des mots mais aussi des noms de localités comme Carnutes pour Chartres, Arvernes pour Auvergne, Rédons pour Rennes, Suession pour Soisson et Parisii pour Paris ou Cormeilles en Parisis…

Colin Renfrew : « Les langues celtiques se seraient diffusées à partir de la Méditerranée Nord-Occidentale »… P. Brun : “la formation de l’entité celtique résulte d’un processus mixte de migration et d’acculturation… on note “l’importance de la langue celtique et du mobilier matériel qui définissent la position sociale et les échanges »… Source: Colloque Archéologie des migrations, INRAP (12-13 novembre 2015).

D'après un dépôt funéraire de vaisselle en céramique, La Tène, en France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un dépôt funéraire de vaisselle en céramique, période de La Tène, France. (Marsailly/Blogostelle)

La civilisation de La Tène en Champagne…
La civilisation de La Tène émerge, se développe et rayonne à partir de différentes régions d’Europe… La Bohème, La Rhénanie et la Champagne, en France, deviennent les centres les plus dynamiques et les plus créatifs du monde celtique.

Le site éponyme de La Tène, aux abords du lac de Neuchâtel, en Suisse, a donné son nom à cette civilisation du deuxième Âge du fer, qui connaît trois périodes d’évolution artistique, de la Tène ancienne à la Tène finale.

Les chefs gaulois exploitent leurs territoires
Au Ve siècle avjc, ce sont les étrusques qui prédominent… Les producteurs celtes et les importateurs méditerranéens consolident alors leurs contacts. Mais à l’époque de la Tène, les princes celtes et gaulois semblent jouer un rôle moins prépondérant que leurs prédécesseurs Hallstattiens du VIe siècle avjc…

Au cours de la période de La Tène, une nouvelle catégorie de chefs gaulois fait son apparition. Cette élite gauloise exploite des territoires plus restreints qu’à l’époque du premier Âge du Fer. Pendant ce temps… les Grecs et les Étrusques rivalisent pour garder le contrôle des échanges commerciaux en Europe.

L’ESPRIT GUERRIER DES CHEFS CELTES

Les dernières tombes à char des princes Hallstattiens remontent aux environs de 500 ans avjc… À l’époque de La Tène ancienne, aux Ve-IVe avjc, les nouveaux chefs gaulois sont maintenant inhumés dans des cimetières collectifs…

DD'après un casque celte en bronze, fer et corail, IVe siècle avjc, Italie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un casque celte en bronze, fer et corail, IVe siècle avjc, Italie, période de La Tène. (Marsailly/Blogostelle)

Les chefs celtes reposent avec leur armement : épée et fourreau, lance, casque en cuir ou en bronze…

On regroupe les tombes dans des nécropoles
À l’époque des chefs barbares de la Tène, les tombes se multiplient… Plus nombreuses, on les regroupe dans de vastes nécropoles. Les sépultures ne sont plus isolées comme l’étaient celles des princes Hallstattiens du VIe siècle avjc, accompagnés alors de leur char funéraire.

Des chars de combats gaulois
Dans les nécropoles de la Tène, quelques riches sépultures cohabitent avec des tombes plus modestes, sans mobilier funéraire. Dans les tombes de chef gaulois le char fait sa réapparition… mais il s’agit maintenant de véritables chars de combat, à quatre roues puis à deux roues. Le char de guerre gaulois remplace maintenant l’ancestral char funéraire de l’aristocratie du premier Âge du Fer…

D’après une panoplie guerrière de l’Âge du fer ; et un casque celte de prestige, IIe-Ie siècle avjc, Grande-Bretagne, période de La Tène. (Marsailly/Blogostelle)

Épée et fourreau, bélière, lance ou javelot, casque, bouclier… accompagnent les chefs gaulois dans leur tombe…

Le mobilier funéraire de l’élite gauloise…
Plutôt modestes au début de la période de La Tène, les sépultures des chefs celtes abritent des richesses plus abondantes à partir de 450 avjc. On se fait alors inhumer avec un important mobilier funéraire, signe de prestige et de richesses personnelles : pièces de vaisselle en céramique et en métal, objets importés, bijoux en bronze enrichis de corail, offrandes animales…

… On affiche aussi de manière ostentatoire sa panoplie de guerrier gaulois, composée d’une épée dans son fourreau, d’une lance et d’un casque d’apparat en cuir ou en bronze. Le défunt repose au côté de son char de combat et de ses ornements en bronze, de pièces de harnachement… Alentours, les tombes des gens modestes ne possèdent aucun dépôt d’objets.

D'après des bracelets colorés en verre, émail et corail, vers IIIe-IIe siècle avjc, La Tène, art celte. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des bracelets colorés en verre, émail et corail, vers IIIe-IIe siècle avjc, période de La Tène. (Marsailly/Blogostelle)

Un espace réservé pour les tombes de chefs
À l’époque de la Tène, certaines sépultures sont finalement regroupées dans un même espace réservé aux membres de l’élite sociale. À côté des sépultures de chefs, on rencontre aussi quelques tombes de personnages assez aisés, avec épée et lance pour les hommes, et torque en bronze pour les femmes.

Puis, au cours de ce deuxième Âge du Fer, les dépôts funéraires des chefs et de leurs épouses deviennent de plus en plus luxueux et abondants…

D’après un torque en bronze et corail ; et une élégante fibule du Ve siècle avjc en bronze et corail vers IVe siècle avjc ; art celte, La Tène. (Marsailly/Blogostelle)

Le bronze, le verre, l’émail… et la couleur
Parmi le mobilier funéraire féminin, on rencontre des bracelets et différents modèles de pendeloques. Ces bijoux se composent de matériaux variés et précieux comme le verre, l’os ou le bronze, et l’ambre et le corail…

Le verre translucide fait son apparition à l’âge du Fer… et permet aux artistes celtes d’exprimer leur goût pour la couleur, comme avec l’émail et le corail qui viennent souvent enrichir les parures… À cette époque, on façonne aussi une céramique de qualité, soigneusement décorée…

LES ENCLOS FUNÉRAIRES DE LA TÈNE ISOLENT LES DÉFUNTS DES VIVANTS

En Gaule celtique, les nécropoles sont plus ou moins vastes et denses selon les régions. En Champagne, elles s’associent à des villages d’une trentaine d’habitants. Les peuples celtiques construisent des enclos circulaires puis quadrangulaires pour délimiter leur cimetière…

D'après un stamnos étrusque en bronze, mobilier funéraire celte, vers le Ve siècle avjc, La Tène, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après un stamnos étrusque en bronze, mobilier funéraire celte, vers le Ve siècle avjc, La Tène, France. (Marsailly/Blogostelle)

De nouveaux objets apparaissent dans les tombes celtes comme le stamnos étrusque, un grand vase à vin qui supplante le cratère du banquet grec…

Des pratiques funéraires régionales
À partir du IVe siècle avjc, et jusqu’au IIe siècle avjc, on rencontre des particularités régionales dans les coutumes funéraires de La Tène. Parfois, dans une même région, on continue de pratiquer l’inhumation pendant longtemps… alors qu’ailleurs on revient à l’incinération beaucoup plus tôt…

Les dépôts de céramiques et d’armes dans les sépultures varient aussi, en quantité comme en qualité. Parfois, on dépose des vases en abondance alors qu’ailleurs on préfère multiplier les armes… ou vice versa.

D'après une œnochoé étrusque en bronze, période de La Tène. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une œnochoé étrusque en bronze, à décor de palmette italique, période de La Tène. (Marsailly/Blogostelle)

On pratique l’inhumation et l’incinération
Comme au premier Âge du Fer, on aménage à l’époque de La Tène des enclos funéraires circulaires, dans un premier temps. Par la suite, on construit des enclos quadrangulaires. Le rite funéraire le plus courant est celui de l’inhumation des défunts dans des tombes plates, le corps placé sur le dos.

Mais au Ve siècle avjc, on recommence à pratiquer des incinérations… Ce rituel funéraire se pratiquait déjà à l’âge du Bronze, notamment avec les champs d’urnes.

À l’époque de La Tène, on répartit les urnes dans les nécropoles en fonction du sexe des défunts. On rencontre alors deux espaces séparés : le quartier des hommes et celui des femmes… Cette séparation a peut-être une signification symbolique ou sacrée…

D’après des objets de toilette en fer (pinces et rasoir), mobilier funéraire masculin, vers les Ve-IVe siècles avjc ; et un rasoir en bronze, Ardennes,  période de La Tène. (Marsailly/Blogostelle)

Des offrandes de viandes et de fruits
Dans la nécropole de la citadelle de Heuneburg, en Autriche, on a reconstitué la tombe d’un riche personnage. Le défunt repose allongé sur son char de combat. Il est entouré de son mobilier funéraire de guerrier et d’offrandes, dont de la viande et des fruits. Les pratiques funéraires Hallstattiennes semblent perdurer à l’époque de La Tène…

Des anneaux de chevilles au style oriental
Au IVe siècle avjc, la vaisselle en bronze apparaît moins abondante qu’au Ve siècle avjc… Mais on dépose encore dans les tombes des riches personnalités des objets précieux d’importations, œnochoés ou stamnos étrusques, ou encore céramiques grecques à figures rouges…

D'après des anneaux de chevilles et des bracelets en bronze, panoplie funéraire féminine, Âge du Fer. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des anneaux de chevilles et des bracelets en bronze, panoplie funéraire féminine, Âge du Fer. (Marsailly/Blogostelle)

Si on se contente parfois de quelques petits bijoux en or, on n’oublie pas la panoplie de combat avec casque, longue épée et lance ou javelot. Les dames emportent leurs parures, parmi lesquelles figurent de nouveaux modèles comme des anneaux de chevilles au style oriental, inconnus jusqu’alors des Celtes occidentaux…

L’expansion celtique bouleverse le IIIe siècle avjc
Reconnue vers 500 ans avjc comme La Celtique, le territoire gaulois va s’agrandir au fil du temps… Les Celtes poursuivent leurs mouvements d’expansion que les auteurs antiques situent vers les IVe et IIIe siècles avjc.

Pour certains spécialistes, il s’agit de l’arrivée de Celtes orientaux en Gaule. Pour d’autres, ces changements seraient dus à des transformations sociales. Le développement de la métallurgie du fer aurait favorisé l’émergence et l’expansion d’une nouvelle élite celte.

D'après des urnes funéraires en céramique, La Tène. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des urnes funéraires en céramique, La Tène : le rite de l’incinération réapparaît au cours de la deuxième période de l’âge du Fer. (Marsailly/Blogostelle)

On perpétue les traditions funéraires
Les sépultures contiennent toujours des armes en abondance et des bijoux… L’élite guerrière gauloise du IIIe siècle avjc perpétue la tradition rituelle des tombes à char, mais y ajoute une panoplie de combat de plus en plus impressionnante. On dépose en nombre des grandes épées dans leur fourreau, parfois reliées à la ceinture par une bélière, des lances, des boucliers en partie métallique…

Le rituel du sacrifice des armes
À l’époque de la réapparition de l’incinération, on sacrifie aussi des armes. Pour assurer cette destruction volontaire, on utilise non pas le bûcher funéraire mais des outils divers comme des poinçons, des cisailles ou des pinces. De nombreux débris d’armes reposent alors dans les fosses rituelles des sanctuaires…

De nombreux objets de prestige accompagnent les défunts de l’élite gauloise… Les artistes celtes, inspirés par le monde végétal, par la nature et par leur goût de la métamorphose, créent des chefs-d’œuvre inédits…

Article suivant  L’art celte cultive les jeux de lumière

Sommaire L’art à l’âge du Fer

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s