L'INDE ANCIENNE

Arts de l’Inde Ancienne, les sculptures bouddhiques foisonnent à Sânchî

La luxuriance des images sculptées…

Revenons sur le site bouddhique de Sânchî, au Madya Pradesh, en Inde du Nord… Ce lieu saint s’enrichit au rythme des évolutions artistiques, et son plus monumental stûpa, dit stûpa n°1, est érigé entre le IIIe et le Ier siècle avjc. Construit à l’origine au IIIe siècle avjc, sans doute à l’époque d’Açoka, le stûpa n° 1 de Sânchî est implanté au sommet d’une colline. L’édifice est ensuite remanié au IIe siècle apjc et sa porte Sud est sculptée aux environs de notre ère…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour novembre 2016 –

D'après un relief historié : dans les jardins d'un palais..., Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après un relief historié : dans les jardins d’un palais…, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

LE GRAND STÛPA DE SÂNCHΠET SES QUATRE TORANAS SCULPTÉS

À l’époque du souverain Maurya Açoka, se dresse encore à Sânchî une immense colonne à quatre lions et roue bouddhique… Sous son règne, au IIIe siècle avjc, on commence la construction d’un très vaste stûpa, le plus grand du site. Des travaux d’embellissement se poursuivent ensuite sous les Çunga, et surtout sous les Sâtavâhana…

Sânchî : de la dynastie Maurya à celle des Çunga
Au IIe siècle avjc, sous la dynastie des Çunga, on décide de rénover, d’agrandir et d’empierrer le stûpa n° 1 de Sânchî, comme d’autres stûpas Maurya… Si les portes de ce monument sont très anciennes, la grande majorité des sculptures sont plus tardives…

C’est surtout vers la fin du Ier siècle avjc et au cours du Ier siècle apjc que les sculpteurs déploient tout leur art au service des décors du stûpa n° 1. Au Ier siècle avjc, l’architecture comme le style vestimentaire des personnages représentés sur les bas-reliefs se renouvellent…

D'après le torana Ouest et ses Atlantes, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le torana Ouest et ses Atlantes, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
La dynastie Çunga au IIe siècle avjc (176 – 64 avjc) – La dynastie Kanva vers 72 ou 78 avjc à environ 28 avjc – La dynastie Sâtavâhana vers 30 avjc à environ 220 apjc, en Inde du Nord et en Inde du Sud : des sites bouddhiques et des temples rupestres. Chronologie générale  Les arts de l’Inde Ancienne

Le stûpa embelli par un roi Sâtavâhana
C’est après l’avènement de la dynastie Sâtavâhana (à partir de 30 avjc), que l’on érige les quatre toranas du e stûpa n° 1 de Sânchî, vers la fin du Ier siècle avjc et au Ier siècle apjc.

Une inscription sur le torana de l’entrée Sud, gravée sur un mini-stûpa, mentionne précisément l’un des souverains Sâtavâhana : le don d’Anamda, fils de Vâshithî (et) chef des artisans du roi Sirî Sâtakarni… Il s’agit sans doute de Sâtakarni Ier qui aurait régné au cours de la première moitié du Ier siècle apjc.

D'après des atlantes dodus coiffés de leur turban à boule, sculpture, torana Ouest, stûpa n° 1, Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Illustration Marsailly/Blogostelle)

D'après un plan du grand stûpa de Sanchî 1, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après des Atlantes et un plan du grand stûpa de Sanchî 1, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Pour le stûpa n° 1 de Sânchî, les architectes élaborent quatre entrées en avancée et en chicane. Le visiteur entre dans l’espace de circulation intérieur du stûpa de côté puis de face (et non plus par le côté comme à Sânchî 2, plus ancien)… Puis un double escalier permet aux visiteurs d’accéder à la plate-forme de la balustrade.

Toranas et balustrades sculptés
Les toranas sont des hautes portes en pierre soigneusement sculptées qui marquent les quatre entrées du stûpa. Ces quatre entrées donnent accès à un espace de déambulation circulaire autour du monument.

Rappelons que les stûpas sont des monuments funéraires censés renfermer les reliques de saints personnages du bouddhisme. Ils se composent d’une plate-forme et d’une structure hémisphérique. C’est à l’intérieur du dôme que sont cachées les précieuses reliques… (voir article précédent : l’art des stûpas, Sânchî et Bhârhut)

D'après une vue du torana Sud, Lions et Roue de la Loi, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une vue du torana Sud, Lions et Roue de la Loi, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

La dynastie Sâtavâhana conquiert un vaste empire
Certains travaux de la fin du Ier siècle avjc à Sânchî se rattachent donc au nom d’un roi Sâtavâhana. La dynastie Sâtavâhana renverse celle des Kanva qui avait détrôné les Çunga. Puissante au Madhya Pradesh dans le Nord, la dynastie Sâtavâhana fonde et étend son empire jusque dans le Dekkan (ou Deccan), au Sud du pays, et règne longtemps, jusqu’au IIIe siècle apjc…

Des gardiens de porte : les dvârapâlas
Des personnages parés sont sculptés au niveau des entrées du stûpa n° 1, sur les côtés des toranas. Les dvârapâlas mesurent environ 1 mètre de haut et brandissent une arme ou un lotus… Ces élégants gardiens de porte sont censés protéger le sanctuaire des mauvais esprits qui tenteraient d’y pénétrer…

D’après deux dvârapâlas, avec lotus et bijoux, Porte Nord ; et un dvârapâla armé d’une lance, Porte Ouest ; Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Végétation, abondance et fertilité
Des sculpteurs rivalisent pour travailler au riche décor des quatre toranas du stûpa n° 1. Les quatre portes se distinguent par leur style homogène et harmonieux… De nombreux motifs végétaux agrémentent la balustrade et les toranas…

Comme à l’époque précédente, sous les Çunga, à Sânchî ou à Bhârhut, on retrouve les Yakshîs et la déesse Lakshmî… Sur les quatre toranas, les artistes sculptent des Yakshîs. Ces ancestrales déités des arbres et de la végétation sont associées à la fertilité. Leurs silhouettes gracieuses et sensuelles sont installées sur des consoles sur les côtés des toranas…

Sur le stûpa n° 1, les Yakshîs sont traitées quasiment en ronde bosse. Elles paraissent s’accrocher à un arbre et donnent l’impression d’être suspendues… On rencontre aussi la gracieuse déesse Abondance Lakshmî, souvent installée entre les linteaux des toranas…

D’après une Yakshî et la déesse Lakshmî sur le torana Nord et la déesse sur la balustrade ; Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des scènes narratives au style naïf et vivant
Les piliers des quatre portes foisonnent de petites scènes narratives et anecdotiques interprétées dans un style naïf et vivant… Beaucoup de mises en scène traitées en bas-relief évoquent l’architecture et la vie quotidienne de l’époque que l’on peut situer aux environs de notre ère…

La composition d’ensemble des sculptures semble s’organiser autour de certains thèmes iconographiques. Dessous les linteaux inférieurs des toranas, les piliers sculptés forment des jambages. Ces jambages sont le plus souvent surmontés d’animaux.

D'après la déesse Lakshmî, balustrade, stûpa n° 1 Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la déesse Lakshmî, balustrade, stûpa n° 1 Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle.)

Des compositions historiées et symboliques
Des lions assis distinguent le torana Sud et des éléphants trônent sur les toranas Nord et Est. Le torana Ouest se démarque des autres portes avec ses atlantes au ventre rebondi… Sur les bas-reliefs, un certain nombre de thèmes iconographiques trouvent leur place dans un ensemble composé…

Chaque pilier possède également une de ses faces consacrée à une grande composition unique, souvent à connotation symbolique. Sur un autre côté des piliers, veille un gardien de porte, dvârapâla, ou un personnage avenant et richement vêtu…

Les représentations historiées et symboliques composent un décor couvrant sur les quatre toranas… Et d’une manière plus ou moins désordonnée mais constante, on rencontre aussi des évocations bouddhiques sur les linteaux : Nirvâna ou Éveil des bouddhas du passé…

D’après les linteaux sculptés du torana Nord ; et d’après une scène urbaine, bas-relief, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Quand des éléphants circulent dans la foule… dans une composition très fouillée, sans laisser la place au moindre vide.

Une profusion sculpturale de motifs et de détails
Contrairement aux représentations plus anciennes qui visent à l’essentiel, comme à Bhârhut, les images sculptées de Sanchî 1 se distinguent par des compositions très denses et très fouillées…

Les événements principaux sont maintenant noyés dans la profusion des motifs : environnement naturel ou urbain, architecture détaillée, végétation, animaux, foule de personnages divers…

D'après un décor en bas-relief, stûpa et dromadaires, Sanchî 1, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après un décor en bas-relief, stûpa et dromadaires, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des donateurs pour les sculptures
On rencontre différentes inscriptions gravées à Sânchî qui évoquent les mêmes donateurs pour les sculptures… Cette diversité de participants explique un certain désordre et un ensemble à l’apparence hétéroclite quand on regarde la globalité des quatre toranas sculptés…

Ainsi, la chronologie des épisodes de la vie du Buddha peut varier d’une porte à l’autre en fonction des artistes sculpteurs et des commandes… Mais l’ensemble présente un style assez homogène…

Des atlantes au ventre rond, des lions, des éléphants…
Les toranas sont soutenus par des jambages. Ces piliers sont souvent couronnés par des animaux comme des lions assis pour la porte Sud, des atlantes dodus à la porte Ouest ou des éléphants pour les portes Nord et Est… Au croisement des montants et des linteaux des toranas, on sculpte des animaux réels ou fantastiques…

D'après les atlantes parés, porte Ouest, stûpa n° 1 Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après le torana Est et ses éléphants, stûpa n° 1 Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le torana Est et ses éléphants, et un atlante coiffé d’un turban à boule du torana Ouest, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D'après l'arbre pipal sur un relief, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après l’arbre pipal sur un relief, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

L’arbre pipal symbole du Buddha
À l’origine, chaque porte d’entrée du stûpa possède son dvârapâla armé d’une lance ou d’une épée ou encore arborant un lotus… On rencontre également de nobles personnages vêtus comme des princes…

Les sculpteurs s’inspirent aussi de thèmes iconographiques traditionnels comme celui de la déesse Lakshmî , du stûpa miniature ou de l’arbre pipal symbole du Buddha… Les motifs de spirales, les lions assis et croisés ou les éléphants sont des ornements qui ne sont pas nouveau…

D’après le jambage surmonté par des éléphants et les reliefs superposés d’un pilier ; porte Nord, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des bas-reliefs superposés sur les piliers
L’ensemble des sculptures comprend aussi des épisodes de la vie du Buddha et des scènes urbaines. En ville, de nombreux personnages, des chevaux, des éléphants… s’animent avec vivacité… Les sculpteurs commencent à expérimenter des tentatives de perspective dans le traitement des bas-reliefs superposés sur les jambages des toranas.

SÂNCHÎ STÛPA n° 1 – LE TORANA SUD

La porte côté Sud, commencée sans doute vers la fin Ier siècle avjc, semble la plus ancienne. Ce torana, qui fait office d’entrée principale, nous présente quatre lions assis en haut de ses piliers… Ce thème iconographique bouddhique remonte à l’époque Maurya et au règne d’Açoka…

D’après le Torana Sud, ses lions et ses spirales, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le Torana Sud, ses lions et ses spirales, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des reliefs narratifs à la commande
Agrémenté de 3 linteaux sculptés, le Torana Sud correspond à la principale porte d’entrée. À l’arrière de l’un de ses linteaux, se trouve l’inscription qui mentionne un roi Sâtavâhana. Les textes gravés précisent comment des artisans ont payé pour avoir la possibilité de sculpter sur cette porte…

La conception et le chantier de cet imposant ensemble de sculptures a peut-être été initié vers la fin du Ier siècle avjc, pour se prolonger au début du Ier siècle apjc. Les noms des mêmes donateurs sont gravés sur des portiques différents et indiquent que l’on exécute des reliefs narratifs à la commande, dans le désordre, sans respect d’aucune chronologie…

Les personnages de la Porte Sud sont vêtus de la même manière que les personnages représentés sur les trois autres portes…

D’après un Paon (détail) et une Porte de Ville en bas-relief, torana Sud, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des petits stûpas sur les linteaux ou les jambages des toranas
La grande majorité des bas- reliefs raconte la dernière vie du Buddha… et les représentations des vies antérieures de Gautama sont nettement moins nombreuses. Une inscription gravée sur un petit stûpa mentionne le don d’un roi Sâtavâhana, un souverain qui à sans doute régné au cours de la première moitié du Ier siècle apjc.

Le don royal est attribué aux bas-reliefs du linteau qui représentent une série de petits stûpas et de personnages pour évoquer le Nirvana des bouddhas du passé, les prédécesseurs de Gautama. Selon la doctrine bouddhique, quand un bouddha meurt, il atteint le Nirvana, c’est à dire l’Extinction…

… Le saint personnage est ainsi libéré du cycle des réincarnations et on élève pour lui un stûpa, un monument funéraire censé contenir ses reliques… La tradition bouddhique raconte que Gautama serait le septième Buddha et qu’un huitième devrait advenir…

D'après le Vase d'Abondance et Animaux Fantastiques, bas-relief, Torana Nord, Sânchî 1, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après un petit stûpa sur un bas-relief, Sânchî 1, Ier siècle avjc,Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après un décor en bas-relief, Vase d’Abondance et Animaux Fantastiques, Torana Nord ; et un stûpa miniature du Torana Ouest ; Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Le premier sermon de Buddha à Sârnâth
Sur la porte Sud, un grand bas-relief sculpté renvoie le spectateur au Premier Sermon de Buddha, dont la personne n’est pas représentée mais suggérée… Cette sainte présence est évoquée par la Roue de l’Enseignement et de la Connaissance, qui résume la Loi du Buddha.

La roue est supportée par une colonne pour signifier comment Buddha initie la mise en mouvement de la Roue de La Loi… entourée par une foule d’adorateurs… Le bas-relief résume l’événement grâce à une composition très symétrique qui dégage la puissance d’un symbole…

Voir aussi l’article  Bouddhisme et Jaïnisme, des nouvelles sources d’inspiration artistique

D’après un relief bouddhique, pilier et roue de la loi, et évocation du Premier Sermon du Buddha, détail du jambage du torana Sud ; Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des fidèles écoutent avec piété l’Enseignement du Buddha, dont la présence est suggérée par la Roue de la Loi ou l’Arbre de l’Éveil…

Une mise en perspective verticale
Sur le relief du Premier Sermon de Buddha, la composition est symétrique. Les artistes utilisent une mise en perspective verticale : on projette le plan horizontal sur un plan vertical. Les personnages censés se trouver au loin sont disposés en hauteur…

La tradition bouddhique situe le premier sermon de Buddha à Sârnâth dans le parc aux gazelles, non loin de Bénarès. La gazelle est également un thème iconographique utilisé pour suggérer la présence spirituelle du maître du bouddhisme. Autour de la Roue de la Loi de nombreux fidèles écoutent religieusement l’enseignement qui leur est prodigué…

Ce relief rappelle le premier sermon de Buddha dans le parc aux gazelles de Sârnath, sur le site actuel de Bodhgayâ dont le nom signifie le lieu de la Boddhi, c’est à dire de l’Éveil et de la Connaissance. Le maître atteint l’éveil après une très longue méditation sous l’arbre pipal… d’où son nom épithète d’Éveillé.

D'après les empreintes du Buddha, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après les empreintes du Buddha, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Le bouddhisme, une philosophie éthique
La Roue de la Loi bouddhique symbolise l’enseignement du Buddha qui se concentre en Quatre nobles vérités: la constatation de la Souffrance ; l’origine de cette douleur provoquée par la Soif qui évoque la volonté de jouissance, d’existence et de non existence ;… l’élimination de la souffrance par la cessation du Désir ; et la Rigueur éthique (morale).

Le bouddhisme n’est pas une religion au sens strict et ne se préoccupe pas du monde des divinités… Ce courant spirituel se présente avant tout comme une philosophie éthique fondée sur la Compassion… , sur l’obtention de la Libération de l’individu du cycle des réincarnations et sur les moyens d’y parvenir… en particulier grâce au détachement du monde de l’Ignorance considéré comme illusoire et dont les êtres sont prisonniers…

SÂNCHÎ STÛPA n° 1 – LE TORANA NORD

Sur la porte Nord comme sur le torana Est, parmi les bas-reliefs, on rencontre des scènes urbaines où circulent une foule de personnages, des chevaux et des éléphants. Certaines de ces représentations sculptées évoquent les pérégrinations de Buddha au cours de sa dernière existence… Le saint homme se déplace de ville en ville pour prêcher et convaincre des adeptes de plus en plus nombreux…

D'après le torana Nord de Sanchî 1 et ses Yakshîs sculptées, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Illustration Marsailly/Blogostelle)

D’après le torana Nord et ses Yakshîs sculptées, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Reliefs historiés et mises en perspective
Parmi les reliefs de la Porte Nord, on peut voir une cité, son rempart de briques appareillées, sa porte de ville, voûtée en berceau et flanquée de deux tours, sous laquelle circulent des attelages… On retrouve des images de porte de ville sur les reliefs historiés des autres toranas…

Les imposantes portes des cités sont représentées vues de l’extérieur. La mise en perspective permet d’apercevoir leur corps de logis encadré par deux tours quadrangulaires. Ces portes marquent l’entrée de la ville, fortifiée par une enceinte… Les constructions représentées montrent des toits en berceau et charpentés. Les édifices peuvent posséder un ou deux étages et des galeries de circulation ou des balcons…

D’après le jambage du torana Nord et ses reliefs superposés dont une porte de ville (détail), Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Un noble personnage franchit les portes de la cité… : une possible évocation du Grand Départ quand le futur Buddha accompagné d’un serviteur quitte sa demeure royale et sa famille, en quête de connaissance et d’illumination…

Un parasol, emblème de noblesse…
Des personnages au style naïf regardent sur le balcon d’un édifice à deux étages… Certains auteurs interprètent cette scène comme l’épisode du Grand Départ, quand Siddhârta Gautama quitte le palais royal familial en quête de l’éveil. A 29 ans Siddhârta Gautama décide de renoncer au monde…

Siddhârta Gautama quitte son épouse et son tout jeune fils et part la nuit avec son palefrenier et son cheval, nommé Petit Jour. À côté d’un cheval sans cavalier, un personnage sur un attelage maintient un parasol, un attribut des personnages de haut-rang… À cette époque, les artistes ne se permettent pas encore de représenter Buddha en personne, mais le parasol peut suggérer sa présence…

SÂNCHÎ STÛPA n° 1 – LE TORANA EST

La porte Est de Sânchî apparaît comme la plus élaborée. Les jambages du torana sont surmontés par des éléphants. Des Yakshîs relient les jambages au premier des trois linteaux. De belles spirales viennent orner l’extrémité de chaque linteau sculpté…

D'après le torana Est et ses éléphants, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le torana Est et ses éléphants, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des personnages élégants et parés
Parmi les nombreuses sculptures de la porte Est de Sânchî 1, on rencontre des éléphants, des lions ailés fantastiques et décoratifs… Les Yakshîs sont vêtues d’un drapé léger et transparent qui accentue la grâce de leurs formes. Ces déités des arbres portent fièrement des coiffures très élaborées…

Les dvârapâlas gardent la porte sans arme, une fleur de lotus à la main. D’élégants personnages masculins richement vêtus portent des bijoux. Des femmes aux coiffures variées revêtent de longs drapés à pans fermés sur le côté, comme pour les Yakshîs…

D'après l'élégance du dvarapala, Porte Est, Stupa n° 1 Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)  D'après un dvarapala et Lotus, Porte Est, Stupa n° 1 Sanchî, Madya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

D’après un dvarapala à fleur de lotus du Torana Est, Ier siècle avjc-Ier siècle apjc, stûpa n° 1, Sânchî, Madhya Pradesh, Inde du Nord. (Marsailly/Blogostelle)

Des temples représentés sur les reliefs
Les différents temples représentés sur les reliefs de Sânchî 1 possèdent souvent un sanctuaire sans porte qui prend la forme d’un espace ouvert en rez-de-chaussée. Les toits des étages sont éclairés par des ouvertures, des sortes de fenêtres appelées œil de bœuf.

La base des colonnes de ces édifices sacrés prend souvent la forme d’un vase d’où jaillit un fût, haut et imposant… Certains chapiteaux sont campaniformes (en forme de cloche) et les soutiens d’entablements supportent des animaux couchés et croisés, comme sur la porte Est…

Au Ier siècle apjc, les turbans masculins avec leur boule rehaussée deviennent plus sophistiqués et les hommes arborent de plus en plus de parures… À l’époque de la dynastie Sâtavâhana, on aménage également des cavernes-monastères et des temples rupestres…

Article suivant   L’art des temples rupestres, de Bhâja à Karlî

Sommaire Les Arts de l’Inde ancienne

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s