GAULE ET HAUT MOYEN ÂGE

L’art en Gaule, culte des sources et piété en Gaule Romaine

Les Eaux, les Lares, le Zodiaque…

La piété populaire comme les réflexions les plus savantes nourrissent la vie culturelle en Gaule Romaine… Des milliers d’ex-votos sont déposés par les pèlerins dans les sanctuaires des sources et on honore ses divinités préférées à la maison. À côté des auteurs latins et de la mythologie gréco-romaine, on s’inspire aussi d’influences venues d’Égypte et d’Orient… Carte du ciel et calendrier se font œuvre d’art…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour juin 2017 –

D'après une figure ex-voto en bois, culte des sources, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une figure ex-voto en bois, culte des sources, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle)

Malgré une sculpture sommaire, cette figure taillée dans le bois dégage une expression de profonde ferveur ou intériorité…

Bloc-notes+ Un livre ? La guerre des Gaule, les commentaires de Jules César, rédigés au Ier siècle avjc (entre 58 et 51 avjc). Une BD ? Astérix le Gaulois (René Goscinny – Albert Uderzo).

LE CULTE GAULOIS DES SOURCES

En Gaule, les sources conservent un grand pouvoir de fascination spirituelle sur la population. L’importance sacrée des Eaux relève d’un lointain héritage qui perdure dans les sanctuaires gaulois… Les sources sont l’objet de pèlerinages et on aménage parfois des ensembles cultuels monumentaux.

Prières et remerciements dans les sanctuaires
Des milliers d’ex-voto sont déposés sur les nombreux lieux sacrés de la Gaule… Les fidèles viennent déposer des objets votifs de toutes sortes dans les fana (temples gaulois) comme dans les grands et spacieux sanctuaires collectifs…

D’après Sirona, déesse gauloise des sources et de la santé, au côté d’Apollon, dieu guérisseur, bronze, IIe siècle apjc, Gaule Romaine, Dijon, Bourgogne. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Sirona, déesse gauloise des Sources et de la Santé, au côté d’Apollon, dieu guérisseur, bronze, IIe siècle apjc, Dijon, Bourgogne, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

On accompagne les prières et les remerciements de figurines personnelles, de statuettes de divinités, de petits animaux, de bijoux, de vaisselle, de pièces de monnaie… Les objets votifs sont façonnés en bois, en pierre ou encore en métal, en bronze, en argent, en or.

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
– Époque gallo-romaine, 52 avjc – début du IVe siècle apjc – Conquête de César en 52 avjc (défaite d’Alésia) – La Pax Romana IIe -IIIe siècle apjc – Édit de Milan de l’empereur Constantin en 313 apjc (liberté religieuse et développement du Christianisme) – Fin de l’Antiquité et invasions barbares : fin du IVe siècle apjc et Ve siècle apjc – VIe siècle apjc : les débuts du Haut Moyen Âge… Chronologie générale Gaule-Romaine et Haut Moyen Âge

D’après une stèle d’Hercule, sanctuaire des sources d’Hercule, IIe siècle apjc, Deneuvre, Meurthe-et-Moselle, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle d’Hercule, sanctuaire des sources d’Hercule, IIe siècle apjc, Deneuvre, Meurthe-et-Moselle, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle)

Voir aussi l’article Un panthéon gaulois et romain en Gaule (1)

Le sanctuaire des sources d’Hercule
On aménage le sanctuaire des sources d’Hercule vers 150 apjc… Quelques bassins en bois sont les réceptacles des sources grâce à un réseau de canalisations, lui aussi en bois, qui permet d’acheminer et d’évacuer les eaux. Au IIe siècle apjc, le sanctuaire d’Hercule voit sa fréquentation et sa notoriété augmenter…

Entre 175 et 185 apjc, le bois des bassins est remplacé par la pierre. On pose des toitures et on installe les premières statues. Après une période d’abandon et de renouveau à la fin du IIe siècle, le sanctuaire est finalement détruit vers 375 apjc au cours de la période chrétienne…

D'après un ex-voto en bronze, femme et gobelet d'eau, Gaule Romaine, Vichy, Allier. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un ex-voto en bronze, femme et gobelet d’eau, Vichy, Allier,  Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Lieux sacrés et déités guérisseuses 
Les sanctuaires aménagés auprès des sources prennent parfois la forme d’un vaste ensemble monumental. Ils regroupent alors des temples, des thermes et un amphithéâtre… Certains lieux sacrés sont consacrés plus particulièrement à des déités guérisseuses. Les pèlerins déposent leurs offrandes et ex-voto pour obtenir leur bienveillance et leur protection.

Deux sanctuaires gaulois possèdent des dépôts très importants : celui des Sources de la Seine, en Bourgogne, non loin de Dijon, et celui de Chamalières, en Auvergne, près de Clermont-Ferrand. On a déposé là de très nombreux ex-voto qui remontent au début du Ier siècle apjc…

En Gaule Romaine, les dépôts votifs prennent souvent la forme de figurines en bois sculpté et relèvent de pratiques très populaires…

D'après un cheval ex-voto, hêtre, source des Roches, Ier siècle apjc, Chamalières, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après deux ex-votos en bois, masculin et féminin, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D'après une représentation des Yeux, ex-voto en plomb, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après des ex-voto gallo-romains : des yeux en plomb ; une figurine de cheval en hêtre, source des Roches, Ier siècle apjc, Chamalières ; et un homme et une femme en bois ; France,  Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Plus de 300 ex-voto aux Sources de la Seine
Sur le vaste sanctuaire des Sources de la Seine, en Bourgogne, les fidèles déposent plus de 300 effigies sculptées en bois de chêne… Ces figures représentent des personnages malades ou des pèlerins, en entier, nus ou vêtus…

On dépose aussi des ex-voto qui représentent des parties du corps humain, des planches anatomiques ou encore des animaux… Il existe aussi des petits ex-votos en bronze. Sur le site de Chamalières, les fidèles ont placé là plus de 1500 sculptures en bois destinées aux dieux…

D'après un ex-voto en bois, la Seine, Ier - IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un ex-voto en bois, Ier – IIIe siècle apjc, Bourgogne, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Les Eaux sacrées des Sources de la Seine
Les sources de la seine se situent en Côte-d’Or, à 471 mètres d’altitude, dans un étroit vallon au fond duquel les eaux jaillissent… Les Gaulois sacralisent la source principale et l’honore sous le nom de Sequana… On élève un sanctuaire sur les lieux à la fin du Ier siècle apjc, qui prendra encore de l’ampleur aux IIe et IIIe siècles apjc.

Des pèlerins en nombre se rendent aux Sources de la Seine dans l’espoir de guérir leurs maux et de recouvrer la santé… On puise alors l’Eau Sacrée avant de s’en asperger… Les croyants destinent aux dieux des centaines d’ex-voto en bois, en pierre ou en bronze en guise de remerciements ou de prière…

LA LÉGENDE DE LA DÉESSE SEQUANA

Le récit mythique nous raconte comment une nymphe de Cérès devient une grande rivière… La Seine. À l’origine, Sequana (en latin), fille de Bacchus, figure parmi les nymphes de la déesse des moissons, Cérès…

D'après une statuette de Sequana, divinité de la Seine, bronze, sanctuaire des Sources de La Seine, Ier - IIIe siècle apjc, Bourgogne, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une statue en bronze de Sequana, déité de la Seine, sanctuaire des Sources de La Seine, Ier – IIIe siècle apjc, Bourgogne, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Une divinité de La Seine vêtue à la grecque…
Une statue en bronze dont l’élégante et gracieuse figure féminine représente probablement la déesse de la Seine provient du sanctuaire des Sources de La Seine, en Bourgogne.

L’artiste enveloppe Sequana dans un long et souple drapé, qui rappelle davantage la robe-tunique grecque que l’habit gaulois ou romain… La déesse est couronnée par un diadème orné de perles et trône sur une barque pourvue de trous. La figure de proue affiche un canard avec un élément rond dans le bec, un fruit ou peut-être un œuf…

… Une œuvre d’art interprétée à la fois avec idéalisme et naturalisme. L’artiste fait preuve d’une grande finesse exécution. On note aussi une touche discrète qui relève peut-être de la tradition celtique, le canard…

D’après le char rituel de Dupljaja, avec palmipèdes, terre cuite, âge du Bronze, Serbie, Belgrade ; et une figuration de Sequana en bronze, la déesse gauloise des Sources de la Seine, vers 100 apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le thème du palmipède et de l’Eau se rencontre déjà à l’Âge du Bronze et à l’Âge du Fer dans l’iconographie cultuelle ou sur des objets d’art… Une autre image de Sequana, moulée dans le bronze, montre aussi la déesse gauloise debout sur un canard, symbole du monde aquatique…

Les prairies et le blé de la nymphe Sequana…
Quand Cérès part à la recherche, partout sur la Terre, de sa fille Proserpine (grec Perséphone) enlevée par Pluton (grec Hadès), Sequana suit la déesse des Moissons dans sa quête, en Gaule… Pour remercier sa nymphe, Cérès lui accorde des prairies et le pouvoir de faire croître le blé là où la mèneront ses pas…

… Et marquée par l’enlèvement de sa fille, la déesse des Moissons lui octroie aussi la nymphe Héva pour la protéger des velléités des dieux… Mais un jour que Sequana se promène sur le sable, face à la Mer, et cherche des coquilles, les flots mouillent ses pieds dangereusement, et remontent parfois jusqu’à ces genoux…

D’après Sequana et sa barque palmipède, sanctuaire des Sources de La Seine, Ier – IIIe siècle apjc, Bourgogne ; la statue d’une déesse fluviale gauloise, peut-être Sequana, Ier siècle apjc, Dijon, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

… Ainsi naquit La Seine
Héva aperçoit alors le visage et la silhouette de Neptune, le puissant dieu de la Mer, et avertit Sequana qui tente de s’enfuir… C’est alors que Neptune séduit par la grâce de Sequana s’approche au plus près de la nymphe et s’apprête à la saisir…

… Sequana invoque l’aide de son père Bacchus (grec Dionysos) et de Cérès (grec Déméter, Terre-Mère) qui l’entendent… Tout son corps se fond alors en Eau, insaisissable… Et poussés par les vents, son voile et son habit couleur émeraude se métamorphosent en flots de la même teinte… Ainsi naquit La Seine…

Voir aussi l’article Les Eaux, la forêt, la nature… nourrissent l’âme celte

DANS LES MAISONS, L’AUTEL DES LARES ET DES MÂNES PROTÈGE LE FOYER

La pratique cultuelle en Gaule imprègne la vie publique comme la vie personnelle… Les laraires, des autels domestiques à l’intérieur des habitations, abritent les Lares, les divinités protectrices du foyer et de la maisonnée, et les dieux Mânes qui se rattachent au culte des ancêtres…

D'après une déesse-mère allaitant, terre cuite, IIe siècle apjc, Gaule Romaine, Auvergne. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une Déesse Mère allaitant, terre cuite, IIe siècle apjc, Auvergne, France,  Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Chaque maison possède son Laraire…
Le culte domestique en Gaule romaine ressemble au culte romain des ancêtres… L’autel domestique, le laraire, s’apparente à une chapelle miniature. Il se compose d’un ensemble de figurines, avec des images des Lares, des Mânes et des dieux favoris de la famille.

Le laraire (de lararium), parfois installé dans une niche, accueille les Lares et les Pénates (de penus, garde-manger). Les Pénates veillent à la bonne conservation de la nourriture. Les Lares veillent sur les portes, les serrures, la maison, et assurent la prospérité du foyer et de la famille… Les statuettes des dieux Mânes matérialisent les esprits des aïeux…

D'après le culte domestique des Lares, mosaïque Saint-Romain-en-Gal, IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le culte domestique des Lares, mosaïque de Saint-Romain-en-Gal, IIIe siècle apjc, France,  Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Vin, fruits, gâteaux, miel, encens… en offrande
On installe le Laraire dans le jardin, dans l’angle d’une pièce de la maison ou encore on lui dédie une petite cella (pièce). Parmi les divinités de l’autel domestique, on rencontre la déesse Fortune et sa corne d’abondance, des divinités protectrices de corporations ou de métiers, des déités tutélaires ou de l’Abondance…

Les Gaulois déposent des offrandes aux dieux sur l’autel familial : vin, fruits, lait, gâteaux, miel, encens… À côté des Lares et des Pénates, on honore aussi quelques dieux favoris et des déités cosmiques.

On aperçoit souvent des effigies de Déesses Mères, de Vénus ou d’Épona, à qui l’on offre des libations (des boissons). Chez les gallo-romains, toutes ces divinités protègent la communauté de la maisonnée…

D’après un objet personnel ou votif, dit Les Amants de Bordeaux, terre cuite, Aquitaine ; et l’Autel domestique d’Argentomagus, en pierre, II-IIIe siècle apjc, Centre ; France,  Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

On fabrique des figurines en série…
On dépose souvent dans les laraires des statuettes en céramique de Déesses Mères, qui allaitent un ou deux nourrissons, assises parfois dans un fauteuil tressé.

Ces Matrones divines apportent la fertilité, protègent les mères et les enfants… Pour répondre à la demande, ces images sacrées gauloises sont fabriquées en séries selon la technique romaine de la terre cuite moulée.

D'après un moule et une figurine de Déesse Mère, terre cuite, Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un moule et une figurine de Déesse Mère, terre cuite, France,  Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Vénus séduit les Gaulois et s’invite dans les foyers…
En Gaule, le culte de la déesse romaine de l’Amour, Vénus (Aphrodite pour les Grecs), est très répandu. On l’honore en particulier pour protéger les enfants.

Les artistes réalisent de nombreuses images de Vénus, sous la forme de statuettes ou de figurines en ronde bosse, en pierre ou en métal, ou façonnent encore des modèles en terre cuite blanche… La déesse est parfois associée à des symboles, comme des rouelles ou des astres…

Dans l’Ouest de la France, on a façonné des séries de figurines assez sommaires, les Vénus dites à gaine. Le style de ces représentations de Vénus et de Cupidon s’inspire des modèles romains. Ainsi, on représente Vénus à sa Toilette, Vénus sortant de l’eau… Parfois la déesse tient un linge ou sa longue chevelure…

D’après deux figurines de Vénus, dépôts funéraires en Bretagne et en Pays de la Loire, terres cuites blanches, Ier siècle apjc, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

L’autel domestique de Rezé
L’antique cité fluviale de Rézé, sur la Loire, est fondée entre 20 avjc et 10 apjc. Ratiatum se développe surtout au Ier siècle apjc. C’est une ville importante pour les Pictons, juste après leur capitale Limonum, l’antique cité de Poitiers.

On construit de nombreuses habitations à Ratiatum, un temple et des thermes publics… On installe des entrepôts et des magasins le long du port, et on aménage les quais à la fin du fin Ier siècle apjc. La cité de Rézé décline à partir du IIIe siècle apjc, au profit de Portus Namnetum, la Nantes antique.

D’après le Laraire de Rezé, sa niche et ses et figurines sacrées, IIe siècle apjc, Gaule Romaine, Loire-Atlantique, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le Laraire de Rezé, sa niche et ses figurines sacrées, IIe siècle apjc, Loire-Atlantique, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Un laraire qui marie culte impérial et déités gauloises…
On façonne l’autel miniature de Rezé au début du IIe siècle apjc… Il serait l’unique modèle retrouvé en France dans son support mural. Ce petit laraire, conservé à Nantes, est sans doute à l’origine encastré dans l’un des murs extérieurs des thermes.

Le buste féminin d’une impératrice placé au centre de l’autel évoque le culte impérial romain, la protection et la prospérité apportées par Rome… D’autres figurines du Laraire de Rezé incarnent des divinités gauloises non identifiées. Ces petites statuettes sont fréquentes sur les autels domestiques gaulois.

On rencontre aussi le cochon, symbole de prospérité, et le chien, protecteur du foyer, qui est aussi un animal psychopompe, en relation à l’au-delà (et aux ancêtres?). Deux divinités aux formes plates représentent peut-être des déités à caractère cosmique ou un couple divin…

ZODIAQUE, CARTE DU CIEL, CALENDRIER… TRADITIONS ORIENTALES, GRÉCO-ROMAINES ET GAULOISES

Chez les citoyens les plus instruits, on rencontre des objets ou des décors savants en relation avec l’astrologie, dont l’iconographie suggère des influences égyptiennes… Très présent en Orient, le zodiaque se répand aussi dans le monde gréco-romain…

D'après les tablettes zodiacales de Grand, dyptique en ivoire, IIe siècle apjc, Grand, Vosges, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après les tablettes zodiacales de Grand, diptyque en ivoire, IIe siècle apjc, Grand, Vosges, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le mot religion n’existe pas dans le monde celtique
Il est intéressant de remarquer que l’héritage celtique ne comporte pas de vocable pour signifier le concept de religion. Par contre, les peuples celtes et gaulois utilisent des termes comme pratique, coutume, foi, croire, adorer ou encore prier

On connaît aussi l’importance essentielle du Soleil, du Feu, de l’Eau et de la Terre dans la tradition celtique et gauloise. Pour les peuples Celtes et Gaulois, ces éléments sacrés sont intimement liés à leur vision spirituelle du monde.

Sciences médicinales et Savoir
L’image de Cernunnos entouré d’Apollon et de Mercure évoque peut-être le souvenir des connaissances attribuées aux grands dieux du panthéon celtique. Le dieu Gaulois s’associe à l’Apollon guérisseur (sans doute) et au Mercure romain, savant et habile…

Dans la tradition celte et gauloise, les druides détiennent le savoir médicinal et toutes les connaissances, à l’image de leur dieu suprême, le Dieu-Druide Polytechnicien qui possède toutes les Sciences et les habiletés…

D'après un relief, Cernunnos entre Apollon et Mercure, Ier-IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après la stèle de Cernunnos, dieu cornu gaulois, entre Apollon et Mercure, IIe siècle apjc, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Selon César, la science des druides, gardiens de la tradition et des connaissances, s’étend à la cosmogonie et à l’astronomie…

Les druides gaulois gardent leur doctrine secrète
Les druides ne sont pas seulement des prêtres, ils enseignent et rendent la justice. Ils sont soumis à une très longue période de formation. Organisée et hiérarchisée sous l’égide d’un chef unique élu, l’assemblée des druides se réunit tous les ans dans la forêt des Carnutes (région de Chartres).

La littérature mythique de l’Irlande ancienne (récits épiques et légendaires, vies des saints…) évoque la grande importance sociale des druides, dont l’autorité surpasse celle du roi. Gardiens de la tradition, les druides gaulois conservent secrètement leurs connaissances et leur doctrine.

Rappelons que dans la culture celtique l’écriture est proscrite pour tout ce qui relève du domaine sacré. L’enseignement des druides est prodigué uniquement oralement. Et selon César (dans ses Commentaires) leur science s’étend à la cosmogonie et à l’astronomie…

Voir aussi l’article Les Druides, la Parole perdue…

D’après les tablettes de Grand, ses compartiments et ses figures égyptiennes, diptyque en ivoire, IIe siècle apjc, Grand, Vosges, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Une savante carte du ciel gravée sur ivoire
Sur les tablettes zodiacales de Grand, un diptyque composé de deux panneaux pliants, et gravé sur ivoire au IIe siècle apjc, on peut apercevoir un zodiaque qui se déploie autour des figures centrales du Soleil et de la Lune.

Les 12 signes astrologiques sont mentionnés en grec… Cette savante carte du ciel représente le zodiaque sous la forme de 4 cercles concentriques…

Ainsi, on aperçoit le Soleil et la Lune, les 12 signes astrologiques et les 36 décans, qui sont représentés comme des divinités égyptiennes et dont les noms sont inscrits en grec. Chacun des 12 signes du zodiaque se divise en trois décans (un décan = 10 jours). L’artiste rehausse les figures gravées en creux, de rouge, de noir et d’or…

D'après Luna et Sol au centre du zodiaque, diptyque de Grand, IIe siècle apjc, Gaule Romaine, Vosges, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après Luna et Sol au centre du zodiaque, diptyque de Grand, IIe siècle apjc, Vosges, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le disque zodiacal de Chevroches…
À l’époque de la Gaule Romaine, entre les Ier et IVe siècle apjc, une ville importante se développe à Chevroches, dans la Nièvre. L’atelier de métallurgie de la cité antique est particulièrement actif aux IIIe et IVe siècles apjc, quand les artisans conservent alors des stocks de métal destinés à la refonte…

Le disque de Chevroches représente les 12 signes du zodiaque et les 36 décans astrologiques, le tout finement incisé et ciselé… L’artiste travaille sur une tôle de bronze martelée de 0,5 millimètres d’épaisseur. Il réalise un disque hémisphérique en bronze d’environ 10 centimètre de diamètre. Cet objet unique dans le monde gallo-romain réunit astrologie et astronomie…

… Instrument de calcul et carte du ciel
Le disque de Chevroches s’apparente à un instrument de calcul qui permet de dresser une carte du ciel. Le cercle se divise en douze compartiments égaux…

D’après un schéma du Disque Astrologique de Chevroches, les mois et les signes du zodiaque, et ses inscriptions gravées, fin du IIIe siècle apjc, Bourgogne, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

… Chaque compartiment contient trois mots superposés inscrits en caractères grecs. La ligne extérieure du cercle correspond aux douze mois égyptiens, la ligne médiane aux signes du zodiaque et la ligne intérieure aux douze mois romains avec des abréviations…

Le calendrier gaulois de Coligny
Découvert en 1897 dans l’Ain, le calendrier fragmentaire de Coligny témoigne lui aussi de la complexité du savoir traditionnel gaulois. Mais cet objet ne révèle pas de nom de divinité identifiable avec certitude. Et les indications restent trop obscures pour reconnaître les fêtes sacrées annuelles… Un autre calendrier trouvé en Gaule situerait la fête d’Épona le 15 décembre.

Un document en langue gauloise
Gravé dans le bronze, le calendrier de Coligny est à ce jour le plus long document en langue gauloise connu. Mais un certain nombre de mots sont encore à déchiffrer… Du point de vue de l’astronomie, ce calendrier, à la fois lunaire et solaire, est exceptionnel. On peut y découvrir l’ajout de mois intercalaires pour tenter de faire concorder les phases de la Lune et l’année solaire…

D’après le calendrier gaulois de Coligny, table en bronze, IIe siècle apjc, Rhône-Alpes, France, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

L’une des premières représentations du Ciel européen remonte à l’âge du Bronze, voir aussi l’article L’Âge du Bronze, arts, richesses et prestige

Des fêtes sacrées tout au long de l’année
Deux mentions de mois, samon et giamon, nous renvoient au début de l’été et au début de l’hiver… Dans la tradition irlandaise, des fêtes religieuses se déroulent au début de chaque trimestre.

On célèbre Lugnasad, la fête du dieu Lug, le 1er août, en installant des feux sur les hauteurs. La fête de Samain, le 1er novembre, correspond à la fête des morts, et on célèbre Imbolc, une fête de la purification, le 1er février… Au moment de la fête de Beltene, le 1er mai, on fait passer le bétail entre deux feux pour le protéger des mauvais esprits…

On célèbre Lugnasad, la fête du dieu Lug, le 1er août, en installant des feux sur les hauteurs... (Marsailly/Blogostelle.)

On célèbre Lugnasad, la fête du dieu Lug, le 1er août, en installant des feux sur les hauteurs… (Marsailly/Blogostelle)

Certains ont rapproché le nom de Beltene et celui du Belenos gaulois. Le folklore des pays celtiques conserve sans doute des réminiscences de ces fêtes saisonnières ancestrales. Et en France, les feux de la Saint-Jean y puisent peut-être leur origine…

Bloc-Notes + Découverte d’un disque astrologique antique à Chevroches (Nièvre) rae.revues.org/1269 Source RAE (revue Archéologique de l’Est).

En Gaule Romaine, aux IIe siècle apjc, on pratique surtout l’incinération. À partir de la deuxième moitié du IIIe siècle apjc, c’est l’inhumation qui prédomine… Vers la fin du IIe siècle apjc et surtout au IIIe siècle apjc, les cultes orientaux se diffusent en Gaule, dont les Mystères de Mithra… Les coutumes funéraires et les croyances évoluent…

Article suivant  Coutumes funéraires en Gaule Romaine

Sommaire Gaule-Romaine et Haut Moyen Âge

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG


Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s