GAULE ET HAUT MOYEN ÂGE

L’art en Gaule, divinités orientales et Mithra en Gaule Romaine

Les croyances voyagent… de l’Orient à l’Occident

Vers la fin du IIe siècle apjc et surtout au IIIe siècle apjc, des cultes orientaux se diffusent en Gaule Romaine, dont celui de Mithra qui ouvre les esprits à la notion de Salut… Des offrandes et des formules de dédicaces très particulières révèlent qu’à côté des dieux gaulois et romains, on honore également certaines divinités orientales, comme Mithra et Cybèle…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière mise à jour novembre 2016 –

D'après le dieu Mithra sur une céramique sigillée de Lezoux, Gaule Romaine, Auvergne, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le dieu Mithra sur une céramique sigillée de Lezoux, Gaule Romaine, Auvergne, France. (Marsailly/Blogostelle)

Bloc-notes+ Un livre ? La guerre des Gaule, les commentaires de Jules César, rédigés au Ier siècle avjc (entre 58 et 51 avjc). Une BD ? Astérix le Gaulois (René Goscinny – Albert Uderzo).

EN GAULE ROMAINE ET AU DELÀ, UN MONDE SPIRITUEL COSMOPOLITE

Ishtar, Isis, Cybèle, Mithra… Au cours des IIe et IIIe siècles apjc, les influences des cultes orientaux apparaissent dans le monde culturel gréco-romain, séduisent des empereurs à Rome, et se répandent sur l’ensemble des territoires de l’empire romain.

Rome cultive la tolérance et la mixité religieuse
En Gaule Romaine, comme ailleurs dans l’ensemble de l’Empire Romain, on adopte des divinités orientales. De nouvelles pratiques cultuelles voient le jour à côté des cultes traditionnels romains et gaulois…

D'après une déité orientale ailée, céramique sigillée, Barzan, Gaule Romaine, Ier -IVe siècle apjc, Charente-Maritime, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une déité orientale ailée sur une céramique sigillée, Barzan, Gaule Romaine, Ier -IVe siècle apjc, Charente-Maritime, France. (Marsailly/Blogostelle)

On honore alors des divinités égyptiennes comme Sérapis et Isis, le dieu syrien Jupiter Dolichenus, les dieux d’origine perse Mithra et Sol, Sol Invectus, ou encore les déités phrygiennes Cybèle et Attis… Les empereurs romains semblent cultiver la tolérance et la mixité religieuse à des fins politiques…

… cela leur permet d’asseoir encore davantage le pouvoir de Rome dans les différentes régions conquises par l’empire. Caracalla, par exemple, n’hésite pas à faire ériger à Rome un temple consacré au dieu égyptien Sérapis… auprès du sanctuaire du Jupiter Capitolin.

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
– Époque gallo-romaine, 52 avjc – début IVe siècle apjc – Conquête de César en 52 avjc (défaite d’Alésia) – Édit de Milan de l’empereur Constantin en 313 apjc (liberté religieuse et développement du Christianisme) -Fin de l’Antiquité et invasions barbares : fin IVe siècle apjc et Ve siècle apjc – VIe siècle apjc : les débuts du Haut Moyen Âge… Chronologie détaillée Gaule-Romaine et Haut Moyen Âge

D'après une figuration de Cybèle, déesse phrygienne, fin IIe -IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après Cybèle, plaque d'argent doré, IIIe siècle avjc, sanctuaire Aï Khanoum, Afghanistan. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une figuration de Cybèle, déesse phrygienne, fin IIe -IIIe siècle apjc, élément ornemental, Gaule Romaine ; et Cybèle sur son char, plaque d’argent doré, IIIe siècle avjc, sanctuaire Aï Khanoum, Afghanistan. (Marsailly/Blogostelle)

Le succès des doctrines orientales s’explique peut-être par l’engouement pour la spiritualité qui anime alors toutes les franges de la société antique, à la fin du IIe siècle apjc et surtout au IIIe siècle apjc.

Des cultes à Mystères
Parmi les fidèles, certains se font initier à des cultes à Mystères, dont les adeptes partagent des rites secrets. Dans les Mystères de Mithra, fondés sur 7 degrés initiatiques, le sang du taureau sacrifié purifie l’initié… On honore aussi en Gaule la déesse phrygienne Cybèle et son parèdre Attis, coiffé comme Mithra du bonnet phrygien.

La notion de Salut attaché à certaines formes de spiritualités orientales, peu connue dans la tradition romaine, se propage… La pratique de cultes à Mystères et de l’initiation insuffle une conception du Salut qui favorise, peut-être, la propagation de la religion chrétienne…

D’après la déesse phrygienne Kybele-Agdistis, VIe siècle avjc, Anatolie, Ankara ; et une statuette d’Attis, compagnon aimé de Cybèle, bronze, IIe-IIIe siècle apjc, Turquie, époque romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Cybèle – Kybélê, Gardienne des Savoirs…

Cybèle, la grande déesse phrygienne
Divinité d’origine phrygienne, on honore Cybèle sous le nom de Agdistis en Phrygie (actuelle Turquie), en Asie Mineure. Dans son sanctuaire à Pessinonte, on la représente par un bétyle, une pierre noire météorite… Son culte comporte des danses en état d’extase et des mutilations rituelles.

Le culte de Cybèle se diffuse en Grèce et à Rome au IIe siècle avjc. Vers 204-205 avjc, les Romains emportent la pierre noire sacrée de Pessinonte jusqu’à Rome… où ils introduisent le culte de Cybèle pour suivre les indications de la Sibylle… On honore Cybèle comme la Grande Déesse, la Déesse Mère ou la Mère des dieux. En grec ancien, Kybélê, signifie Gardienne des Savoirs…

Cybèle, Mère des Dieux
Cybèle figure parmi les plus grandes déesses de l’Antiquité, à côté de l’Égyptienne Isis, de la babylonienne Ishtar ou encore de la Cérès-Déméter gréco-romaine. Les grecs identifient encore Cybèle à Rhéa, fille du Ciel et de la Terre, épouse de Cronos et Mère des dieux. On l’assimile aussi à l’ancestrale déité anatolienne Kubaba…

D'après le buste d'Attis, parèdre de Cybèle, IIe -IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après buste de Cybèle, IIe -IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

D’après les bustes de Cybèle et d’Attis, son parèdre coiffé du bonnet phrygien, IIe -IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Le mythe de Cybèle et du berger Attis
Déité des cimes boisées à l’origine, Cybèle a pour parèdre le beau berger Attis (ou Atys), qu’elle aime… Selon les versions, Attis contrarie la déesse de différentes manières. Furieuse, Cybèle le fait sombrer dans la folie et le jeune homme tente de se mutiler (s’émasculer) avant d’être transformer en pin, par la déesse, un arbre toujours vert qui symbolise l’immortalité…

Une grande fête annuelle, entre le 15 et le 27 mars, réactualise le mythe de Cybèle et d’Attis. Le point culminant des orgies et des célébrations est le Jour du Sang, un jour de deuil parachevé par le sacrifice d’un taureau. Ce jour du sang précède un lendemain considéré comme Jour de Résurrection…

D’après des scènes de sacrifice du Taureau, mosaïque, caserne des Vigiles du Feu, Ostie, Ier-IIIe siècle apjc, art Romain, Italie. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une scène de Sacrifice du Taureau, mosaïque, caserne des Vigiles du Feu, Ostie, Ier-IIIe siècle apjc, art Romain. (Marsailly/Blogostelle)

En Gaule, en Germanie, en Turquie et en Syrie…
Le phénomène dit de syncrétisme religieux se déploie dans toutes les régions sous tutelle de l’empire Romain, de la Gaule à la Germanie et jusqu’en Turquie ou en Syrie. Les Romains tolèrent les croyances et les pratiques sacrées des peuples qu’ils soumettent… Ainsi, divinités orientales et dieux romains cohabitent par exemple dans les temples de la cité de Palmyre, où Baal comme Jupiter sont consacrés…

Voir aussi l’article L’antique Palmyre, une ville en lumières

Le mystère du Jupiter et de la Junon de Dolichè…
Comme pour Mithra, le Jupiter de Dolichè (une cité antique de l’actuelle Turquie) se rattache à un culte à Mystères venu d’Orient. Le culte du Jupiter de Dolichè se propage lui aussi aux IIe et IIIe siècle apjc dans l’empire romain via les militaires et les commerçants… Sur la plaque votive de Heddernheim, en Allemagne, on représente Jupiter Dolichénien couronné d’une Victoire.

D'après une plaque votive, culte du Jupiter Dolichenus, Heddernheim, IIe -IIIe siècle apjc, époque Romaine, Allemagne. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une plaque votive, culte du Jupiter Dolichenus, Heddernheim, IIe -IIIe siècle apjc, époque Romaine, Allemagne. (Marsailly/Blogostelle)

Junon et les jumeaux divins
Monté sur le dos du Taureau, le Jupiter de Dolichè arbore ses armes-attributs : la Bipenne (hache double), le Foudre et le Glaive. La scène divine se déroule sous l’égide de Sol, dieu Soleil… Dessous, la Junon de Dolichè, coiffée d’une tiare et portant un sistre comme la déesse égyptienne Isis, se tient devant une biche…

En Égypte, le sistre apparaît comme l’instrument de musique privilégié des chanteuses dans les temples, pour rythmer les chants de la liturgie… De part et d’autre de Junon, on aperçoit deux jumeaux dits Castores, qui évoquent des caryatides et qui rappellent les Dioscures. On voit aussi les personnifications de la Lune et du Soleil…

Dans l’architecture, les caryatides (ou cariatides) sont des supports sous formes de statues féminines … au masculin, on les appelle les atlantes… Les Dioscures sont Castor et Pollux, fils jumeaux de Zeus et de Léda. Castor est mortel, Pollux immortels. Inséparables, Zeus accepte de les immortaliser tous les deux sous la forme de la constellation des Gémeaux…

Ainsi, les jumeaux divins de la plaque votive renvoient au thème de l’immortalité… Mais ils se rattachent sans doute aussi à la symbolique de la Lumière et de l’Obscurité et au cycle solaire… Une notion que l’on rencontre avec les porteurs de torches, Cautès et Cautopatès, qui accompagnent le dieu Mithra…

D’après un buste de Sérapis, fin IIe siècle apjc, basalte, époque romaine, Égypte ; et une statue d’Isis, avec sistre et vase, Villa Adriana, IIe siècle apjc, marbre romain, Tivoli. (Marsailly/Blogostelle)

La coiffe de Sérapis, ornée d’un épi de blé, renvoie à la symbolique de la végétation, qui meurt et ressuscite, et au mystère de la graine en terre, qui renaît et rapporte multiplication et abondance…

Sérapis et Isis
Le culte de Sérapis (ou Sarapis), divinité de l’Égypte ptolémaïque, se développe sous le roi Ptolémée Ier Sôtêr. Le nom de ce dieu dérive de Ouser-Hapi, qui désigne le Taureau sacré Apis.

Sérapis apparaît comme un dieu guérisseur, lié aussi au monde de l’au-delà, dans la lignée du dieu égyptien Osiris et des dieux helléniques Hadès et Dionysos (Pluton et Bacchus chez les romains). Les cultes égyptiens de Sérapis et de la déesse Isis, épouse d’Osiris ressuscité et mère d’Horus, se répandent eux aussi dans le monde antique gréco-romain…

DES SANCTUAIRES SOUTERRAINS POUR S’INITIER AUX MYSTÈRES MITHRA

Les cultes orientaux se diffusent en Gaule par l’intermédiaire des militaires, dont la ferveur se tourne volontiers vers le culte de Mithra… En Gaule, comme à Rome et dans les provinces romaines, on construit des temples de Mithra, les mithrae (mithraeum au singulier).

D'après un haut relief, Mithra sacrifie le Taureau, IIe siècle apjc, art Romain. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un haut relief, Mithra sacrifie le Taureau, IIe siècle apjc, art Romain. (Marsailly/Blogostelle)

Des mithraea (temples de Mithra) en Gaule
À l’époque romaine, membres de l’armée, pirates et commerçants se déplacent parfois vers de lointaines contrées… Parmi les cultes à Mystères venus d’Orient, le culte du dieu perse Mithra rencontre un certain succès en Gaule.

On érige plusieurs temples souterrains ou semi-enterrés, des mithraea, consacrés à cette divinité solaire. On honore Mithra dans le grand sanctuaire des Bolards en Bourgogne, à Strasbourg en Alsace, ou encore à Bordeaux en Gironde, au IIIe siècle apjc…

On retrouve des modèles de temples souterrains comparables en Italie à la même époque, comme à Ostie, à Capoue ou à Rome, comme avec le mithraeum situé à plusieurs mètres au-dessous de la basilique Saint-Clément-du-Latran…

D'après un mithraeum, temple souterrain, banquettes et Taurobole, Ier siècle apjc, San Clemente, Rome Antique. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après le Taurobole, mithraum de San Clemente, Ier siècle apjc, Rome Antique. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un sanctuaire de Mithra, salle voûtée, banquettes et pilier à relief Taurobole, mithraeum San Clemente, Ier siècle apjc, art Romain, Rome, Italie. (Marsailly/Blogostelle)

Une nef souterraine voûtée et des banquettes
Les sanctuaires de Mithra possèdent une petite nef voûtée dans laquelle on installe des banquettes pour les fidèles et les initiés. La nef des temples de Mithra débouche sur une salle ou une simple niche près de laquelle on dépose autels, statues et bas-reliefs, dont l’iconographie évoque la mythologie mithriaque.

Parmi les objets cultuels, on utilise des lampes, des couteaux, des coupelles et des offrandes de monnaies…

Les mystes, des personnes venues recevoir l’initiation, s’installent sur les banquettes installées le long du couloir, sur les côtés. Cet espace sacré mène à la statue de Mithra, au bas-relief ou à la fresque qui représente le sacrifice du taureau, le taurobole.

Un culte venu de Perse
Le culte de Mithra se présente comme une religion à mystères, d’origine indo-perse. À l’époque romaine, ce sont les pirates et les mercenaires étrangers qui ramènent à Rome les pratiques spirituelles du culte de Mithra. Ce grand dieu perse séduit les empereurs romains et les soldats…

D'après un portrait coiffé du bonnet phrigien, sans doute Mithra, marbre italien, époque de la Gaule Romaine, Arles, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un portrait coiffé du bonnet phrygien, sans doute Mithra, marbre italien, époque de la Gaule Romaine, Arles, France. (Marsailly/Blogostelle)

Mithra, dieu sauveur et bienveillant
Dans le monde védique de l’Inde ancienne, Mitra signifie en sanscrit à la fois ami et contrat… Parfois associé au dieu Varuna avec qui il partage la souveraineté sur le panthéon védique, Mitra lutte contre les Ténèbres…

Ce dieu lumineux et bienveillant est le garant des traités et des engagements entre les êtres humains. Il préside à l’harmonie de la société, aux affaires juridiques et au domaine sacerdotal…

Le dieu de la Lumière et de la Justice
Mithra est le dieu de la Lumière et de la Justice et veille au respect des alliances et des serments. Les rois de Perse juraient par Mithra… Il protège les guerriers, la propriété, les troupeaux, assure la prospérité des êtres humains, guérit les malades, fait tomber la pluie… Mais Mithra peut aussi se montrer redoutable pour punir les parjures ou les trahisons…

D'après le Taurobole, grand relief du Mithraum de Sarrebourg, IIe-IIIe siècle apjc, Moselle, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le Taurobole, grand relief du mithraeum de Sarrebourg, IIe-IIIe siècle apjc, Moselle, France. (Marsailly/Blogostelle)

Mithra sacrifie le taureau primordial
À l’époque de la Gaule Romaine, chaque sanctuaire de Mithra possède une image peinte ou sculptée de Mithra taurochtone, qui sacrifie le taureau. Mithra, coiffé de son bonnet phrygien, tient l’animal par les naseaux, le plaque au sol et le frappe au cœur… le plus souvent en détournant la tête…

Sur un relief du Louvre, on aperçoit le chien qui lèche le sang de l’animal blessé, le scorpion qui mord les testicules du taureau, le serpent qui peut-être le pique… Et des épis de blé, symbole de la végétation et du renouveau, qui jaillissent de la queue du Taureau immolé…

La semence du taureau recueillie par la Lune…
Un mythe perse tardif raconte comment la végétation naît de la moelle du taureau primordial. Le récit précise aussi que les différentes espèces animales émanent de la semence du taureau recueillie par la Lune.

Sur les représentations, le Soleil – Sol ou le Rayon Solaire semblent inspirer Mithra, pourtant dieu solaire et souverain, garant de l’Ordre universel et de la Justice… Sol inspire le dieu Mithra ou bien lui donne-t-il un ordre?

D'après Mithra, le Taureau, le scorpion, le serpent et le chien, fin Ier siècle apjc, Gaule Romaine, Angers, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après Mithra, le Taureau, le scorpion, le serpent et le chien, fin Ier siècle apjc, Gaule Romaine, Angers, France. (Marsailly/Blogostelle)

Une promesse de Salut
Selon la mythologie mithriaque, le scorpion symbolise les Forces du Mal qui cherchent à détruire la Vie… mais il permet aussi de récupérer la semence fertilisante… Grâce au sacrifice du taureau, Mithra sauve la Création. Le sang répandu et la semence de l’animal primordial purifient et fécondent la Terre… Après avoir sacrifié le taureau, Mithra monte sur le Char céleste du Soleil…

Le sang porteur d’éternité…
Pour les adeptes du culte de Mithra, le Sacrifice du Taureau symbolise une promesse de Salut. Les fidèles expriment cette espérance dans leurs prières : Et nos seruasti eternali sanguine fuso, ce qui signifie une idée que l’on pourrait exprimer par Et nous, tu nous as sauvés en répandant le sang porteur d’éternité…

Comme le Christianisme, avec lequel il va rivaliser entre le Ier siècle apjc et le début du IVe siècle apjc dans l’Empire Romain, le culte de Mithra propose une initiation et une spiritualité fondée sur la notion du Salut…

D'après le Sacrifice de Mithra et l'envolée sur le Char Solaire, IIIe siècle apjc, mithraeum Santo Stefano, Rome. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après le Sacrifice de Mithra et l’envolée sur le Char Solaire, IIIe siècle apjc, mithraeum Santo Stefano, Rome. (Marsailly/Blogostelle)

Le roi Parthe Mithridate Ier
À l’origine, le culte indo-iranien de Mithra ne se présente pas comme un culte à mystères… Il s’agit en Perse de la religion officielle à laquelle le Roi participe en personne par des libations et des danses sacrées…

C’est par l’intermédiaire des colonies grecques d’Asie Mineure que le culte de Mithra s’introduit dans le monde gréco-romain. Le roi Parthe Mithridate Ier (171-138 avjc), par le choix de son nom, affirme ainsi sa filiation au dieu Mithra…

… Son fils Antiochus Ier fait graver une inscription Apollon-Mithra-Hélios-Hermès, qui assimile Mithra aux dieux grecs Hélios et Apollon, divinités solaires, et à Hermès, déité entre autres du passage et de l’initiation…

D'après les porteurs de torches, Cautès et Cautopatès, coiffés du bonnet phrygien, culte de Mithra, Gaule Romaine, Boulogne-sur-Mer, France. (Marsailly/Blogostelle)  D'après le Taurobole, mithraeum de Bourg-Saint-Andéol, Ardèche, Rhône-Alpes, France. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après les porteurs de torches, Cautès et Cautopatès coiffés du bonnet phrygien, culte de Mithra, Boulogne-sur-Mer ; et le Taurobole, mithraeum de Bourg-Saint-Andéol, relief, Ardèche, Rhône-Alpes ; Gaule Romaine, France. (Marsailly/Blogostelle)

Cautès et Cautopatès symbolisent le Soleil Levant et le Soleil Couchant, La Lumière et l’Obscurité…

Une histoire de pirates…
Selon l’historien Plutarque (IIe-début IIIe siècle apjc) l’introduction des cultes à Mystères en Italie se fait via des pirates capturés par Pompée, vers 67 avjc. Ces pirates ciliciens (la Cilicie se situe alors dans le Sud de l’Anatolie) luttent contre l’impérialisme de Rome et sont des alliés du roi du Pont, Mithridate VI Eupator.

Plutarque raconte comment les fidèles de Mithra pratiquent l’initiation et des sacrifices rituels dans des grottes secrètes… L’auteur latin précise que, au cours de cette initiation, les adeptes s’engagent par serment…

D’après Cautès, le Soleil Levant, torche levée, et Cautopatès, le Soleil Couchant, torche baissée, mithraeum, Bordeaux, IIe -IIIe siècle apjc, Gaule Romaine, Aquitaine, France. (Marsailly/Blogostelle)

Le culte de Mithra se répand dans l’empire romain
Les pratiques spirituelles mithriaques séduisent les légionnaires romains qui répandent le culte du dieu perse dans l’Empire Romain. Au cours du IIe siècle apjc, les Mystères de Mithra s’imposent dans les villes de garnison, en Italie, en Gaule, en Bretagne, en Afrique… et jusqu’au Danube.

À Rome, l’empereur Commode (180 à 192 apjc) et ses successeurs adoptent le culte de Mithra pour se concilier l’armée. On honore Mithra sur le Palatin et sur l’Aventin. Le mithraïsme aurait même faillit devenir une religion officielle sous le règne de l’empereur Aurélien (270-275 apjc)…

La caverne de Mithra, lieu d’initiation
Au commencement, le mithraeum est une caverne… Les temples de Mithra vont en conserver la forme et l’esprit… On aménage le sanctuaire mithriaque comme une salle à manger destinée à réunir une douzaine de convives à la fois. On oriente le temple souterrain pour que le Soleil Levant vienne frapper la statue de Mithra au moment de l’équinoxe de printemps…

D'après un autel de Mithra, à tête et pattes de lion, Mithraeum de Bordeaux, IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après un autel de Mithra, à tête et pattes de lion, mithraeum de Bordeaux, IIIe siècle apjc, Gaule Romaine. (Marsailly/Blogostelle)

Des banquets d’immortalité
De chaque côté du couloir ou de la statue du dieu, deux porteurs de torche veillent… Le personnage qui brandit sa torche levée symbolise la Lumière, la végétation du printemps et de l’été. Le deuxième personnage dirige sa torche vers le bas, il évoque l’Obscurité, le crépuscule et la période hivernale…

Les adeptes de Mithra prennent leurs repas en commun dans le mithraeum… avec du pain, de l’eau… et sans doute aussi du vin. Ils prononcent aussi des formules rituelles… À l’occasion de ces banquets d’immortalité, les mystes consomment la viande d’un taureau… Les initiés au Mystères de Mithra organisent trois communions par jour, à chaque repas…

Mithra léontocéphale
À côté des représentations de Mithra immolant le Taureau ou partageant un Banquet Sacré avec Sol, on rencontre des images de Mithra léontocéphale, à tête et pattes de lion, avec un serpent ou deux qui s’enroulent autour de son corps… On retrouve le thème du serpent avec le serpent mithriaque à 7 spires, une évocation des 7 jours, des 7 planètes, des 7 grades initiatiques…

D’après un relief de Mithra léontocéphale (à tête de lion), Mithraeum Vienne, Poitou ; et le Serpent aux Sept spires, mithraeum de Bordeaux, IIIe siècle apjc. (Marsailly/Blogostelle)

Le 25 décembre, date anniversaire du Soleil et de Mithra
Dans le culte de Mithra, le septième jour de la semaine est particulièrement sacré… comme le 25 décembre, quand on célèbre l’anniversaire du Soleil et celui de Mithra, un dieu né comme l’étincelle de la pierre à feu… Selon le mythe mithriaque, Mithra naît de la Pierre…

L’initiation aux Mystères de Mithra comporterait sept grades : le Corbeau, l’Époux, le Soldat, le Lion, le Perse, le Courrier et le Père. Chaque grade s’acquiert sous l’égide d’un astre, qui symbolise une fonction rituelle …

D'après une sculpture de Mithra qui naît de la Pierre, mithraeum de San Clemente ; Rome Antique. (Marsailly/Blogostelle.)

D’après une sculpture de Mithra qui naît de la Pierre, mithraeum de San Clemente ; Rome Antique, Italie. (Marsailly/Blogostelle)

Les adeptes jouent leur rôle selon leur grade…
Ainsi, l’adepte au grade de Corbeau, sous la protection de Mercure, verse à boire… L’époux est protégé par Vénus, le Soldat par Mars. Le grade de Lion, relié à Jupiter, a pour fonction rituelle de brûler de l’encens et de purifier ainsi les adeptes par le feu… Le Perse se place sous l’égide de la Lune et le grade du Courrier sous celle du Soleil, Hélios…

Le Père des Pères veille sur la communauté…
Un initié au grade de Père dirige chaque groupe d’adeptes de Mithra… Le Père des Pères préside lui à un ensemble de communautés mithriaques. Lorsque l’initié acquiert le grade de Soldat, il est probablement baptisé par le feu (marqué au fer rouge ?…). Chaque grade possède son masque et ses parures rituelles…

Les adeptes de Mithra croient à la montée des âmes au Ciel, à la Fin des Temps, et au Retour de Mithra sur le Char du Soleil…

D'après l’un des symboles des grades initiatiques mithriaque, Patère, bâton (?), bonnet phrygien, faucille, mithraeum d’Ostie, art romain. (Marsailly/Blogostelle.)  D'après une dédicace au Dieu Mithra sur une céramique sigillée, Lezoux, début du IIIème siècle apjc, Gaule Romaine, Auvergne, France. (Marsailly/Blogostelle)

D’après l’un des symboles des grades initiatiques mithriaques, Patère, bâton (?), bonnet phrygien, faucille, mithraeum d’Ostie, mosaïque, Italie ; et d’après une dédicace au Dieu Mithra sur une céramique sigillée, Lezoux, début du IIIe siècle apjc, Gaule Romaine, Auvergne, France. (Marsailly/Blogostelle)

Voir aussi les articles
Le Sacré, les Mystères de Mithra, dieu Salvateur (1)
Le Sacré, les Mystères de Mithra, dieu Salvateur (2)

De Mithra au christianisme
Si le culte de Mithra se diffuse intensément dans l’armée, il reste assez méconnu et peu pratiqué par les populations… En plus, l’initiation aux mystères de Mithra est complètement fermée aux femmes, ce qui limite sa popularité, contrairement au christianisme accessible à tous…

Au IVe siècle apjc, l’engouement pour les Mystères de Mithra disparaît peu à peu au profit du Christianisme avec lequel le mithraïsme a des similitudes… en particulier l’espérance du Salut…

En 313 apjc, l’édit de Milan de Constantin (280-337 apjc) établit une liberté religieuse favorable au Christianisme. Lorsque le christianisme s’impose en Italie, l’église remplace le mithraeum… La période de l’Antiquité s’achève… Les Invasions barbares de la fin du IVe siècle apjc et du Ve siècle apjc bouleversent l’Europe et préfigurent l’avènement du Haut Moyen Âge. Une nouvelle ère commence…

Bloc-Notes +  Un document PDF Simulacra Romae : Burdigala Bilan de deux siècles de recherches et découvertes récentes à Bordeaux. bib.cervantesvirtual.com/portal/simulacraromae/libro/c13.pdf

FIN DU CHAPITRE GAULE-ROMAINE
(Articles à venir : le Haut Moyen Âge, Mérovingiens et Carolingiens)

CATÉGORIE GAULE ROMAINE ET HAUT MOYEN ÂGE

Le monde artistique en Gaule Romaine, puis sous les Mérovingiens et les Carolingiens… D’un art de vivre et de construire à la romaine, qui se marie aux expressions de la tradition gauloise, l’art évolue vers un univers inspiré par la spiritualité chrétienne et par l’esthétique celtique, dont le souvenir nourrit encore les créations…

Bloc-notes+ Un livre? La guerre des Gaule, les commentaires de Jules César, rédigés au Ier siècle avjc (entre 58 et 51 avjc). Une BD? Astérix le Gaulois (René Goscinny – Albert Uderzo). Une BD historique? Arelate, de Laurent Sieurac, avec Alain Genot, archéologue, Arles à l’époque de la Gaule romaine…

SOMMAIRE
La prospérité des artisans en Gaule Romaine
La Pax Romana et la culture romaine en Gaule…
Les monuments fleurissent en Gaule Romaine
La Dolce Vita en Gaule Romaine
Villas et terroirs en Gaule Romaine
Cultes et sanctuaires en Gaule Romaine (1)
Cultes et sanctuaires en Gaule Romaine (2)
Un panthéon gaulois et romain en Gaule (1)
Un panthéon gaulois et romain en Gaule (2)
Culte des Sources et piété en Gaule Romaine
Coutumes funéraires en Gaule Romaine
Divinités orientales et Mithra en Gaule Romaine
À suivre les arts mérovingiens et carolingiens…

La Gaule Romaine... d'après le Cernunnos gaulois entre Apollon et Mercure, Ier-IIIe siècle apjc. (Marsailly/Blogostelle.)

Premier article : La prospérité des artisans en Gaule Romaine

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s