L'ORIENT ANCIEN

Agadé : de Sargon à Narâm-Sîn, un art royal sublime la figure du souverain

Mésopotamie, un souffle nouveau inspire les artistes d’Akkad

Que se passe-t-il à la fin du IIIe millénaire avjc en Mésopotamie ? Entre 2340 avjc et 2200 avjc, cette très vaste région se retrouve unifiée un temps sous la dynastie d’Akkad fondée par le roi Sargon, à la tête de l’empire d’Agadé… De Sargon à Narâm-Sîn, l’art devient un instrument au service d’un idéal impérial… Héritiers des codes de l’art sumérien, les artistes expriment et perpétuent avant tout l’image idéalisée du prince… Et les graveurs d’Agadé réinterprètent l’art des sceaux-cylindres…

Par Maryse Marsailly (@mblogostelle)
– Dernière révision mai 2017 –

D’après une stèle, l’Arbre Sacré arrosé sous le Symbole Solaire, vers 2340 avjc - 2200 avjc, période d’Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle, l’Arbre Sacré arrosé sous le Symbole Solaire, vers 2340 avjc – 2200 avjc, période d’Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

Dans la tradition d’Akkad, Nergal, Soleil Brûlant de l’Été et divinité guerrière, est le dieu protecteur de la monarchie d’Agadé… Dans le monde mythique mésopotamien, le roi soigne et arrose l’arbre sacré et nourrit et abreuve le troupeau sacré… comme le font les déités du monde céleste…

Bloc-notes + Une aventure ? L’épopée de Gilgamesh (Mésopotamie) : des tablettes du XIIIe siècle avjc racontent l’épopée du roi Gilgamesh en quête d’immortalité… (il aurait régné vers 2600 avjc sur la cité d’Uruk (ou Ourouk) Un livre ? L’Histoire commence à Sumer, de Samuel Noah Kramer (1956).

LE ROI SARGON FONDE L’EMPIRE D’AGADÉ EN MÉSOPOTAMIE

Tout au long de la période des dynasties archaïques, les cité-états sumériennes rivalisent et se font la guerre pour obtenir la suprématie en Mésopotamie… Vers 2340 avjc, Sargon, prince d’origine sémite aux ambitions universalistes, parvient à imposer un premier empire fondé sur une administration centralisée…

La capitale d’Agadé reste inconnue…
Sargon, un haut personnage de la cité de Kish (actuel Irak) prend le contrôle de cette ville vers 2340 avjc… Il étend ensuite son autorité et fonde la dynastie d’Akkad. Le roi Sargon lance plusieurs expéditions lointaines et se retrouve à la tête du premier empire de l’histoire considéré comme tel…

D'après le masque dit de Sargon, bronze, dynastie d'Akkad, vers 2340 avjc - 2200 avjc, Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le Masque dit de Sargon, possible portrait du fondateur de la dynastie d’Akkad, ou d’un roi d’Agadé, bronze, vers 2340 avjc – 2200 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

La capitale de l’empire d’Agadé, située alors en Babylonie (Irak actuel), n’a pas été retrouvée… C’est à Suse (Iran actuel) que les principaux témoignages de cette brillante époque se sont conservés, ramenés plus tard comme butin de guerre par un souverain élamite (Iran Ancien) du XIIe siècle avjc…

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
Fin des dynasties archaïques sumériennes, vers 2340 avjc – Empire d’Agadé sous la dynastie d’Akkad fondée par le roi Sargon, vers 2340 avjc. – Règne de Narâm-Sîn vers 2254 – 2218 avjc. – L’époque néo-sumérienne vers 2150 avjc – 2100 avjc : prince de Lagash vers 2150 – Règne du prince Gudéa vers 2130. – Ur-Nammu, fonde la IIIe dynastie d’Ur vers 2100 avjc. Chronologie Proche et Moyen Orient antiques

Désormais, on parle l’Akkadien…
Dans le royaume d’Agadé on parle l’Akkadien, une langue différente du sumérien mais plus facile à pratiquer. Les Akkadiens, peuples sémites, adaptent l’écriture inventée par les sumériens pour transcrire leur langue qui devient la langue officielle… Pour les écrits, on conserve l’écriture cunéiforme en akkadien ou parfois encore en sumérien.

Le sumérien devient le langage des érudits (comme le Grec ancien ou le Latin chez nous)… Au moment de l’avènement de la dynastie d’Akkad, la vie culturelle et artistique mésopotamienne évolue surtout avec la mainmise des monarques sur les arts…

D'après la stèle de Victoire de Sargon, diorite, vers 2300 avjc, époque d'Agadée, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle de Victoire de Sargon, roi d’Akkad, diorite, vers 2300 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

La stèle de Suse au nom du roi Sargon
Parmi les stèles retrouvées à Suse, la stèle du roi Sargon provient d’un butin de guerre ramené par un roi élamite au XIIe siècle avjc. C’est à ce jour la seule image connue avec certitude du roi Sargon, dont le nom apparaît sur l’inscription en akkadien…

On retrouve la composition sumérienne en registres et la coiffe royale traditionnelle avec chignon et serre-tête. Le roi d’Akkad arbore aussi une épaisse et longue barbe… Le thème du souverain à la tête de ses troupes comme le défilé des prisonniers (en haut) se rattachent encore à l’iconographie du monde sumérien précédent.

Sargon, un roi devenu légendaire…
Une légende raconte l’histoire de Sargon d’Akkad, ce fils de personne devenu roi , qui incarne la figure idéale du souverain mésopotamien… Le récit mythique précise que Sargon, fils d’une prêtresse, est d’origine sémite. Il naît en secret avant d’être livré aux flots du fleuve, dans une corbeille renforcée de bitume. Protégé par la grande déesse Ishtar, l’enfant arrive à Kish où devenu un homme il renverse le roi et prend le pouvoir…

D'après la stèle de Victoire de Sargon, roi d'Akkad, diorite, vers 2300 avjc, Agadé, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle de Victoire de Sargon, le roi d’Akkad, diorite, vers 2300 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

Sargon sauvé des Eaux, comme le Moïse biblique…
Trois copies tardives de l’histoire légendaire de Sargon remontent aux VIIe -VIe siècle avjc. L’auteur de ces écrits et la date de leur rédaction restent inconnus à ce jour. Le texte met en scène Sargon lui-même qui raconte sa vie…

Je suis Sargon, le roi puissant, le roi d’Agadé. Ma mère était une grande prêtresse. Mon père, je ne le connais pas (…) Ma mère me conçut et me mit au monde en secret. Elle me déposa dans une corbeille de jonc, dont elle ferma l’ouverture avec du bitume… Elle me jeta dans le fleuve sans que j’en puisse sortir…

D'après Moise Exposé sur les Eaux, Nicolas Poussin, 1654 apjc. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Moise Exposé sur les Eaux, Nicolas Poussin, 1654 apjc. (Marsailly/Blogostelle)

Sa mère confie l’enfant aux Eaux du Nil…

… Le fleuve me porta ; il m’emporta jusque chez Aqqi, le puiseur d’eau. Aqqi, le puiseur d’eau, en plongeant son seau me retira du fleuve. Aqqi, le puiseur d’eau, m’adopta comme son fils et (…) me mit à son métier de jardinier. Alors que j’étais ainsi jardinier, la déesse Ishtar se prit d’amour pour moi et c’est ainsi que pendant cinquante-six ans, j’ai exercé la royauté…

D'après Moïse Sauvé des Eaux, Nicolas Poussin, 1638 apjc. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Moïse Sauvé des Eaux, Nicolas Poussin,  1638 apjc.  (Marsailly/Blogostelle)

Le récit biblique raconte une histoire comparable à propos de Moïse, dont le berceau est confié au Nil… De même, la mère de Moïse rend étanche le couffin à l’aide de bitume… mais le bitume est un matériau mésopotamien, presque introuvable en Égypte…

Sargon, premier roi d’Akkad
Premier souverain d’Agadé, Sargon impose alors un art officiel, dont le thème principal illustre les victoires d’Akkad… Dans les ateliers royaux, les artistes sculptent en série des stèles monumentales. Ce sont des blocs de pierre imposants de forme presque pyramidale…

Les stèles sculptées trouvent leur place dans les temples des principales cités de l’empire l’Agadé… Pour différencier le premier souverain d’Akkad du roi de Babylone et d’Assyrie Sargon II (vers 721 – 705 avjc), on nomme le premier roi d’Agadé Sargon l’Ancien, Sargon Ier ou Sargon d’Akkad

D'après la stèle de victoire d'un roi d'Agadé, diorite, vers 2335-2280 avjc, période Sargon d'Akkad. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle de victoire d’un roi d’Agadé, filet de prisonniers, diorite, vers 2335-2280 avjc, période de Sargon d’Akkad, époque d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

La stèle de Victoire d’un roi d’Agadé
Le filet de prisonniers de la stèle d’un roi d’Agadé rappelle le filet du dieu Ningirsu sur la stèle d’Eannatum, roi de Lagash, dite Stèle des Vautours, à l’époque des dynasties archaïques sumériennes… Le filet symbolise la puissance et le triomphe du roi sur ses ennemis… Voir aussi l’article La puissance orageuse de Ningirsu, dieu sumérien de Lagash

Des trésors artistiques emportés à Suse…
C’est au XIIe siècle avjc (vers 1100-1200 avjc) que la capitale d’Agadé est pillée par un souverain élamite du nom de Shutruk-Nahhunte. Il ramène avec lui de nombreuses œuvres d’art akkadiennes dans son butin de guerre… jusqu’à Suse.

La cité élamite abrite ainsi quantité de monuments, de sculptures et d’inscriptions qui remontent à l’époque d’Agadé. Certains écrits mentionnent les noms des rois d’Akkad et parfois leurs sanctuaires…

DES SCULPTEURS AU SERVICE DE LA MONARCHIE

Les rois sémites d’Agadé fondent le premier empire universel… Ils prennent le contrôle de la création et de la production artistique, qui devient l’expression et l’instrument de l’idéologie royale et impériale… Les artistes travaillent désormais sous l’égide du souverain. La diversité des œuvres sculptées s’évanouit pour laisser place à un art de cour codifié…

D'après une stèle de victoire d'un roi d'Akkad vers 2300 avjc, Agadé, diorite, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle de victoire d’un roi d’Akkad, prisonniers les mains liées, diorite, vers 2300 avjc, époque d’Agadé, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

Les artistes d’Agadé taillent le grès et la diorite
Si les sculpteurs akkadiens travaillent un art de cour, ils se distinguent par une habileté technique inédite. Ils maîtrisent parfaitement la taille du grès ou de la diorite, des pierres très dures et particulièrement difficiles à sculpter. Les artistes s’essayent aussi à davantage de réalisme dans le rendu anatomique des personnages…

Une statuaire quasi grandeur nature
La diorite, belle pierre noire et brillante, n’existe pas en Mésopotamie et on l’importe des régions du golf arabo-persique, sans doute du pays d’Oman… Autre particularité des artistes d’Agadé : ils innovent en créant de plus en plus de sculptures de grandes dimensions… jusqu’à réaliser des personnages quasi grandeur nature.

D'après une stèle de victoire d'un roi d'Akkad, détail des anatomies, vers 2300 avjc, Agadé, Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle de victoire d’un roi d’Akkad, détail des anatomies, vers 2300 avjc, Agadé, Suse. (Marsailly/Blogostelle)

L’héritage des canons de l’art sumérien
Parmi les stèles de victoire d’Agadé qui relatent différents épisodes de guerre, une œuvre fragmentaire montre un guerrier d’Akkad une lance à la main, et conduisant des prisonniers dont les mains sont attachées dans le dos par des liens…

Le thème du défilé de prisonniers, la présentation des personnages (les épaules de face, les visages et jambes de profil) et l’attention portée au dessin et au modelé sculptural s’inspirent des canons traditionnels de l’art sumérien.

Au commencement, sous le règne de Sargon, l’art et la manière des œuvres d’Agadé restent proches du style sumérien des dynasties archaïques, un art qui rayonne déjà dans l’ensemble de la Mésopotamie. Par contre, la diversité et l’originalité des sujets s’amenuisent… L’inspiration iconographique se résume surtout désormais au thème de la victoire des rois sur leurs ennemis…

D'après une stèle de Victoire, vers 2300-2250 avjc, antique Girsu, actuel Tello, Irak. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle de Victoire, vers 2300-2250 avjc, antique Girsu, actuel Tello, Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Un réalisme anatomique de plus en plus étudié
À l’époque précédente des dynasties archaïques, on rencontre surtout des statuettes, entre 20 centimètres et 40 centimètres de haut, assez stylisées, même si la qualité des expressions est parfois impressionnante. Au temps d’Agadé, la représentation de l’anatomie humaine évolue de manière significative.

Les artistes expriment une recherche de réalisme de plus en plus poussé… La qualité du modelé des corps nus, le plus fidèle possible à la réalité anatomique, et l’élégance des lignes et des formes sont une véritable prouesse pour des sculpteurs qui travaillent une pierre très dure comme la diorite…

Cette pierre volcanique, noire et brillante, s’apparente à un matériau précieux, qui valorise encore davantage un art destiné à magnifier la personne royale et l’empire… En outre, la diorite favorise les effets de la lumière…

D'après une stèle de Victoire, détail, vers 2300-2250 avjc, antique Girsu, actuel Tello Irak. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle de Victoire, détail des anatomies, vers 2300-2250 avjc, antique Girsu, actuel Tello, Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Un luxueux matériau qui vient de loin
Très appréciée des rois d’Agadé pour leurs stèles et leurs statues, la diorite provient de loin, notamment du pays d’Oman et du golfe Persique… Dans un texte gravé sur tablette d’argile, le roi Manishtusu lui-même explique :

Des montagnes au-delà de la Mer inférieure, il tira des pierres noires ; il (les) chargea sur des bateaux et il (les) amarra au quai d’Akkad. Il façonna sa statue (et la) voua à Enlil…

Manishtusu roi d’Agadé
Des stèles de l’époque d’Agadé représentent Manishtusu (vers 2270-2255 avjc), fils de Sargon et troisième roi de la dynastie d’Akkad, qui règne vers 2270 et 2254 avjc. Selon les canons officiels, le souverain apparaît victorieux avec des captifs dans un filet ou assommant ses ennemis…

Les scènes de victoire continuent de montrer des filets de captifs… Une statue en diorite de presque 90 centimètres, mutilée et abîmée, nous présente Manishtusu, deuxième successeur de Sargon… La sculpture porte une inscription gravée en akkadien.

Cette œuvre en ronde bosse provient elle aussi du butin de Suse. Le torse et les mains jointes (retrouvées à part) du personnage sans tête (acéphale) sont interprétés avec sobriété… Malgré un travail sur une pierre très dure, le sculpteur obtient un rendu exceptionnel de l’anatomie des mains du personnage.

D'après la statue du roi d’Akkad Manishtusu, diorite, vers 2270 -2254 avjc, Agadé, butin de de Suse.  D'après la statue du roi d’Akkad Manishtusu, diorite, vers 2270 -2254 avjc, Agadé, butin de de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la statue du roi d’Akkad Manishtusu, diorite, vers 2270-2250 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

L’artiste soigne aussi le modelé du drapé de l’habit royal dont les plis sont minutieusement interprétés. À cette période, le costume royal évolue… Le monarque akkadien arbore maintenant une nouvelle coiffure dite au au bol et porte une robe dont la partie haute est drapée sur son épaule. La jupe, bordée par une sorte de frange, se resserre au niveau de la taille grâce à une ceinture drapée.

D'après le texte de la statue du roi d’Akkad Manishtusu, diorite, vers 2270-2250 avjc, Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle dite obélisque du roi Manishtusu d’Akkad, inscription, diorite, vers 2270 avjc, Agadé, butin de Suse, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Manishtusu donne des terres à ses officiers…
Manishtusu fait aussi ériger une grande stèle de forme pyramidale de 1,40 mètre de haut… Ce véritable monument est couvert sur ses quatre faces d’inscriptions cunéiformes, dont les textes sont rédigés en akkadien… sous la forme de 1519 cases…

Les écrits de cette stèle précisent que le roi Manishtusu d’akkad réalise d’importantes transactions foncières dans la région de Kish, dont la lignée d’Akkad est originaire… Le souverain acquiert quatre vastes domaines qu’il distribue ensuite en lots à ces grands officiers, sans doute pour s’assurer leur fidélité… Les textes de chacune des faces résument l’acquisition des quatre propriétés…

D'après l'obélisque de Manishtushu, roi d'Akkad, diorite, vers 2270 avjc, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)  D'après l'obélisque de Manishtushu, roi d'Akkad, diorite, vers 2270 avjc, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle dite obélisque du roi Manishtusu d’Akkad, diorite, vers 2270 avjc, Agadé, butin de Suse, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

On retrouve plus tard la tradition d’ouvrages sculptés dédiés aux donations des terres, notamment chez les souverains kassites de la deuxième moitié du IIe millénaire avjc. Parmi ces monuments de pierre dénommés kudurru, souvent décorés de symboles ou de signes divins, le plus connu est celui de Meli-Shipak (XIIe siècle avjc)…

L’ART SUMÉRIEN DES SCEAUX REVISITÉ PAR LES GRAVEURS D’AKKAD

À l’époque d’Akkad, les ateliers de graveurs de sceaux travaillent aussi sous le patronage des souverains… Les artistes de la glyptique perpétuent la tradition sumérienne des sceaux-cylindres mais renouvellent le style des compositions. Ils revisitent les thèmes traditionnels associés à des inscriptions. Un riche répertoire mythologique évoque les cycles de la Nature…

D'après le sceau du scribe Zagganita, Ea et déités célestes guerrières, vers 2340 avjc - 2200 avjc, Agadé. (Marsailly-Blogostelle)

D’après le sceau du scribe Zagganita, déités guerrières ailées, le dieu des Eaux Douces et de la Sagesse Ea, vers 2340 avjc – 2200 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

La végétation, évoquée par des arbres ou arbustes, semble avoir une grande importance dans la mythologie illustrée sur les sceaux d’Agadé… Et l’Arbre Sacré ou Arbre de Vie peut prendre une forme très stylisée ou ressembler à un palmier qui porte des fruits, signe de fécondité et d’abondance…

Un répertoire mythique et fabuleux
À la fin du IIIe millénaire avjc, les sujets iconographiques de la glyptique composés par les graveurs d’Agadé renouvellent l’interprétation artistique du répertoire mythologique… On découvre des épisodes de la cosmologie, la manifestation et les activités des dieux dans des paysages fabuleux, ou encore les combats dramatiques de divinités héroïques contre d’autres déités ou contre des animaux ou des monstres…

Les forces naturelles apparaissent personnifiées par des divinités identifiées grâce à leurs attributs… Ainsi, le Enki sumérien, Ea en akkadien, dieu de l’Abîme, des Eaux Douces et de la Sagesse semble détenir la suprématie…, même si le chef du panthéon, Enlil, dieu de l’Atmosphère, confère la royauté mésopotamienne… On reconnaît Enki-Ea aux flots qui jaillissent de ses épaules…

D'après la déesse aux épis aspect guerrier attributs lion et étoile, vers 2350 - 2200 avjc, Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la grande déesse aux Épis sous son aspect guerrier (Inanna-Ishtar), attributs Lion et Étoile, vers 2340 avjc – 2200 avjc, période d’Agadé, actuel Irak, Mésopotamie (Marsailly/Blogostelle)

La déesse aux Épis déploie ses rameaux
Pourvoyeuse de fertilité et protectrice des troupeaux, comparable à Inanna et Ishtar, la grande déesse aux Épis incarne elle aussi un principe essentiel… Parfois ailée, cette déité céleste affiche quelques fois un aspect guerrier avec ses rameaux qui se transforment en armes redoutable… Comme Ishtar, déesse de l’Amour, de la Sexualité, de la Fertilité mais aussi de la Guerre…

L’Épiphanie des dieux et le Renouveau de la Nature
Sur le sceau du scribe Adda, le Soleil (Shamash en akkadien ou Nergal Soleil brûlant de l’été) semble émerger de la Montagne. Armé d’une scie, le dieu semble réapparaître après un séjour dans la monde souterrain… Prisonnier dans la montagne, il disparaît ou meurt avant de renaître… La sortie ou la renaissance du Soleil se manifeste en présence d’autres divinités…

La grande déesse, Ea, Ushmu…
La grande déesse aux Épis (Inanna-Ishtar), ailée, et le dieu des Eaux Douces et de la Sagesse, Ea (akkadien) semblent accueillir la remontée de la divinité solaire… Ea (à l’origine Enki en sumérien) participe à la scène, accompagné de son acolyte, Ushmu, une déité à double visage… Au côté de la grande déesse, campent un dieu guerrier-chasseur armé d’un arc, accompagné d’un lion. Le lion est l’un des attributs d’Ishtar, déesse de l’Amour mais aussi de la Guerre…

D’après le sceau du scribe Adda, le dieu Soleil émerge de la Montagne, dessin et empreinte de sceau, vers 2300 avjc, époque d’Agadé, actuel Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Les bourgeons d’un arbuste laissent imaginer l’arrivée du Printemps et la renaissance de la Nature… Au point culminant de l’été, le dieu Soleil prend un aspect destructeur… il devient le brûlant Nergal et les fortes chaleurs dessèchent la végétation et le monde vivant…

Les premières bandes dessinées…
Les sceaux d’Agadé nous content les histoires des dieux… Le dieu-guerrier ou chasseur et son Arc, la déesse ailée aux Épis pacifique ou guerrière, le dieu solaire et ses Flammes, qui sort de la Montagne ou trône en triomphateur…

… le dieu Ea et ses Flots jaillissants et poissonneux, le vol de l’Oiseau ou de l’Homme-Oiseau, la déité à Deux Visages… Le paysage mythologique mésopotamien, foisonnant, riche et énigmatique se présente comme une passionnante BD…

D’après une empreinte de sceau, le dieu Soleil sort de la Montagne et l’ouverture du temple ; et le sceau du roi de Sharkalisharri, des buffles sont abreuvés, vers 2340 avjc – 2200 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Le mythique et ancestral Maître des Animaux
Parmi les images de prédilection, à côté de l’épiphanie (la manifestation) des dieux au moment du réveil de la Nature, on peut voir souvent des animaux nourris ou abreuvés… On retrouve là le thème ancestral du Maître des Animaux…

Sur une empreinte de sceau, une inscription au nom de Sharkalisharri, dernier roi d’Agadé, accompagne une scène mythique… Des créatures hybrides et étranges abreuvent des buffles… Cette composition soignée et de grande qualité montre une évolution dans le modelé des personnages, qui devient plus sculptural… L’inscription précise : Le divin Sharkalisharri, roi d’Akkad, Ibni-sharrum, le scribe, (est) son serviteur…

Le dieu Soleil Nergal, Soleil Brûlant de l’Été
Un autre sceau akkadien évoque le dieu Nergal, personnification du Soleil Brûlant de l’Été… Il est accompagné de Gibil, le Feu, dont la torche embrase une victime… Une déesse semble passive ou impuissante, seul protagoniste à être représenté de face… Ses rameaux évoquent les émanations dues à une forte chaleur…

D’après la Victoire de Nergal et de Gibil, le Feu, armés de flammes et de flambeaux, vers 2350 - 2200 avjc, période d'Agadé, actuel Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

17 D’après la Victoire de Nergal et de Gibil, le Feu, armés de flammes et de flambeaux, vers 2350 – 2200 avjc, période d’Agadé, actuel Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Nergal règne sur le monde souterrain (chtonien), symbolisé par la Montagne où se trouve une jeune déité de la végétation, captive, se préparant à naître ou à renaître…

Le Feu, personnifié par Gibil
Divinité guerrière, Nergal est le dieu tutélaire de la monarchie d’Agadé. On le rencontre sur de nombreuses images des sceaux.  Ses puissants rayons solaires et le Feu, personnifié par Gibil, qualifient sa redoutable domination. Nergal brûle et détruit la végétation…

Mais la renaissance du milieu végétal se prépare déjà, incarnée par un petit et tout jeune dieu porteur d’un rameau… Un thème qui rappelle le mythe grec de Myrrha qui, transformée en arbre à myrrhe, donne naissance au jeune Adonis, lui-même symbole de mort et de renouveau de la nature…

Les puissances du Renouveau…
Souvent, dans les scènes mythologiques d’Agadé, une divinité principale et dominante apparaît sur un trône et semble présider à l’Ordre du Monde… Parfois, c’est l’apparition d’un couple divin ou encore la manifestation de plusieurs déités rassemblées qui président à une action collective…

Le temps mythique se déroule sous la forme d’épisodes dramatiques, dans lesquels combattent ou s’allient des dieux pour la suprématie… Des créatures monstrueuses et des sortes de héros participent aussi à ces tableaux mythologiques… Parfois, un jeune dieu symbolise le l’avènement prochain des puissances du renouveau…

D'après Nergal et un jeune dieu au rameau, vers 2340 avjc - 2200 avjc, période Agadé, antique Girsu, Tello, actuel Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle

D’après Nergal trônant et un jeune dieu au rameau, vers 2340 avjc – 2200 avjc, période Agadé, antique Girsu, Tello, actuel Irak, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Sur un sceau de Nergal trônant et triomphant, un jeune dieu apparaît, installé à l’abri, à qui une déité donne un rameau… Le dessèchement de la végétation de la colline évoque la puissance excessive du Soleil de l’Été, renforcée par la présence de Gibil, le Feu, armé de son flambeau…

Tous les dieux mésopotamiens portent des tiares à cornes et le nombre plus ou moins important de paires de cornes renseignent sur leur puissance et leur place dans la hiérarchie du panthéon…

Voir aussi l’article Le Sacré en Mésopotamie : des divinités coiffées de tiares à cornes…

L’APOGÉE DE L’ART D’AGADÉ SOUS LE RÈGNE DU SOUVERAIN NARÂM-SîN

Sous le règne de Narâm-Sîn (2254 – 2218 avjc), quatrième roi d’Agadé, l’art akkadien évolue vers son apogée… La disposition traditionnelle en registres superposés disparaît au profit d’une mise en scène qui s’apparente à une analyse ou à un commentaire des faits… Narâm-Sîn se construit une image de monarque universel

D'après la stèle de Victoire de Narâm-Sîn, grès, vers 2230 avjc, époque d'Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle de Victoire de Narâm-Sîn, grès, vers 2230 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

La Victoire de Narâm-Sîn, souverain divinisé
Sur la monumentale stèle de Victoire de Narâm-Sîn, sculptée dans du grès rose sur deux mètres de haut, une pierre très dure, la composition en registres de la tradition sumérienne disparaît… L’artiste élabore sa composition pour proposer au spectateur une vision analytique des événements.

Le roi Narâm-Sîn domine et surplombe l’ensemble de l’image… La mise en scène nous raconte la Victoire de ce conquérant akkadien sur les montagnards Loulloubi, un peuple du Zagros (une chaîne de montagne qui coure en Iran, Irak, Turquie).

Déjà, à l’époque des dynasties archaïques sumériennes, sur le bas-relief votif d’Ur-Nanshe (vers 2550-2500 avjc), le roi de Lagash est représenté plus grand que les autres personnages pour signifier sa grandeur… Voir aussi l’article Les artistes sumériens exaltent la dévotion des souverains

D'après la stèle de Victoire de Narâm-Sîn, les guerriers, détail, vers 2230 avjc, époque d'Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle de Victoire de Narâm-Sîn, les guerriers, détail, vers 2230 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

Sur la stèle de Narâm-Sîn l’artiste akkadien va plus loin encore… Il sculpte un souverain de très grande taille qui se distingue nettement des autres. Mais il insiste encore sur la puissance du roi en le parant d’un casque qui s’identifie à la tiare à cornes réservée traditionnellement aux divinités… Narâm-Sîn apparaît donc sur cette stèle comme un dieu, et dans la posture d’un redoutable chef de guerre…

Narâm-Sîn et le monde céleste…
Sur la stèle de Narâm-Sîn, l’armée d’Akkad, bien ordonnée, écrase ses ennemis en déroute. La scène se déroule dans un paysage où se profilent une montagne et un arbre stylisés. L’évocation d’une ascension s’exprime à la fois dans l’image de la montagne et dans le mouvement ascendant des personnages…

Au point le plus haut, se trouve Narâm-Sîn dont la haute stature, tel un dieu, rivalise avec la présence imposante de la montagne… Puis le sommet de la montagne se détache sur le Ciel, où brillent deux astres rayonnants.

D'après la stèle de victoire de Naram-Sîn, symboles célestes, vers -2250 ans avjc, Agadé, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la stèle de Victoire de Narâm-Sîn, les symboles célestes, détail, vers 2230 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie, butin de Suse. (Marsailly/Blogostelle)

Les rayons des deux astres évoquent une manifestation céleste… Peut-être le dieu guerrier protecteur d’Agadé, Nergal, Soleil de l’Été, associé à Ishtar, déesse de l’Amour, de la Fertilité et de la Guerre, dont le symbole est l’étoile… Ainsi, le triomphe du roi Narâm-Sîn, divinisé se déroule sous l’égide du monde divin…

L’archétype de la royauté universelle
Narâm-Sîn mène une politique de conquête dans les cités. Cet ambitieux souverain d’Agadé se proclame lui-même le roi qui a apporté la paix dans quatre régions… Les quatre régions renvoient aux quatre directions de l’espace pour signifier l’universalité du pouvoir impérial. Ainsi, Narâm-Sîn s’identifie au monarque de l’Univers…

D’après une stèle de Narâm-Sîn en Monarque Universel, vers 2230 avjc, époque d'Agadé, provient de Pir Hüseyin, actuelle Turquie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une stèle de Narâm-Sîn en Monarque Universel, vers 2230 avjc, époque d’Agadé, provient de Pir Hüseyin, actuelle Turquie. (Marsailly/Blogostelle)

Un visage idéal, à l’expression souveraine
La copie d’un original en bronze reproduit la tête d’une statue qui représente peut-être Narâm-Sîn (provenant du musée de Bagdad). Le souverain est paré d’une coiffe royale très élaborée, avec des cheveux tressés, un chignon et un serre-tête royal.

Ce portrait, à qui l’on coupe les oreilles et la barbe, est volontairement défiguré dès l’antiquité. Le nez et l’un des yeux du personnage sont également endommagés. On peut tout de même admirer la belle expression de ce visage tranquille, dont l’expression idéalisée illustre la souveraineté…

L’interprétation artistique du visage royal exprime un symbole… Les traits ne reflètent pas le caractère d’une personnalité mais incarnent plutôt l’archétype de la royauté universelle… Ainsi, les artistes d’Akkad développent un style et un principe d’idéalisation pour sublimer l’image des souverains d’Agadé…

D'après un portrait royal, copie en bronze d'un original, possible Narâm-Sîn, vers 2340 avjc - 2200 avjc, époque d'Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

21 D’après un portrait royal, copie en bronze d’un original, possible Narâm-Sîn, vers 2340 avjc – 2200 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

La Malédiction d’Akkad
Petit-fils de Sargon et premier souverain divinisé de son vivant, Narâm-Sîn fait lui aussi l’objet d’un récit mythique… mais beaucoup moins héroïque que celui de son grand-père. Gravée sur une tablette d’argile, La Malédiction d’Akkad est composée au début du IIe millénaire avjc, vers 2000 avjc.

Ce texte littéraire sumérien évoque la chute de la dynastie d’Akkad et raconte comment l’orgueilleux Narâm-Sîn déclenche la colère des dieux par son impiété et provoque ainsi la chute de l’empire d’Agadé… Au cours de son règne, Narâm-Sîn détruit des sanctuaires importants à Sumer, en particulier l’Ekur, à Nippur, le temple principal d’Enlil, divinité de l’Atmosphère et chef du panthéon sumérien… Selon le récit, c’est alors que les dieux maudissent la cité d’Agadé…

Tous les dieux posèrent leur regard sur la ville (et) frappèrent Agadé d’une terrible malédiction… ville, tu t’es déchaînée sur l’Ekur qui était Enlil (lui-même)! Puissent les lamentations s’élever jusqu’au faîte de tes splendides remparts… Agadé, là où avaient coulé tes eaux douces, puissent couler des eaux salées !

D’après La Malédiction d’Akkad, tablette d’argile gravée, vers 2000 avjc, époque néo-sumérienne ; une scène de présentation d’un fidèle, vers 2200 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

puisse ton grain retomber au sillon, ton bois retourner à sa forêt, l’abatteur de boeufs abattre son épouse, ton égorgeur de moutons égorger son enfant, ton athlète être privé de sa force… puisse l’abattement tomber sur ton palais construit pour réjouir le coeur… Alors, sous le soleil de ce jour, il en fut vraiment ainsi… louée soit (la déesse) Inanna d’avoir détruit Agadé…

Les scènes de présentation se multiplient…
Sur une empreinte de sceau, une divinité et Ushmu, assistant au double visage d’Ea, introduisent un fidèle tête nue, auprès d’Ea, dieu de l’Abîme, des Eaux Douces et de la Sagesse, divinité dominante à l’époque d’Agadé… Derrière Ea sur son trône, un taureau androcéphale veille… À l’époque suivante, dite néo-sumérienne, les scènes de présentation sont en vogue, et les inscriptions prennent le pas sur l’image…

Entre 2150 avjc et 2000 avjc environ, les montagnards vaincus par Narâm-Sîn finissent par l’emporter sur le royaume d’Agadé… S’ensuit un moment de troubles, une phase intermédiaire qui va déboucher sur une renaissance de la civilisation de Sumer sous le règne des princes de Lagash. On parle d’époque néo-sumérienne, une brillante période qui connaît son apogée sous le règne du célèbre prince-gouverneur Gudea…

Article suivant : Sumer le renouveau : la grandeur de la statuaire sous le règne de Gudea

Sommaire L’art de l’Orient Ancien

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire du BLOG

Commenter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s