D'après le dieu Ea des Eaux, détail, cylindre d'Ur, IIIe millénaire avjc, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)
Histoire du sacré

Le Sacré en Mésopotamie : Ea, dieu de l’Abîme, des Eaux Douces et de la Sagesse

Enki-Ea, le dieu des Flots préside au jaillissement des Eaux…

À la fin du IIIe millénaire avjc, les graveurs d’Agadé nous content les histoires des dieux akkadiens (suite)… Enki dans le monde sumérien devient Ea à l’époque d’Akkad. Fils du dieu du Ciel Anu ou du dieu de l’Atmosphère Enlil, ce grand dieu de l’Abîme, des Eaux Douces et de la Sagesse semble dominer le panthéon d’Agadé… Coiffé de cornes, Ea possède parmi ses attributs les Flots qui émanent de ses épaules et le vase d’eaux jaillissantes. On retrouvera ce symbole au IIe millénaire avjc…

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Dernière révision 29 avril 2017 –

D'après le dieu Ea, poissons et signes astraux, IIe millénaire avjc, empreinte de sceau, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le dieu Ea, poissons et signes astraux, IIe millénaire avjc, empreinte de sceau, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

EA, DIEU SOUVERAIN DANS LE PANTHÉON D’AGADÉ

L’historien des religions Mircea Eliade mentionne des textes sumériens qui évoquent la Perfection et la Béatitude des Commencements… Ils racontent Les jours anciens quand chaque chose était créée parfaite…

Enki-Ea, le Seigneur de Dilmun
Les récits mythiques mésopotamiens décrivent un Paradis, nommé Dilmun, où il n’existe ni maladie ni mort… On présente le dieu En-ki, le Ea akkadien, comme Seigneur de Dilmun. En-ki s’unit à la déesse Nin-gur-sag, son épouse encore vierge, comme la Terre elle-même est vierge, pour que s’accomplisse la théogonie, c’est-à-dire la naissance des dieux…

D'après Enki-Ea et ses Flots, deux déités-arbres, la Terre Ningursag, la déesse-mère Nammu et Enlil, père d'Ea, sceau, Mari, Syrie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Enki-Ea et ses Flots, deux déités-arbres, peut-être la Terre Ningursag, la déesse-mère Nammu et Enlil, père d’Ea, sceau, Mari, Syrie. (Marsailly/Blogostelle)

Enki-Ea, grand dieu d’Eridu
Traditionnellement, Enki-Ea est le grand dieu de la cité d’Eridu (actuel Irak), incarné probablement par le dieu des Flots dans l’iconographie d’Agadé… Les graveurs d’Akkad le représentent avec des flots jaillissants de ses épaules, où fretillent parfois des poissons. Parfois Ea porte un vase d’où les eaux débordent… Cette divinité des Eaux semble présider aux actions divines…

Le palais céleste d’Ea
Sur un cylindre d’Ur (vers 2300-2200 avjc), le dieu Soleil triomphant lui-même semble faire allégeance et rendre hommage à Ea trônant dans un habitacle carré, temple ou palais céleste… Sur cette scène sacrée, Shamash, armé de son couteau scie, est accompagné d’un jeune dieu et d’un dieu armé (comme le dieu guerrier Ninurta). Le temple ou palais divin d’Ea abrite un arbre, le croissant de Lune et des sphères qui indiquent que nous sommes dans un univers céleste…

D’après Enki-Ea, dieu de l’Abîme et des Eaux Douces, cylindre d’Ur, vers 2300-2200 avjc, époque d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Plusieurs déités viennent visiter Ea, dieu des Flots, qui trône dans sa demeure en souverain du panthéon…

REPÈRES CHRONOLOGIQUES
Période de l’empire d’Agadé : vers 2340 avjc – 2150 avjc, sous la dynastie d’Akkad fondée par le roi Sargon. Règne de Narâm-Sîn vers 2254 – 2218 avjc. – Époque néo-sumérienne vers 2150 avjc –  2100 avjc.

La Maison de l’Eau, la résidence du dieu Ea
Les Flots sont l’attribut du dieu Ea… Sur le cylindre d’Ur (actuel Irak) de l’époque d’Agadé, cette divinité souveraine réside dans un habitacle carré et clos, La Maison de l’Eau, une demeure parfois entourée d’eau …   La Maison de l’Eau correspondrait à la signification littérale de Ea, et serait un nom sémite qui évoque les Profondeurs de l’Abîme, qui sont justement le domaine d’Ea…

D’après le dieu Enki-Ea sur son trône, dans sa demeure, détail, empreinte de sceau, Ur ; et la Maison de l’Eau du dieu Ea, vers 2340-2200 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Si les représentations de fleuve, de rivière, de marais, de l’océan ou encore d’embarcations sont rares, l’importance donné au dieu des flots reflète la place essentielle de l’Eau dans la vie des Mésopotamiens…

Dans l’iconographie d’Agadé, les Eaux apparaissent parfois dans le paysage, mais l’Eau peut prendre aussi une forme symbolique : vases jaillissants, flots, poissons… Ou encore les Eaux sont personnifiées par des êtres divins, déités ou génies… On rencontre aussi un ancestral dieu-bateau : voir l’article Le Sacré en Mésopotamie : des divinités coiffées de tiares à cornes…

Les Eaux, le signe de l’abondance…
Certaines images évoquent le débordement des Eaux, comme sur le sceau du scribe Zagganita qui montre le dieu Ea et ses Flots jaillissants en forme de cloche…  Cet événement se déroule en la présence d’autres divinités.

La scène symbolise peut-être un temps fort de l’année, un phénomène naturel lié au fleuve ou encore le don du dieu Ea qui apporte une abondance fertile évoquée par les Eaux, un palmier en fruits, ou par des poissons ou une végétation luxuriante…

D’après Ea et ses Flots poissonneux, détail, sceau du scribe Adda, vers 2300 avjc ; et les flots en cloche d’Enki-Ea, sceau du scribe Zagganita, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Héros mythiques, combats, vases d’Eau Jaillissante…
Les acolytes gardiens des portes du domaine d’Ea sont représentés comme des héros nus, avec une chevelure à bouclettes… Selon certains, ils s’identifient à Gilgamesh, roi d’Uruk devenu légendaire et héroïque dans sa quête de l’immortalité.

C’est près de l’Eau que Gilgamesh se fait voler la plante d’immortalité par le Serpent… Privé d’Éternité, Gilgamesh découvre finalement la Sagesse en acceptant sa condition d’être humain mortel…

Voir aussi l’article Introduction à l’Art du Levant, de la Mésopotamie et de l’Iran ancien

Comme Ea lui-même, ses assistants peuvent aussi brandir des vases d’Eau Jaillissante… En Mésopotamie, on rencontre aussi le thème des vases jaillissants dans la statuaire ou sur des stèles, portés par une grande déesse ou par des déesses Lama, divinités protectrices de la fertilité et porteuses de bénédiction…

Les acolytes d’Ea se rattachent au monde aquatique et participent aussi semble-t-il à des combats mythiques, des duels en présence d’Ea ou d’autres divinités…

D’après une scène de combat, héros, buffles et petit dragon, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après une scène de combat, héros, buffles et petit dragon, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Ea, le plus intelligent des dieux…
Enki-Ea peut être accompagné jusqu’à sept acolytes (assistants), comme sur un sceau-cylindre qui remonte à une période plus ancienne… Ces sept personnages renvoient peut-être aux traditionnels Sept Sages et compagnons du dieu sumérien Enki, considéré aussi comme la divinité de la Sagesse. Divinité de l’Abîme, la masse des Eaux Douces qui entourent la Terre, Enki prend le nom d’Ea à l’époque d’Akkad…

Comme dans la tradition sumérienne, Ea reste le plus sage et le plus intelligent des dieux. Il est aussi le protecteur de l’Humanité. Aux temps mythiques d’avant le Déluge, à l’époque même où la royauté descend du Ciel, Enki-Ea envoie sur terre sept sages, dont le premier, nommé Adapa, est chargé de transmettre la connaissance divine aux  êtres humains.

D'après deux poissons-carpes anthropomorphes, terre cuite, cité babylonienne de Ninive, Assyrie. (Marsailly/Blogostelle)  D'après les carpes d'Enki-Ea et arbre-pilier sacré, empreinte de sceau, IIe millénaire avjc. (Marsailly/Blogostelle)  D'après les Sept Sages dits Apkallu en akkadien, Agbal en sumérien, vers 800 avjc-600 avjc, Ninive, Assyrie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après deux poissons-carpes anthropomorphes, terre cuite, cité babylonienne de Ninive, Assyrie ; les carpes d’Enki-Ea et arbre-pilier sacré, empreinte de sceau, IIe millénaire avjc ; et les Sept Sages dits Apkallu en akkadien, Agbal en sumérien, vers 800 avjc-600 avjc,  Ninive, Assyrie. (Marsailly/Blogostelle)

Les Sept Sages d’Enki-Ea, Carpes brillantes de la mer…
Ainsi, le Mythe des Sept Sages raconte que les Sages, carpes brillantes de la mer, sont au nombre de sept ; sept sont les sages nés pour assurer le bon fonctionnement du ciel et de la terre. Ces maîtres du savoir se rattachent à l’art des scribes, comme le précise encore le Poème d’Erra (dieu des Enfers) :  Les sept sages de l’abîme … semblables à Ea leur père sont doués grâce à lui d’une intelligence sublime…

D'après les Sept Sages dits Apkallu en akkadien, Agbal en sumérien, VIIe siècle avjc, Ninive, Assyrie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après les Sept Sages dits Apkallu en akkadien, Agbal en sumérien, VIIe siècle avjc, Ninive, Assyrie. (Marsailly/Blogostelle)

On rencontre aussi le thème des Sept Sages dans la mythologie de l’Inde ancienne avec les Sept Rishis, voir l’article Le sacré en Inde, la quête des rishis et des sages

Les Eaux Primordiales, une totalité cosmique…
Selon les versions mythiques, Ea est le fils du dieu de l’Atmosphère, En-lil, ou de la divinité du Ciel Anu (dit Anou).  Les Flots de ce dieu cosmique renvoient à l’importance primordiale de l’Abîme, le monde originel des Eaux…

En Mésopotamie comme ailleurs dans le monde, les Eaux s’identifient traditionnellement à la Matrice originelle qui engendre par parthénogénèse (auto reproduction) le premier couple : le Ciel, An et la Terre, Ki… An et Ki s’unissent et engendrent le dieu de l’Atmosphère En-lil…

D'après Enlil, Enki-Ea, et le sacrifice du taureau, vers 1900-1800 avjc, art assyrien. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Enlil, Enki-Ea, et le sacrifice du taureau, vers 1900-1800 avjc, art assyrien. (Marsailly/Blogostelle)

Le pictogramme du nom de la déesse Nammu désigne la Mer Primordiale… Les textes présentent cette déesse comme la Mère qui engendre le Ciel et la Terre, et l’aïeule qui enfante tous les dieux…

On retrouve le thème des Eaux Primordiales, conçues comme une totalité cosmique et divine dans beaucoup de mythes archaïques dans le monde. Plus tard, la tradition babylonienne reprend ce thème sous la forme de Tiamat, l’Eaux Salée et Mère des dieux, qui s’unit au dieu Apsu des Eaux Douces, masse aquatique sur laquelle flottent la Terre…

D’après Enki-Ea et son acolyte Ushmu aux Deux Visages, personnage-oiseau, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Enki-Ea et son acolyte Ushmu aux Deux Visages, personnage-oiseau, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

L’axe cosmique, de la Terre au Ciel
Une empreinte de sceau montre une scène de jugement ou de présentation d’un personnage-oiseau… Cette créature mythique ou déité semble captive, entourée et menée par deux divinités. À côté d’Ushmu, acolyte du dieu Ea, un imposant symbole axial prend la forme d’une bêche surmontée d’une étoile…

Il s’agit peut-être d’un Arbre de Vie ou d’un Arbre Sacré traité ici de manière très stylisée. Ce motif évoque un axe qui mène de la Terre (la bêche), au Ciel (l’étoile)… une image qui rappelle le symbole universel de l’arbre mythique, dont les racines plongent dans la Terre et la cime atteint le monde des Cieux… Enki-Ea préside à l’événement…

Voir aussi les articles
3 L’Arbre de Vie, un concentré du Cosmos Vivant
4. L’Arbre cosmique, l’Essence de la Réflexion

D'après la figure de l'homme-oiseau et troupeau, empreinte de sceau, vers 2300 avjc, période Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la figure de l’homme-oiseau et troupeau, empreinte de sceau, vers 2300 avjc, période Agadé. (Marsailly/Blogostelle)

Ea, Ushmu et l’homme-oiseau…
Les scènes mythologiques des sceaux d’Agadé renvoient peut-être à des cérémonies cultuelles pratiquées dans la réalité… Sur celle de l’Axe-Etoile, un être mythique, mi-humain mi-oiseau semble attaché comme un captif… Ushmu, déité aux Deux Visages, le conduit ou le présente devant Ea : le prisonnier doit-il être jugé?  Ou bien doit-il être libéré par la volonté du grand dieu des Flots?…

Avant l’époque d’Agadé, la figure mythique du personnage-oiseau apparaît déjà dans l’entourage du Dieu-Bateau… On le retrouve dans l’iconographie akkadienne, arborant un rameau, symbole de la végétation, à laquelle il semble étroitement relié…

Dans l’entourage du dieu de l’Abîme Ea, on rencontre aussi l’étrange personnage à Deux Visages, son assistant Ushmu, figure mythique ou déité dont la puissance est double ou bien ambivalente… Les deux faces du personnage évoquent aussi une capacité d’omniscience, le pouvoir de tout voir de tous les côtés…

D’après des acolytes d’Enki-Ea, porteurs de vases jaillissants qui abreuvent les troupeaux, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après des acolytes d’Enki-Ea, porteurs de vases jaillissants qui abreuvent les troupeaux, vers 2300 avjc, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Le vase d’Eau jaillissante, fertilité et renouveau
Le vase d’Eau jaillissante symbolise la fertilité de la terre, de la Végétation et des troupeaux, une abondance nourricière parfois évoquée aussi par des flots emplis de poissons… Dans l’iconographie mésopotamienne, dieux, déesses ou encore souverains peuvent brandir le Vase Jaillissant…

Ce motif évoque encore le renouveau, quand les terres asséchées par le brûlant soleil de l’été recouvrent les bienfaits de l’eau… L’eau, essentielle à la végétation et au bétail, provient de ciel… La grande déesse aux épis porte parfois elle-même un vase d’eau jaillissante. Cette déesse-terre préside semble-t-il à l’agriculture et protège les troupeaux…

D’après le Vase Jaillissant porté par la Déesse aux Épis, bulle de Girsu-Tello, vers 2250 avjc, époque de Naram-Sîn, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après le Vase Jaillissant porté par la Déesse aux Épis, bulle de Girsu-Tello, vers 2250 avjc, époque de Naram-Sîn, période d’Agadé, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Sur une scène de présentation d’un adorateur, la grande Déesse aux Épis porte un Vase Jaillissant, en présence d’une divinité de la végétation riche en rameaux et installée sur un podium, comme une statue…

La tradition du vase jaillissant se perpétue…
Dans le monde mythique mésopotamien, une même figure divine peut s’identifier à différentes divinités selon les époques et les lieux… Ainsi, sur un relief ancien de la cité d’Ur, on peut voir une divinité portant un vase, mais sans flots jaillissants… Le grand dieu tutélaire d’Ur est à l’époque le dieu Lune Nanna (renommé Sîn par la suite), dont la tiare est surmontée par le Croissant de Lune…

D’après Gudea présenté par Ningishzida au dieu Ningirsu, empreinte de sceau, vers 2130-2100 avjc, époque néo-sumérienne, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après Gudea présenté par Ningishzida au dieu Ningirsu, empreinte de sceau, vers 2130-2100 avjc, époque néo-sumérienne, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Dieu personnel de Gudea, Ningishzida reçoit de Ningirsu, un vase d’eau et une plante. Grand dieu guerrier protecteur de Lagash, Ningirsu apparaît aussi comme le maître des Eaux et de la Végétation…

Le roi Gudea s’approprie le symbole du vase jaillissant…
Plus tard, le souverain de Lagash, Gudea, se fait représenter auprès du dieu de Lagash Ningirsu, qui porte lui aussi un vase à l’eau jaillissante, dont le trône est orné d’une multitude de vases… D’autres divinités portent donc le vase, jaillissant ou non, symbole de l’Eau, et emblème à l’origine du dieu Enki-Ea, grand dieu d’Eridu, dont la tradition s’est sans doute perpétuée à l’époque d’Agadé et de la dynastie d’Akkad …

Après la fin de l’empire d’Agadé et de la dynastie d’Akkad, la culture sumérienne renaît… Les artistes mettent en lumière la piété royale, en particulier sous le règne de Gudea, qui règne sur le royaume de Lagash vers 2125 avjc.

Sur une statue vouée à Geshtinanna, divinité agraire et de la fertilité, le roi, coiffé de son large bonnet royal, porte un vase d’où jaillissent des flots avec des poissons… Cette image rappelle la tradition symbolique du dieu Enki-Ea, dieu de l’Abîme, des Eaux et de la Sagesse…

D’après la statue de Gudea de Lagash, dite au Vase Jaillissant, dédiée à la déesse Geshtinanna, vers 2120 ans avjc, époque néo-sumérienne, antique Girsu-Tello, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

D’après la statue de Gudea de Lagash, dite au Vase Jaillissant, dédiée à la déesse Geshtinanna, vers 2120 ans avjc, époque néo-sumérienne, antique Girsu-Tello, Mésopotamie. (Marsailly/Blogostelle)

Piété royale et vase jaillissant
Par ailleurs, le qualificatif de pasteur apparaît souvent dans la titulature de Gudea, dont la grande piété favorise la bénédiction des dieux. Il est considéré comme le pasteur élu du cœur du dieu Ningirsu, le berger qui conduit son peuple et lui permet de prospérer… En Mésopotamie, le roi assume le rôle de représentant du dieu dans son royaume et sa principale mission est celle de bâtisseur de temple…

Au IIe millénaire avjc, on retrouve encore le thème symbolique du vase jaillissant dans le grandiose palais de Mari en Syrie, sur une fresque qui illustre l’Investiture du roi Zimri-Lim… La grande déesse, porteuse du vase jaillissant, apporte sa bénédiction à l’investiture du roi, comme une promesse d’abondance et de prospérité…

D’après la Déesse au Vase Jaillissant, palais de Mari, Investiture du roi Zimri-Lim, détail, vers 1775 avjc -1760 avjc, actuelle Syrie, Mésopotamie (Marsailly/Blogostelle)

D’après la Déesse au Vase Jaillissant, palais de Mari, Investiture du roi Zimri-Lim, détail, vers 1775 avjc -1760 avjc, actuelle Syrie, Mésopotamie (Marsailly/Blogostelle)

Le fils d’Ea, Marduk, acquiert la suprématie…
Au cours du IIe millénaire avjc, le fils d’Ea, le dieu Marduk, devient le souverain du panthéon babylonien après avoir triomphé des monstres du chaos menés par la déesse Tiamat devenue furieuse…

Le fils de Marduk, Nabû, consigne par écrit les sorts fixés par Marduk dans la chapelle des destins. Nabû, le seigneur du calame, dieu des scribes et du savoir prévaut dans la hiérarchie divine dans les clergés de Babylonie et d’Assyrie, où les lettrés et les savants prédominent…

Bloc-notes + Histoire de l’art : voir aussi sommaire des articles l’Orient Ancien (Levant, Mésopotamie, Iran antique)…

Dieux, déesses ou personnages mythiques s’approprient le Vase Jaillissant des Eaux, selon les épisodes mythiques et selon les époques… Dans la lignée des Flots Jaillissants de l’ancestral dieu sumérien Enki-Ea, le Vase Jaillissant semble manifester l’un des grands principes de la mythologie mésopotamienne, symbole de Vie et de Renouveau de la Végétation et du Monde…

 Sommaire Histoire(s) sacrée(s)

Consulter La liste complète des articles en ligne

Consulter Le sommaire DU BLOG

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s