Vœux 2020, le Top 10 blogostelle des internautes

D’après Paul Klee, blogostelle, 2019-2020, top 10. (Marsailly/Blogostelle

@blogostelle : Histoire de l’Art et du Sacré

JOYEUX NOËL À TOUS, TRÈS BELLE ANNÉE 2020

Par Maryse Marsailly (@blogostelle)
– Décembre 2019/Janvier 2019 –

Un grand MERCI à tous cette année encore… Le top 10 des internautes pour l’année 2019 revient aux sujets de la rubrique Histoire du Sacré. Parmi lesquels le symbolisme de la spirale, de l’épée, de la hache, des métaux et des arbres sont très consultés, ainsi que la série consacrée à la déesse Isis, grande divinité égyptienne aux multiples visages…

Les thématiques sur la civilisation de Sumer, l’art et l’univers Celte, la Gaule, la Préhistoire, le Néolithique… sont également appréciés. Blogostelle poursuit avec vous son aventure en 2020, pour voyager dans le monde passionnant de l’histoire de l’art et de l’histoire du Sacré… À bientôt…

LES ARBRES

L‘arbre sacré, un symbole vivifiant

L’Arbre Mythique, fertilité, généalogie et creuset

L’Arbre de Vie, un concentré du Cosmos Vivant

L’Arbre cosmique, l’Essence de la Réflexion

LA DÉESSE ISIS

D'après la déesse Isis, grande divinité égyptienne protectrice de la vie. (Marsailly/Blogostelle)
D’après la déesse Isis, grande divinité égyptienne protectrice de la vie. (Marsailly/Blogostelle)

Le Sacré en Égypte ancienne, la déesse Isis obtient le nom secret du dieu Soleil Rê

Le Sacré en Égypte ancienne, la déesse Isis et les multiples visages de la déesse

Le Sacré en Égypte ancienne, la déesse serpent Isis-Thermouthis et la féconde Taouret-Thouéris

Le Sacré en Égypte ancienne : la déesse Isis, icône universelle de Philae, et Osiris à Biggeh

Et encore…

Sumer et L’Orient Ancien (Levant, Mésopotamie, Iran Ancien)

Blogostelle Histoire du Sacré

Blogostelle Histoire de l’art

Dernière série en ligne : Les arts au XVIIIe siècle

BE HAPPY!!!

D'après Saint François parlant aux oiseaux, prédelle des stigmates, Giotto di Bondone, 1295-1300 apjc, XIIIe siècle, période médiévale. (Marsailly-Blogostelle)
D’après Saint François parlant aux oiseaux, prédelle des stigmates, Giotto di Bondone, 1295-1300 apjc, XIIIe siècle, période médiévale. (Marsailly-Blogostelle)

Un livre pour Noël: Le Très-Bas, de Christian Bobin

Par la grâce de ses mots poétiques et joyeux, Christian Bobin met en lumière la vie – ou plutôt le chant – de Saint François d’Assise, l’amour de soi et la douceur de vivre. L’auteur transforme « le petit pauvre » (il Poverello en italien) en personnage romanesque et sublime, pour qui C’est toute la Terre qui est sainte… Au fil des pages du Très-Bas, l’âme est de la famille des oiseaux…

Rubrique Pause Lecture sur Blogostelle : Saint François d’Assise : “L’attention humble aux humbles”…

Victor Hugo : “Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme! ”

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme! Au gré des envieux, la foule loue et blâme ; Vous me connaissez, vous! – vous m’avez vu souvent, Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant. Vous le savez, la pierre où court un scarabée, Une humble goutte d’eau de fleur en fleur tombée, Un nuage, un oiseau, m’occupent tout un jour. La contemplation m’emplit le cœur d’amour…

D’après Paul Klee, Pin, huile et sable sur carton, 1932. (Marsailly/Blogostelle)
D’après Paul Klee, Pin, huile et sable sur carton, 1932. (Marsailly/Blogostelle)

… Vous m’avez vu cent fois, dans la vallée obscure, Avec ces mots que dit l’esprit à la nature, Questionner tout bas vos rameaux palpitants, Et du même regard poursuivre en même temps, Pensif, le front baissé, l’œil dans l’herbe profonde, L’étude d’un atome et l’étude du monde.

Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu, Arbres, vous m’avez vu fuir l’homme et chercher Dieu! Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches, Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches, Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux, Vous savez que je suis calme et pur comme vous.

Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s’élance, Et je suis plein d’oubli comme vous de silence! La haine sur mon nom répand en vain son fiel ; Toujours, – je vous atteste, ô bois aimés du ciel! – J’ai chassé loin de moi toute pensée amère, Et mon cœur est encore tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours, Je vous aime…

Et vous, lierre au seuil des autres sourds, Ravins où l’on entend filtrer les sources vives, Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives! Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois, Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,

Dans votre solitude où je rentre en moi-même, Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime! Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît, Arbres religieux, chênes, mousses, forêt, Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère, C’est sous votre branchage auguste et solitaire, Que je veux abriter mon sépulcre ignoré, Et que je veux dormir quand je m’endormirai

Victor HUGO, Aux arbres, Les Contemplations (publié en 1856).

Pause Lecture Blogostelle, Victor Hugo : Notre-Dame de Paris : Esmeralda danse sur le parvis de Notre-Dame…

Consulter Le sommaire du BLOG

 

Commenter ?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.